Review TV : Arrow – Saison 3, épisode 2

Les points positifs :
  • De l’émotion
  • Des personnages bien travaillés
  • Une sombre intrigue qui s’installe
Les points négatifs :
  • Une scène finale de trop
  • Quelques évidences pour la suite

“You look like someone peed on your cornflakes. ” – Captain Lance


  • Réalisé par Wendey Stanzler  Écrit par Jake Coburn et Keto Shimizu – 15 Octobre 2014

La semaine dernière on a eu droit au premier épisode de cette troisième saison d’Arrow. S’il n’était pas si exceptionnel que ça, c’était tout de même un bon moment, jusqu’au final qui m’a arraché les tripes et fait bruler les yeux avec l’envie de hurler et d’envoyer tout ce que je pouvais à travers la télé. Du coup, j’appréhendais beaucoup ce second épisode au vilain nom triste et douloureux de “Sara”. En plus, avec les producteurs qui s’amusent à dire que l’épisode allait faire pleurer, ça n’arrangeait pas mon affaire mais bon. Par amour pour vous, je me suis lancée dans cet épisode, même si j’aurais pu le regarder dans longtemps… trèèèèès longtemps… ou pas (car l’attente aurait été sacrément insupportable).

Cet épisode s’ouvre sur la partie habituelle “J’ai vécu 5 ans en enfer sur une île et blablabla et blablabla”. Sauf que bien sûr le discours est cette fois celui de la saison 3. Je me suis dit chouette on n’est pas de suite dans une scène à faire larmoyer, mais à la fois le coeur en suspens pour ce qui allait suivre. La première scène à proprement parler de l’épisode est terriblement dure et j’ai commencé à pleurer (oui bon vous le savez que je pleure beaucoup, c’est pas nouveau). Il aurait été trop simple que tout se passe par un coup de téléphone paniqué ou autre. Non, on retrouve Roy, Felicity et Oliver qui discutent en se rendant à l’Arrowcave quand ils se retrouvent sous le choc de la mauvaise surprise ramenée par Laurel. A partir de ce moment, bien que court, on sait que l’épisode va nous arracher des larmes et être bouleversant, mais heureusement la scène ne s’éternise pas et l’on se retrouve dans la première partie des flashbacks.

Tout au long de l’épisode on naviguera entre les flashbacks et le présent. La partie à Hong Kong est assez dure car il s’agit également d’amitié et de sacrifice, mais elle permet quand même de souffler et de quitter une Starling City obscurcie par la haine, la vengeance, la tristesse et le deuil. Du coup, on se retrouve avec une sorte d’équilibre qui nous permet de ne pas déprimer sur 40 minutes non-stop, et qui permet aussi de ne pas nous alourdir avec une seule histoire de recherche de méchant pour lui faire manger ses dents avant d’en faire une brochette.

La partie présente est lourde, très lourde pour les personnages. Tout va changer pour eux, la perte d’un proche nous fait toujours nous remettre en question, pour eux c’est pareil. Les caractérisations des personnages sont justes, avec certains qui ne se permettent pas le deuil, d’autres qui craquent complètement, d’autres qui restent en retrait. Et là, retenez bien ce que je vais vous dire ! Si au fil des saison précédentes j’ai beaucoup maudit Laurel, elle est parvenue à me toucher en fin de saison 2 et j’ai changé d’avis sur le personnage, il en est de même ici avec Felicity. Je ne l’aime pas spécialement, je l’ai détestée dans le premier épisode de la saison 3, mais dans celui-ci elle m’a brisé le coeur. J’aime également la décision qu’elle prend en fin d’épisode. Il est agréable de la voir tenir tête à Oliver, le secouer pour ensuite vivre de ses propres ailes, d’une certaine façon. Dire que Laurel m’a brisé le coeur, c’est un peu une évidence. Mais en dehors des larmes, on ressent sa colère et on est de son côté pendant tout l’épisode avec des actes qui nous porteraient presque à lui crier “Mais ouais ! Vas y ! Mets lui la pâtée ! Fais lui mal *****!”. Sauf que la suite parait logique, un peu trop. On sent de suite vers quoi elle tend, tout le monde s’en doute (et le sait d’ailleurs), mais au fil de ses réactions et surtout de la dernière scène avec son père j’ai compris un point crucial : et si elle reprenait le flambeau et portait le costume sans rien dire à son père ? Enfin vous voyez quoi, d’une pierre deux coups, une nouvelle héroïne et un papa toujours dans le plus grand secret.

