Review TV : The Flash – Saison 01, épisode 01

Les points positifs :
  • Un premier épisode qui ne perd pas de temps
  • Visuellement plutôt réussi
  • Une bonne introduction à la mythologie du personnage
  • Enfin un « Super » héros à la TV
  • Tous ces clins d’œil !
Les points négatifs :
  • Les tares habituelles de la CW
  • Un vilain plat et sans intérêt

« You need to believe in the impossible » – Barry Allen


  • Réalisé par David Nutter – Écrit par Greg Berlanti, Andrew Kreisberg, Geoff Johns – 07 octobre 2014

J’ai la chance d’être passé à travers tout ce qui peut concerner cette série, ou presque. C’est donc sans avoir vu la version leakée du pilote, sans avoir vu ni lu d’image ou de synopsis que je me suis lancé dans le visionnage de ce premier épisode de la série The Flash. De toutes les séries annoncées, il s’agit indéniablement de celle que j’attendais le plus, et ce pour tout un tas de raisons qui restent complètement personnelles mais que d’autres peuvent partager. Déjà le personnage de The Flash fait son retour à télévision, univers partagé avec la série Arrow et les implications que cela entraîne, un ton qui devrait normalement être différent et puis c’est The Flash quoi, un des plus importants super-héros de l’écurie DC Comics.

Dès les premières minutes du show, les fondamentaux d’une série CW sont là. Les éclairages ultra soft de soap bon marché me déglinguent déjà les rétines, l’amourette impossible aussi et l’inévitable combo « j’ai un papa policier qui ne veut pas que je sois moi aussi dans la police donc pour l’instant je travaille dans un dîner ça permet d’avoir le café gratuitement et puis ça sert de lobby romantique aussi ». Vous comprendrez que je ne suis pas un grand fan de ces clichés ni de cette esthétique. Heureusement pour moi, et probablement pour vous aussi, ce n’est pas tout ce que ce premier épisode nommé City of Heores a à offrir. Il ne faudra toutefois pas compter sur l’histoire pour faire dans l’originalité puisque tous les passages obligatoires de l’origin story y passent. Je n’en dirai pas un mot car vous le verrez de vous-même.

Grant Gustin, tout droit débarqué de son personnage légendaire des Warbblers de la série Glee où il campait un vilain garçon qui voulait… on s’en fout en fait. Bref, Grant Gustin s’offre sans aucun doute le rôle de sa jeune carrière en prenant les traits de Barry Allen, un homme dont l’enfance a été marquée par le meurtre de sa mère lors d’un événement que personne ne peut expliquer, faisant de son père le coupable idéal et se retrouvant quasiment sans parent du même coup. Iris West est incarnée par Candice Patton et son père Joe West et interprété par Jesse L. Martin. Je ne vais pas m’amuser à tous les faire mais ces trois-là sont pour l’instant les plus importants. Globalement, les prestations sont de bonne facture même si on note quelques faussetés lors de certaines scènes. Gustin semble avoir un peu mal en Barry Allen alors qu’il semble parfaitement à l’aise lorsqu’il endosse son costume. D’ici la fin de l’épisode, on le sent déjà plus confiant dans ses différents rôles. De toute façon, son jeu de base semble plus étoffé que celui de son compère Stephen Amell. La même chose pourrait être dite pour tous les acteurs de la série en fait mais je pense que cela est à mettre sur le dos d’un premier épisode avec majoritairement de jeunes acteurs. Gageons que la suite sera au top alors que là, c’est loin d’être mauvais.

Là où la série The Flash a fait mouche selon moi, c’est tout le reste. L’univers de Flash est bien retranscrit et il s’agit pour moi de la série qui fait vraiment typé comicbook. Les éléments que l’on attend d’une telle adaptation son bien évidemment présents et visuellement, même s’il manque indéniablement un peu de moyens, cela reste tout à fait convaincant. Les passages avec le vilain sont les plus réussis et les mieux intégrés alors que ceux en ville où tout est en image de synthèse sont plus grossiers. Comme pour beaucoup de début de série de ce type, le méchant de cet épisode est plat, sans grande finesse et on ne lui porte aucune espèce d’intérêt à part le fait qu’il intègre le concept du vilain à pouvoirs. Espérons pour lui que le futur lui offre un meilleur développement puisqu’il s’agit quand même d’un personnage important dans l’univers du coureur. En parlant d’univers, il faut avouer que, comparé à Gotham, les easter eggs sont infiniment mieux intégrés à l’épisode. Pas forcément plus subtils mais plus naturellement utilisés, ils ne font pas forcés et participent à la construction d’un univers crédible. Le passage à Staling City scelle la connexion entre la série Arrow et The Flash pour lui donner un petit coup de pouce en termes de consistance. Le ton est d’une manière générale plus léger et c’est tant mieux. Une belle bouffée d’air frais pour un DC Comics qui cherche enfin la diversité d’ambiance. L’humour est encore un peu timide et n’est pas des plus désopilants, la faute sans doute à un premier épisode qui veut peut-être trop en faire et une écriture encore un peu jeune. Ce ton se retrouve d’ailleurs jusque dans la musique et l’utilisation d’instruments joués de manière plus aérienne. Moins de percussions lourdes et cornes imposantes pour plus de cordes.

