[Review VF] Justice League Saga #13
Les points positifs :
  • Les Metal Men en force dans Justice League #28
  • Green Arrow au sommet comme d’habitude
  • Earth-2 toujours aussi bon
Les points négatifs :
  • Un Justice League of America trop répétitif
  • Suicide Squad est légèrement ennuyeux

Ce-mois Justice League Saga revient avec sa panoplie d’histoire dont une partie est toujours en lien avec Forever Evil. Au programme, un Justice League avec les Metal Men, Justice League of America et  Suicide Squad toujours en lien avec Forever Evil. Flash, Green Arrow et Earth2 sont eux aussi présent.

Justice League Saga #13 est disponible depuis le 14 Novembre 2014 au prix de 5,60 euros.


Numéro précédent : Justice League #12 La suite dans : Justice League #14

Justice League #28

  • Scénario : Geoff Johns Dessins Ivan ReisColorisation : Rod Reis

Le retour des Metal Men ! Je ne vais pas faire le vieux routard du comics et vous dire que je suis un spécialiste des Metal Men, bien au contraire puisque je découvre ces personnages avec cette lecture. Car ce numéro nous fait découvrir leurs origines et celles de leur plus grand ennemi Chemo. Et ces personnages sont extrêmement attachants, critiques envers les humains, désobéissants, mais dotés de vrais personnalités, avec notamment Or le crâneur, Étain le personnage un peu effacé et peu sûr de lui ou Mercure le râleur volontiers porté sur l’insurrection. Mais au final, il remplissent parfaitement et sans hésitation leur tâche. Que dire d’Ivan Reis que je n’ai pas encore dit, pas grand chose à part que c’est, encore une fois, superbe ! Il est toujours casse gueule de réinterpréter des personnages tels que les Metal Men, mais le constat est là, on à envie de savoir ce qu’il va advenir d’eux !

– Darthfry

Note : 10/10

Contrairement à mon collègue, j’assume totalement mon statut de fanboy des Metal Men, mais j’avoue que cette relecture de leurs origines m’a également beaucoup plu. Les inclure dans l’univers New 52 est une bonne idée, et Geoff Johns le fait avec brio. Il parvient même à rendre Chemo réellement menaçant, ce qui relève quasiment de l’exploit (oui, oui je sais pourtant ce qu’il a fait à Blüdhaven dans l’ancienne continuité). L’auteur reprend la personnalité de chacun des Metal Men, et le ton comique assumé de l’épisode est clairement sa plus grande force. Notons aussi le travail d’Ivan Reis, qui nous livre une bien belle prestation. Vivement la suite de cette histoire, qui vient créer une rupture avec l’ambiance dépressive de Forever Evil.

– Zeppeli

Note : 9/10

Justice League #28


JUSTICE LEAGUE OF AMERICA #12

  • Scénario : Matt KindtDessins : Eddie Barrows, Tom Derenick, R.B. SilvaColorisation : Hi-Fi

L’histoire tie in à Forever Evil se poursuit dans ce numéro, et le focus se porte à nouveau sur les personnages de Stargirl et du Martian Manhunter. Nous en apprenons un peu plus sur notre chère Courtney, et comme d’habitude, on nous ressort un traumatisme du passé. L’épisode ne fait pas réellement avancer l’intrigue, et nous ne voyons même pas la Justice League, toujours enfermée dans la matrice de Firestorm. Le numéro est intéressant si l’on s’intéresse au développement du personnage de Stargirl, mais n’a pas d’autre intérêt. Dommage que la série Justice League of America ne serve que de simple prétexte à nous livrer une sous-intrigue en demi-teinte, dont le dénouement est totalement prévisible.