Le vilain choisi dans l’épisode est un peu comme celui choisi dans The Flash cette semaine : un  peu inutile. Il nous permet d’entrevoir les sentiments des personnages, mais l’histoire est rapidement bouclée et en plus de ça, on apprend rien de plus. Retour au point mort avec quelques courses-poursuites et des armes vides. C’est franchement pas transcendant et puis on se doutait de l’issue, pourquoi nous le présenter maintenant et boucler l’enquête liée à la mort du personnage ? Ce serait bien trop facile ! Il est juste là pour appuyer le casting principal et faire acte de présence c’est tout.

La toute fin quant à elle est d’une évidence sans nom. Il est vrai que dans le trailer la scène paraissait très mystérieuse mais en fait on devine très vite ce qu’il se passe réellement. Et ne m’en veuillez pas si je suis peut être agressive mais il ne me tarde pas de retrouver Thea l’hypocrite. Oui parce qu’elle en veut à Roy et à son frère d’avoir été d’une façon ou d’une autre hypocrites et lui avoir menti, mais madame se retourne vers celui qui lui a menti toute sa vie pour juste un jour lui dire “coucou je suis là, tu viens avec moi hein ? Tout le monde est méchant avec toi, mais tu verras moi je serai gentille.” Donc franchement, elle pourrait largement rester où elle est que ça ne me ferait ni chaud ni froid. Cela dit, le monsieur qui l’accompagne nous amène à nous poser des questions. Il ne peut pas se trouver à plusieurs endroits en même temps si la chronologie est respectée, donc le mystère concernant les flèches noires reste entier !

Cet épisode est donc plutôt bon, je ne sais pas si je l’ai adoré car j’attendais un épisode de ce genre très dur ou si je l’ai détesté de m’avoir autant fait pleurer. Mais il nous promet une suite très intéressante avec de nouvelles dynamiques pour tous les personnages. J’ai hâte de voir comment tous les développements seront traités dans les prochains épisodes. 

Pour finir, je ne dirais qu’une chose, le personnage va me manquer, beaucoup (même si je pense qu’on la reverra dans des flashbacks).


UN DEUXIÈME AVIS C’EST BIEN AUSSI !!

Une très bonne surprise, cet épisode, qui promettait pourtant d’être niais et larmoyant d’après son nom mais finalement était étonnamment bien dosé. Beaucoup de larmes, c’est vrai, mais s’il n’y en avait aucune après le décès d’un proche, ça n’irait pas non plus. L’épisode était bien fait, tout tournait autour de Sara et de l’effet de son départ sur les différents personnages mais l’intrigue n’a pas été ralentie pour autant, au contraire, elle ouvre beaucoup de portes pour la suite et gardait un très bon rythme.

La poursuite d’un mystérieux adversaire a permis d’amener pas mal de scènes d’actions plutôt agréables à visionner. Les scènes de tristesse étaient donc ponctuées de moment plus distrayants très rafraîchissants et qui aura peut-être, finalement, empêché les séquences émotions de basculer dans le ridicule et lassant. Certes, il reste toujours quelques passages moins bien réalisés mais qui sont moindres par rapport à ce à quoi on aurait pu s’attendre dans un tel épisode.

Ces quarante minutes de visionnage, sans faire figure de pause mélancolique, sont un moment clé qui, on le sent, va amener énormément d’éléments pour cette suite de troisième saison. Des éléments auxquels on s’attendait certainement pour la plupart mais qui se concrétisent finalement. Ça promet beaucoup pour la suite, on espère que les prochains épisodes seront à la hauteur !

– MadAsAHatter

26 Commentaires

  1. Je rejoins le point négatif sur les évidences, notamment Laurel, il est clair va amorcer sa transformation en Black Canary.

    Elle est déterminée à trouver le meurtrier de Sara au point de se mettre en grand danger, Oliver lui fait comprendre qu’elle n’a pas le niveau pour se confronté à ce type de personnage, la scène ou elle regarde longuement la veste de Sara, sans compté que Ted Grant alias Wildcat qui apparaîtra au prochain épisode et qu’il assurera probablement un rôle de mentor et d’entraîneur.

    Par contre Felicity risque d’être bousculé sentimentalement dans cette saison entre ses sentiments pour Oliver couplé à une relation compliqué voir impossible, Ray Palmer qui semble aussi avoir un intérêt plus que professionnel pour elle et Barry qui l’embrasse dans un trailer de The Flash elle va surement ne plus savoir ou donner de la tête.