L’autre bonne surprise c’est qu’on ne perd pas de temps dans cet épisode. Pas de blabla lourd et inutile. Le temps est une composante importante pour un personnage comme Flash et je trouve que la construction même de l’épisode met ça en évidence. Plus on avance dans l’épisode plus le montage de celui-ci semble rapide. Un peu comme lors d’un exposé, on prend son temps au début puisque l’on sait que l’on a tout le temps, puis, plus on approche de la fin, plus on va vite car on se rend compte qu’on risque de ne pas avoir le temps de dire tout ce que l’on veut dire. Pourtant, cet épisode est complet et suffit largement à mettre les éléments nécessaire au bon établissement de la mythologie du personnage comme les possibles intrigues futures.

The Flash est exactement ce à quoi je m’attendais. Sans en faire plus ni moins, avec ses qualités et ses défauts (que l’on peut lui pardonner pour l’instant), la nouvelle série CW de DC Comics démarre incontestablement du bon pied. Si la suite suit la même évolution que sa série grand sœur, les fans du speedster, et même les autres, aurons un nouveau rendez-vous sur lequel ils peuvent compter. D’ailleurs, je ne sais pas pour vous, mais moi quand j’ai vu la fin de cet épisode, mon cœur s’est emballé rien qu’à l’idée que cette « chose » puisse être portée à l’écran. The Flash m’a non seulement donné envie de regarder la suite de la série, mais j’avoue que maintenant je rêve d’une version à 250 000 000$, pas vous ?


Un avis supplémentaire c’est bien aussi !

The Flash est sans contexte l’une des séries que… j’attendais le moins. Oui, voilà, c’est dit. J’étais vraiment très curieuse de voir comment allait être travaillé le personnage, le jeu des acteurs, l’histoire tout ça, surtout suite à l’apparition de Barry Allen par Grant Gustin dans Arrow, mais au fond, c’était juste une grande curiosité. Maintenant que le premier épisode est passé, je suis toujours dans le même état d’esprit. Je ne suis pas bouleversée ou hyper emballée mais c’était quand même assez chouette et je continuerai à regarder car mine de rien je suis assez intéressée par l’histoire qui se construit.

Il est vrai que le visuel de la série est très travaillé, le personnage de Barry Allen est touchant et prête à sourire avec un très bon Grant Gustin que je ne connaissais pas auparavant. Mais il y a trop de choses qui me déplaisent à commencer par Iris West, tout le temps à sourire bêtement, genre la joie incarnée perpétuelle. C’est son personnage qui représente l’histoire tout ça mais je n’accroche pas, et que dire du glaçon de Caitlin Snow (je n’aime déjà pas l’actrice donc c’est compliqué) mais au moins son jeu correspond au personnage : glaçant. Voilà, en fait à part quelques touches d’humour, je retiens surtout Grant Gustin et Tom Cavannagh pour leur jeu et le reste est assez loin derrière.

Peut être un peu trop made in CW pour moi, déjà qu’Arrow peut s’avérer too much dans ce domaine, la série reste assez sombre mais ici c’est un peu trop « joyeux » pour moi. Un peu trop léger. Reste à voir sur la durée comment la série va évoluer, surtout avec le petit gap entre les deux premiers épisodes.

– Harley

49 Commentaires

  1. Je vais regarder cela ce soir. Moi au contraire d’Harley c’est une des séries que j’attends le plus et dont j’espère le succès pour que Urban se décide d’arrêter de le laisser de côté dans les publications !