– Zeppeli

Note : 5/10

Le long périple de Stargirl continue, pour l’occasion la série aurait pu changer de nom pendant cet arc tellement l’histoire est centrée sur elle et Manhunter. Pour être tout à fait honnête, ça devient relativement lassant, on a l’impression que la fin du tunnel n’est pas loin et hop retour à la case départ. Manhunter fait office de boulet à Stargirl, à ce stade on ne cherche plus d’excuse au titre… on traîne dans la souffrance de chacun, l’objectif de revoir ses proches, la neige qui tombe et le crépitement des flammes. Voilà comment on résume une histoire qui bouche les trous… Le titre est quand même appréciable graphiquement sans être non plus fou. Rendez-vous le mois prochains pour la soirée Pancakes avec Martian Manhunter et les parents de Stargirl avec en guest Despero.

– Deiimo

Note : 3/10

Justice League of America #12


Suicide Squad #28

  • Scénario : Matt KindtDessins : Jason Masters, Carlos RodriguezColorisation : Brett Smith

Suite de cette intrigue, qui met en scène le Suicide Squad qui doit impérativement se débarrasser d’un OMAC, contrôlé par le penseur. Comme toujours, le tout est très “série B” et ceux qui aiment cette ambiance apprécieront. Cependant, j’ai trouvé l’épisode très poussif, et il ne s’y passe pas grand chose. On a l’impression que cet arc tie-in à Forever Evil ne sert qu’à nous livrer des rebondissements improbables, qui ne font pas réellement avancer l’intrigue principale. De même, les personnages ne sont pas réellement développés et sont réduits à de simples stéréotypes, pour une série à réserver à ceux qui cherchent un récit bourrin et dénué de toute subtilité, à se mettre sous la dent entre deux séries plus sérieuses.

– Zeppeli

Note : 5/10

Dans le registre des autres histoires qui tentent de faire dans l’originalité, on retrouve la Suicide Squad qui oppose une entité soit-disant divine à une arme de destruction massive autonome. Rajouter à cela de la trahison et des personnages complètement barrés avec Alzheimer, ça vous donne la rencontre Deadshot / Harley Quinn. C’est pas dingue ce scénario, le titre qui était bien parti baisse en qualité, nous faisant regretter sa publication mensuelle, en espérant un lien, concret avec l’event Forever Evil. Une des scènes les plus WTF reste OMAC retirant un robot de la bouche du Roi Squale, comme quoi les requins c’est comme Suicide Squad, ce n’est plus ce que c’était… Bon restons positif, l’intrigue du Kinder Surprise OMAC arrive à pas de géant. Dans quelques numéros, on saura ce qui se cache à l’intérieur.

– Deiimo

Note : 4/10

Suicide Squad #28


Flash #28

  • Scénario Brian BuccellatoDessins : Patrick ZircherColorisation : Matt Hollingsworth

Flash se retrouve embarqué dans un team-up avec Deadman, au sujet d’une enquête paranormale qui lui fera découvrir l’un des meurtres les plus importants de l’histoire des villes-joyaux. L’épisode est assez intéressant, mais son graphisme peut laisser à désirer. De même, l’ambiance de cet arc est bien loin de ce que l’on imagine lorsque l’on pense au bolide écarlate. J’ai eu du mal à adhérer à ce numéro, mais il est certain que l’on est loin d’être en présence d’une mauvaise histoire, il est clair que le tout se laisse lire et qu’il est intelligent de voir que les liens du personnage principal avec la Justice League Dark n’est pas oublié. Dommage que l’on ait en tête de bien meilleurs épisodes, signés Manapul et Buccellato, qui correspondaient bien mieux à ce que l’on attend de ce cher Barry Allen.

– Zeppeli

Note : 6/10

L’enquête de Flash se poursuit à la rencontre d’un esprit vengeur mais un autre esprit, plus gentil, va aider notre bolide écarlate, et oui je parle de Deadman. Un récit vraiment sympa à suivre puisque l’on va en apprendre plus sur l’enquête du Serial Killer de Keystone. Le duo Flash/Deadman s’en sort bien, c’est un plaisir de suivre deux héros que l’on apprécie, plus le temps passe et plus je trouve que l’ambiance Dark colle bien à Flash et que ça serait cool de le revoir dans la Justice League Dark. Patrick Zircher au dessin c’est cool même si on a tendance à comparer le travail de Manapul et le sien, sa vision de Flash est différente, le rendant beaucoup plus sombre.