  2. lol lol tu m’as bien fais rire Harley, non pas de tes larmes, mais un souvenir avec ma fille quand elle était plus jeune. J’étais toujours à ses côtés pour regarder les séries sur la CW, je retenais mes larmes, pas pour tel épisode touchant, mais de la voir pleurer lol lol Maintenant qu’elle a grandi je me vois seul à être touché de ces scènes dont seul la CW a le secret. lol Je me rappelle de la scène de la mort de Pa Kent dans Smallville, réalisé exactement de la même façon que cet épisode de Arrow, un mode commun de réaliser ces scènes à la CW. Comme tu dis une nouvelle page est tournée, un nouveau chapitre commence.

    • C’est trop mignon ton anecdote avec ta fille Crazy <3 et l'enterrement de Pa Kent dans Smallville est la plus belle mort du personnage jamais faite et tout simplement un des plus bel enterrement ever jamais fait! Cette scène frôle la perfection émotionnelle.

    • Je suis d’accord, je m’attendais à ce qu’il ait une certaine importance lorsqu’il a touché Oliver mais la suite m’a fait déchanter :s
      Au final ils se sont juste servi de lui parce que c’était un archer :-(

  3. bon épisode bien plus satisfaisant que le season premiere d accord avec toi Edge mais en même temps il pouvait pas faire un Komodo digne des comics de Lemire et de Sorrentino, sinon franchement Felicity m énerve de plus en plus elle ne sert qu’ a pleurer ou de love story dans cette saison .

  4. l’évocation de blüdheaven me fait penser que le personnage de nightwing peut toujours être présent dans les tête des scénariste.
    quand au personnage de komodo il a été baclé on le voit peu alors que c’est un ennemi majeur dans les new 52. j’espère qu’il le réutiliseront ultérieurement

    • le CEO de warner a dit que de nouvelles séries DC serait dévoilés l’année prochaine donc il a de grandes chances d’en faire partie,tout comme un certain Ray Palmer je pense ; )

  5. Du coup, y a une chance pour que Théa devienne Cheshire ? (même si les origines des deux persos sont totalement différentes)

    • Pas bête comme idée surtout que Cheshire et Roy était très intime dans leur version pré-new 52 (ils ont eu un enfant si je ne dis pas bêtises).

      • J’allais justement posté l’idée vs Cheshire, parce que je viens d’en parler sur le forum lol Leur enfant, une fille, s’appelait Lian.

  6. mais du coup qui a tué sarah ??? c’est vrai que komodo sa aurait été trop facile mais je pense que bcp de monde a été berné lol et vous q’en pensez vous ?
    slade ? merlyn ? théa ? voldemort ^^ ? autre ?

  7. Plutôt satisfait de l’épisode,moi qui pouvait pas supporter Laurel je trouve que son personnage progresse lentement vers ce qu’il doit devenir.A l’inverse Felicity régresse,c’est devenu un boulet et j’ai qu’une envie c’est qu’a la manière d’oracle le Joker se ramène et lui tire une balle…
    Par contre heu Komodo c’est une blague non? J’espère que les scénaristes corrigeront ce truc parce que heu la ça le fait juste pas = (

    • Niveau méchant, ils sont pas top pour ce début de saison. Mais je pense que les scénaristes mettent d’abord en place les persos/héros en place et s’occuperont après de les torturer avec de vrai méchant. Enfin j’espère. :)
      Sinon, oui Felicity est en train de devenir le personnage “in love” de la saison. Vive la CW.

  8. Vu !
    Pour le côté deuil et gorge serrée, ça a plutôt bien marché sur moi, même si en terme d’émotion c’est très loin de ce qu’avait pu susciter la mort de la mère de Buffy dans la série éponyme. Je ne fais pas la comparaison avec le magnifique épisode “The Body”, mais avec l’épisode suivant “The Body”, plus proche de ce qui se passe ici, c’est-à-dire le deuil et le poids de la perte.
    Cela étant dit, j’ai apprécié cette diversité de réaction et surtout cette volonté de ne pas faire dans le pathos. Les scénaristes ont su rester dans le suggéré et les non-dits, plutôt que de tomber dans une analyse de chaque perso, genre psychothérapie de groupe. Ainsi, la réaction de Oliver et aussi celle de Lauren m’ont véritablement touché.
    C’était juste, sans fioritures ni torrents lacrymaux, un très très bon point !

    Le défaut, à mes yeux, c’est un peu aussi celui du premier épisode : Roy Harper. L’acteur qui l’interprète a été puni par les producteurs ou quoi ?
    Il ne doit pas avoir trois minutes de texte dans tout l’épisode ! C’est déjà plus que dans le premier, cela dit !