    (petite faute d’orthographe au paragraphe d’Harley ==> « l’un des séries » …. pardon, je chipote :p )

  2. Pour moi cette série est excellente. Certes je m’attends a beaucoup de cafouillage (CW oblige) au niveau des personnage, mais globalement le premier épisode était à la hauteur de mes attentes. J’ai très hâtes de voir la suite (surtout avec des vilains un peu plus charismatique que Wheater Wizard qui trouve sa valeur qu’avec les rogues selon moi) Cpt. Cold, Grodd, Reverse-Flash et pourquoi pas…. The Trickster :P

  3. Tout comme Trickster, j’ai trouvé ce premier épisode excellent, ne serait-ce que pour cet instant magique où le personnage s’élance pour la première fois ou encore le formidable hommage à Born to run qui donne autant de frissons que sa version papier. De même, pour une série CW, je trouve qu’on esquive énormément de poncifs du genre. Bref, un excellent départ qui annonce de très bonnes choses à venir :)

  4. Comme mes VDD, je suis convaincu par ce pilote, les effets spéciaux sont correct (appart celui de la Banque), on a un peu de romance mais je peux la supporter. Bref, je suis fan ^^

    • J’ai juste oublier un truc, je suis un poil déçu par le logo, je m’attendais avoir celui qui illustre cette review mais je n’ai vu qu’un logo style argenté avec un éclair jaune qui passait derrière.

  5. Bon sang tojours la même chose. On critique tout le temps les traitements et l’approche de la CW, mais on continue tout de même à regarder ce qui se passe sur cette chaîne, même si je sais à quoi m’attendre. Trop cartésien pour un divertissement. Si je me suis pas endormi pendant l’épisode signifie que le pari a été gagné pour moi. J’embarque ou je débarque de l’histoire. Que les acteurs sont trop jeunes, un rictus mal placé, etc. À quoi ça m’est utile pour une histoire de S-H, ces détails de grands cinéma vont encore revenir, j’en suis convaincu, parce que on dira encore  »c’est du CW tout craché ». Oui je le sais, parce que moi aussi je regarde la série directement sur la CW, je sais que les effets spéciaux ne seront pas comme au cinéma, etc Perso je m’en fous, parce que ce qui sera important pour moi ce sera de me poser la question si je me réjouis de voir The Flash en action, de le voir courir, de partager avec lui ses bons et mauvais moments, etc.

    C’est une série sur un S-H, au moins un gros paragraphe pour m’exprimer à quel Flash on me donne ici, sa destinée, à quoi je dois m’attendre avec ce Flash, on le représente comment, etc.

    • De sages paroles auxquelles je ne peux qu’adhérer!! J’ai adoré pour ma part, enfin un super-héros lumineux et positif à l’écran, ça fait du bien.

    • Je ne sais pas à qui est adressé ce paragraphe mais si c’est à moi je pense que tu t’es contenté de lire les + et – puisque même si je râle dessus (parce que je DÉTESTE VRAIMENT les éclairages des séries de cette chaine…), ça n’empêche que le plaisir que j’ai pris à regarder l’épisode ne s’est pas du tout retrouvé entaché. D’ailleurs, je pense que ma review montre clairement que j’ai vraiment aimé ce premier épisode.

      • C’était en général Nath lol Le fait de donner une critique sur les détails techniques n’est pas là le problème, tout à fait normal d’en parlé. Une fois que je sais et connais que cette chaîne fait souvent ça, ces détails deviennent redondants, je sais qu’on va redire  »Ça c’est du CW », mais je ne retrouve jamais une critique comment les auteurs de la série essayent de me raconter une histoire de S-H, ils veulent me dire quoi sur ce S-H? La série Arrow souffre de ce sentiment généralisé de certains, le même modus operandi semble se répété.

        Perso en regardant le pilote hier, je me suis plongé entièrement dans l’ambiance du Héros et ça c’était vraiment cool de voir The Flash en action, pas seulement, il a eu aussi la façon que sa destinée est arrivée, outre le meurtre de sa mère, on apprend un tas de trucs sur The Flash enfant, si je n’embarque pas sur cet aspect il me sera difficile de suivre Barry dans son monde intérieur à la manière de CW, cette manière de faire est un parti pris de raconter ça de cette façon, ce n’est pas que les créateurs ne sont pas capables de faire autrement, c’est un choix de la chaîne tv, une fois compris j’accepte de continuer de cette façon ou j’attend la sortie de Batman v Superman au cinéma. lol Blague à part. lol Ce que je veux dire on a des attentes sur la CW qui ne sera jamais comblée à 100% niveau technique ou autre, donc pourquoi pas de jouer le jeu et de partager entre nous ce qui nous intéresse ici et de me contaminer par votre joie et enthousiasme.