– Deiimo

Note : 7/10

Flash #28


Green Arrow #28

  • Scénario : Jeff LemireDessins : Andrea SorrentinoColorisation : Marcelo Maiolo

Le père d’Oliver Queen est encore vivant ! La révélation qui nous a été faite est au centre de cet épisode, qui prépare déjà l’affrontement final de cette Outsider War. Comme toujours, Jeff Lemire nous livre un scénario bien travaillé, riche en rebondissements, et continue à développer le personnage de Green Arrow, qui compte parmi les plus intéressants de l’univers DC depuis qu’il est écrit par ce fameux scénariste canadien. L’intrigue est bien ficelée et le cliffhanger est magistral, bien qu’un peu convenu. On en attend beaucoup de la suite (même si ceux qui suivent la série en librairie la connaissent déjà) et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce numéro est loin d’être décevant. Rassurez-vous, l’épisode suivant est clairement du même tonneau. Ajoutez à tout cela une excellente prestation d’Andrea Sorrentino, dont le dessin si particulier restera à jamais associé à cet excellent run.

– Zeppeli

Note : 10/10

Bas les masques dans Green Arrow, la vérité tombe pour notre Oliver Queen. Son retour sur l’île ne se passe pas comme prévu, et une zone sombre de son passé va ressurgir, notamment les phases de torture qu’il a enduré après son naufrage sur l’île. Un passage de l’histoire très intéressant pour nous, lecteurs, et décisif pour Oliver dans sa destinée à devenir le maître du clan de la flèche. En parallèle, Komodo va créer un coup d’état chez les Outsiders plutôt inattendu et mémorable. Le combat de la team Arrow face au Chef du clan Bouclier est très beau graphiquement et dans la lignée du travail admirable que réalise Sorrentino sur le titre.

– Deiimo

Note : 9/10

Green Arrow #28


Terre-2 #18

  • Scénario : Tom Taylor Dessins : Nicola ScottColorisation : Pete Pantazis

Alors que Superman continue son œuvre de destruction, Batman déroule son plan avec détermination et une certaine brutalité, même si une question demeure, qui est-il ? Un petit temps plus faible dans le scénario, bien compréhensible après le déferlement d’émotion des précédents numéros. Néanmoins la mayonnaise monte et l’on peut s’attendre très vite à beaucoup d’action. La fin, assez brutale, est presque jouissive.

Les dessins de Nicola Scott sont magnifiques. La colorisation rend parfaitement les différentes ambiances, passant du très coloré au très sombre. Cela rend l’ensemble parfait ! Earth 2 continue donc son petit bonhomme de chemin, et confirme qu’elle fait partie des meilleures série New 52 (en tout cas dans celles publiées en VF jusqu’ici) et probablement la plus homogène.

– Darthfry

Note : 8/10

Superman est à la solde de Darkseid et fait des ravages. Que va devenir le monde ? Eh bien, une once d’espoir apparaît avec un nouveau Batman bien mystérieux, que l’on a déjà croisé auparavant, qui fait preuve d’une grande brutalité. Le scénario de Tom Taylor n’est pas très subtil, mais il est très intéressant de voir ce Dark Knight à l’œuvre, et l’on apprend à le (re ?) découvrir. Ceux qui ont lu Flashpoint devineront rapidement qui se cache sous le masque, mais les autres se poseront toujours la question, bien que quelques indices soient présents. Le travail de Nicola Scott est toujours de qualité, et les différentes scènes proposées, en intérieur comme en extérieur, sont très bien réalisées. Earth 2 est comme d’habitude un incontournable, qui compte parmi les meilleures séries des New 52.

– Zeppeli

Note : 8/10

Earth-2 #18

3 Commentaires

  1. Un très bon mensuel. Par contre, le chapitre d’Arrow est disponible dans le volume 2 disponible en librairie (ainsi que les 2 ou 3 chapitres suivants donc). C’est un peu “dommage” (sauf pour ceux qui ne lisent pas au format librairie).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.