    • Je me suis fais la même réflexion concernant Roy. Est-ce voulu afin de montrer la caractéristique du garçon de la rue? Celui qui agit plus qu’il parle? Tu vois le genre. lol

      • C’est une forte possibilité, en effet !
        Le problème, c’est que ce n’est même pas contrebalancé par un plus grand temps d’antenne ! Depuis le début de cette saison, j’ai l’impression qu’ils ne savent pas quoi en faire sans la dynamique du couple qu’il formait avec Théa, alors que mince, c’est Roy Harper ! Il y a de quoi faire avec lui plus qu’avec n’importe quel autre perso de la série !

        • Je pense que la difficulté de développer Roy (pour l’instant) est principalement du au fait qu’il y a de plus en plus de personnage a développer (même si maintenant il y en a un en moins: Sara), et il est pas évident d’accorder le même temps d’apparition, de textes, et de développement à chaque personnage. Surtout que l’essentiel est centré sur Oliver, déjà dans ces 2 premiers épisodes, on voit bien que toute la dynamique de l’histoire tourne a 100% autour de Oliver, et c’est même très très habile de la part des Showrunner car malgré que la trame des 2 premiers épisodes ne tournent pas qu’autour de lui, surtout le second même (tout tourne autour de Sara, Laurel et la traque de l’assassin), en réalité, ça fini par revenir sur Oliver, et ça été excellement bien écris dans ce second épisode (les craintes d’Oliver, ses motivations, ses peurs, ses émotions). Donc pour en revenir à Roy, on voit bien que ceux qui ont été mis en avant en priorité ce sont Laurel, Digle, et Felicity, tout simplement car ce sont ceux qui l’a connu en premier et qui font directement parti de son début de Vigilante. Je pense que Roy le moment venu aura toute son importance (surtout quand Théa reviendra a Star City). Après avis perso moi j’aime bien comment ils développent doucement le personnage sans se précipiter, car déjà dès le premier épisode on l’a trouvé en Sidekick (et pas un SK en carton, on voit qu’Oliver lui délègue beaucoup et lui fait totalement confiance, et ici second épisode idem, Roy fait ses tournées seul en solo, et vient même l’aider a se battre contre Komodo a QC. Roy est de mon point de vue beaucoup plus utilisé qu’il n’y parait sauf que son ascension va se faire doucement).

          • Voilà pour Roy, je crois c’est ça qui va se passer, il aura son run à lui, car une saison comporte au moins 18 épisodes lol Même j’ai avancé une hypothèse, j’ai l’impression que Thea deviendra Cheshire, ce run pourrait se faire entre Cheshire/Roy.

            Pour un autre personnage, dont lui ne sera pas dans toute la saison, je parle de Ray Palmer. En 2 épisodes pas de développement énorme pour qu’on puisse le découvrir et connaître mieux sa place, mais je fais confiance.

  9. J’ai particulièrement aimé cet épisode, un des meilleur d’Arrow toutes saisons confondues à mon humble avis.
    Déjà, si le but de cet épisode était de nous rendre triste, c’est réussi. De par la mort de Sarah, que j’appréciais énormément, et également de par le fait de la prise de conscience d’Oliver, que sa croisade ne pourra que se terminer par sa mort, thématique très intéressante.
    De plus, la série ne reste pas sur ses acquis, et avec cette mort, permet à toute l’équipe d’Oliver de prendre conscience de certaines choses, l’équipe ne reste pas fixe dans son comportement, et ça c’est plutôt bien joué pour ne pas nous lasser.
    J’aime également la lente progression de Roy (sidekick discret mais efficace), qui aura un rôle déterminant à jouer par la suite à mon avis, surement avec Thea. (dont la scène était un peu de trop, surtout avec ce “merci papa”)
    Laurel me saoule tjs mais un peu moins, on arrive à ressentir sa rage et à la comprendre, bon point, pour celle qui va devenir la futur Black Canary.
    La fin de l’ennemi était un peu décevante pour un tel ennemi d’Oliver dans les comics (même si je ne doute pas qu’on le reverra un jour) mais au moins Komodo a eu le mérite de me faire vraiment croire que c’était lui le responsable de la mort de Sarah. Mort qui m’attriste, mais qui permet de renouveler un peu la série en lançant une nouvelle intrigue et grâce à son impact sur les personnages.

  10. Ras en meurtrier de Sarah j’y crois pas trop, enfin ça serait possible mais cela aurait carreaux mieux qu’il utilise son arme de prédilection :l’épée

    J’espère que l’on va pas nous faire croire qu’une bourgeoise qui s’entraîne pendant 5 mois pourra égaler un type qui a passé 5 ans à survivre….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.