        Encore une fois Nath ce n’est pas toi en particulier, mais bien général ce sentiment que je vis.

  6. J’ai été agréablement surpris par ce pilote. Alors que j’avais vite abandonné Arrow du fait que je ne m’attachais pas du tout au personnage, la j’ai très vite accroché au héros et à certains de ses comparses. Grant gustin sans être un immense acteur apporte une vrai empathie pour son personnage et j’ai envie de voir son évolution dans les prochains épisodes.

    Sinon globalement j’accroche bien au ton de la série et je trouve que ça correspond mieux aux intrigues typiques CW alors que Arrow souffrait d’un certain décalage entre la volonté de rendre une ambiance sombre et violente et les histoires niaises entourant la famille d’Oliver. Et comme il est dit dans la critique les effets sont loin d’être dégueulasse pour une série de ce genre et la réalisation ose des plans iconiques très comic book qui rendent vraiment bien.

    Et même si je m’attends à une baisse de qualité technique sur la suite de la saison j’ai très envie de voir la suite et j’espère que ça ne deviendras pas trop vite redondant.

  7. Sa me fait tellement de peine de voir un congénère masculin dans la friend zone.
    Comme dit dans la review, le personnage mérite une version a 200 milliions de dollars. Ceci étant dit j’ai beaucoup aimé ce pilote, sa fait plaisir de retrouver un héros DC a la sauce lumineuse et légère, les effets spéciaux sont bons. Bon l’arrière gout a la CW est toujours, but who gives a shit ? comme las si bien dit Crazy, le plaisir de voir l’un des plus grands super héros de DC évoluer est là, et c’est l’essentiel.
    Le seul bémol du pilote c’est le charisme de Donuts en décomposition oublié dans la boite a gants du vilain, et la mélodie qui m’agace un peu mais bon, c’est en grande partie bien sympathique tout ça.

  8. ont pourra dire ce que l ‘on veut que je suis qu’ un râleur et tout ca mais je trouve tres gentil pour donner une note pareil DCP, de plus il y a de nombreux défauts pas mentionnés dans cette critique .

    • Je suis d’accord surtout pour le scenario. C’est du convenu, ça marche. Mais pas dans mon cas le fait que ç

      • ça ressemble à du comics me fait m’arracher les yeux. Pour moi c’est pas du tout un gage de qualité, mais en plus les interactions avec les personnages sont juste inexistant. Personne ne fait vraiment avancer l’intrigue.
        Désoler pour le double post !

    • Peut-être que les qualités surpassent tout simplement les défauts :)
      D’ailleurs quels vrais défauts peut-reprocher, à part peut-être un jeu d’acteur parfois un poil exagéré ? C’est tout de même un pilot d’excellente facture et comme on en a jamais vu chez DC.

      @Ludoenix : En même temps, quand une série nous dit dès le début qu’elle épousera tous les aspects du comic-book dont elle s’inspire, on va pas non plus lui reprocher de respecter le pacte. Quant au scénario, je trouve ça vraiment fort de reprocher une absence d’interaction et de progression quand tout l’épisode s’articule autour d’un Barry qui arrive à entraîner son entourage dans son monde et leur faire croire en ce symbole qu’il va incarner.

      • Voilà  »quand tout l’épisode s’articule autour d’un Barry qui arrive à entraîner son entourage dans son monde et leur faire croire en ce symbole qu’il va incarner. » Surtout les derniers mots  »ce symbole qu’il va incarner ».

        • J’ai omis de dire que ce  »symbole » que The Flash incarne pour sa ville a tojours été canonique pour le personnage, d’ailleur confirmé par Arrow sur le toit. Et ça c’était cool pour le jeune Barry, il avait besoin entendre ça dans le contexte de la scène. Alors si on appelle pas ça de l’interaction…

          • Entièrement d’accord, rien que le Flash Museum est une marque de la relation très particulière qu’entretient le Speedster avec sa ville. D’ailleurs, je vais te paraphraser, mais comme tu le dis, la scène avec Green Arrow est un formidable moment d’émulation entre deux jeunes héros qui s’apprêtent à changer le monde. Rien qu’un simple « cool » prononcé par les héros, et qui pourrait paraître un peu niais, témoigne pourtant d’une sorte de candeur retrouvée et l’adhésion à un autre modèle à suivre, le super-héroïsme.

          • Je veut bien mais contrairement aux autres personnages, Oliver à déjà était développer. Alors que les autres, bas y’a juste du vide. Si quelqu’un peut me les définir loin de leurs fonctions.

          • En même temps, la série va pas tout développer en 45mn, il doit rester un minimum de matière pour la/les saison(s) à venir et si tu trouves ça superficiel, les bases de chaque personnages sont pourtant bien plantées : Barry et sa quête du héros à venir, entouré de trois pères, dont l’hybris de l’un est à la base même de cette épopée. À côté de ça tu trouves Iris et son parcours de « true believer » avant de trouver une voie probablement autre que celle de l’universitaire, Snow recouvre petit à petit de son deuil, Cisco est le mec et probablement trop cool pour ne pas être développé très rapidement et enfin tu as Eddie, le type parfait qui réussit dans tous les domaines, au point qu’on imagine sans peine la roue tourner et le voir chuter lentement. Bref, tout est à sa place et suffisamment défini pour discerner quelques pistes à venir.

          • Surtout quand je me dis Geoff Johns est dans l’équipe il ne peut pas passer outre cette métaphore sur The Flash, on connaît l’importance que ça revêt pour lui. Le problème avec la série elle va chercher des subtilités, des petits détails qui semblent anodins à la 1e écoute, mais demande une certaine introspection pour saisir tout le symbole qui est intégré. C’est une des raisons pourquoi j’aime cet équilibre dans le ton humour et sensible, bien dosé, car nous avons ici la vision de Flash en série tv, un Barry encore jeune et non comme Oliver/Green Arrow adulte, mâture et avec de l’expérience, par contre ne signifie pas que l’un est meilleur que l’autre.

  9. autant Arrow, j’arrive pas à plonger dedans, autant The Flash en un seul épisode m’a bien rabiboché avec les super-héros en série TV.
    Les acteurs ne sont pas tous parfaits (mais beaucoup moins dans le sur-jeux que Agent Of SHIELD) mais la composition générale tisse une intrigue qui promet.
    Du caméo, et des eastereggs à foison, sans parler de la musique vraiment très chouette.
    Ca promet !

    • Pour moi c’est complément l’inverse. Je trouve que The Flash manque vraiment de subtilité comme là saison 2 de Arrow.

  10. Du côté de la promo, nous avons eu droit à deux vidéos cette semaine. La première sera certainement celle qui vous intéressera le plus puisqu’il s’agit d’un nouveau teaser pour cette nouvelle saison, qui contient à la fin des séquences inédites, comme celle où Barry évite une balle de revolver à la Matrix. C’est donc très certainement ce genre de séquences qui font partie des 3 minutes qui rallongent ce pilote ???? hum hum c’est pas ds le pilote en fait ?

    Lire l’article source sur: http://www.dcplanet.fr/122517-recap-dc-tv-2-promos-series-intensifient

    • Ton article ne dit pas si ces 3 minutes seront seulement présentes sur la chaîne CW, donc je crois que c’est le cas qu’elles ont été présentes seulement sur la chaîne CW.

  11. C’est loin d’être parfait, mais le pilote m’a plus convaincu que les 3 premiers épisodes de Gotham pour l’instant. Je suis curieux de voir la suite.

  12. je viens de mater l’épisode, je le trouve vachement mal branlé, weather wizard est nul, les fx sont pas toujours excellents et quelques scènes laissent à penser qu’on aura droit à du arrow côté sentimental …
    mais franchement j’aime beaucoup le personnage de Barry, le easter egg dans les locaux de star labs sur vous-savez-qui est trop ouf et le cliffhanger est hallucinant même dans les détails !!! et puis il y a quand même quelques images par ci par là de flash en mouvement bien cools (faut tomber dessus)
    Je pense continuer juste pour le personnage de barry (étant donné qu’on aura le dénouement du cliffhanger que vers la fin de la saison j’imagine) et parce que je pense que cette série a du potentiel.
    C’est juste que cet épisode sentait trop le « ok il faut tout caser dans notre premier épisode même si ça manque de subtilités comme ça on aura posé les bases » le déroulement de l’épisode est trop mécanique jusque dans les dialogues. Mais je pense qu’ils vont se lâcher un peu plus sur la suite donc je suis quand même impatient. puis le cliffhanger quoi !

  13. Une scène du pilote me chagrine tout de même… Au début je pensais que se serait juste sur la version test qui avait cuité, mais c’est identique dans la version diffusée.

    Dans Arrow, la scène de l’accident de labo à la fin du 2×09 est différente que la même scène présente dans le 1×01 de Flash…

    Dans l’une, il rentre à peine à Central City, il est au téléphone avec Félicity, puis boum… Dans l’autre, il revient d’une enquête, il saigne du nez, s’essuie avec un mouchoir puis boum…

    Alors que l’épisode possède deux référence à Arrow, son voyage à Starling City et la présence d’Oliver…. Pourquoi enlever la discussion avec Félicity…

  14. Dire que j’attendais cette série plus que toutes les autres tirées de l’univers DC est un euphémisme !
    Et je suis plus que satisfait du résultat !
    Il y a vraiment une ambiance comic-book assumée comme rarement ça aura été fait ces dernières années, et le personnage de Barry Allen est parfaitement posé ! La scène du dialogue entre Barry et son père (le premier Barry Allen TV d’ailleurs) est à ce sujet très bien maîtrisée, et parfois assez poignante ! Il y a du coup aussi un côté à la fois passage de flambeau et hommage à la première série (« je suis fier de porter ton nom et d’être ton fils ») qui fait rudement plaisir ! C’est bien inséré et assez subtil par rapport au contexte pour ne pas sortir le spectateur de l’épisode dans le genre « clin d’oeil appuyé avec coups de coude » aux fans qui ont un peu de kilométrage au compteur ! ^^
    ===
    Sinon, le fan du Spider-Man de Sam Raimi que je suis a aussi beaucoup apprécié les nombreuses similitudes entre ce pilote et le premier opus de la première trilogie (découverte des pouvoirs, le changement corporel, l’effet temps ralenti, le monologue adressé au spectateur, le jeune Barry martyrisé par ses camarades) !
    ===
    Bref, j’ai passé un très bon moment, et je pense même que je vais revoir cet épisode !
    En ce qui me concerne, la rentrée DC est pour l’instant très positive ! :D

  15. C’est les premiers épisodes, attendons un peu avant de se faire un avis, non?
    Moi je reproche surtout aux séries DC leurs castings féminins…
    Laurel dans Arrow, Barbara dans Gotham et Iris dans Flash me font souffrir de renvois devant ma télé… (je suis pourtant certain qu’il existe de bonnes comédiennes aux États-Unis!?!)
    Pour le reste, c’est des séries adaptées de comics… ne boudons pas notre joie!

    • Malheureusement je pense que c’est plus une histoire d’écriture de personnages que de comédiennes. Que ce soit dans les séries télés mais aussi plus globalement au cinéma les personnages féminins sont quand même beaucoup moins bien traités que les personnages masculins et globalement ont leur donne par beaucoup d’occasions de briller et de se mettre en avant. Je trouve pas que l’actrice qui campe Iris West soit plus mauvaise que les autres acteurs de la série mais son personnage à pas grand chose à développer pour l’instant.

  16. Outre l’aspect technique, le bon et le mauvais, je retiens surtout qu’à la fin de l’épisode j’étais content et me réjouissais déjà de voir ce que les épisodes suivants apporteraient. Cela fait du bien d’avoir quelque chose de plus léger pour contraster avec Arrow. Et c’est un petit coup de pouce bienvenue pour faire passer les achats Flash en attente depuis longtemps, sur le haut de ma liste.

  17. Anecdote : l’acteur John Wesley Shipp qui joue Henry Allen, le père de Barry, interprété Flash dans la série éponyme de 1990 ;-)

    Bon épisode pour ma part, mieux réussi que le premier Arrow à l’époque avec malheureusement un côté trop « teenage / CW / Smallville » un chouilla trop agaçant mais bon, pas le choix ^^

    Je connais peu l’univers de Flash et le pilote m’a convaincu d’en découvrir davantage :)

    (La faute à Urban qui veut pas éditer le New52 en librairie ça O:-) )

  18. je reviens un peu tard aussi, mais un point que j’aime dans une série, l’ambiance sonore, et la musique est une vrai réussite.

  19. J’aime tout dedans: barry, la musique, les effets spéciaux sur flash, les easter eggs que j’ai pigé, une future crisis (à la fin de saison 9, on a le temps de voir venir), la discussion Flash/Arrow, les 2 cools en partant.

    Mais qui va être nega flash (un a le nom, l’autre la carrure je trouve)

  20. T]osh`iki pareil que toi, une des rares séries, par son personnage, qui me donne envie de regarder depuis des années, je dois pas être assez objectif. Attendons la suite pour voir.

  21. Pour ceux qui connaissent un peu l’univers de flash dans les comics, (SPOILER) Eddie Thawne, ou Eobard Thawne dans les comics est censé être le négaflash non ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.