[Review VF] Superman Saga #9
Les points positifs :
  • Jim Lee en forme sur Superman Unchained #6
  • Superman/ Wonder Woman plutôt intéressant
  • Zod is here !
Les points négatifs :
  • Un ensemble mitigé
  • Batman et Superman #7 try again

Bienvenu pour ce nouveau kiosque consacré à notre Kyptonien, avec le retour de Superman Unchained. Vous retrouverez aussi Batman/Superman #7, Action Comics #27, Superman #27, Superman/Wonder Woman #4. Bonne lecture.

 Superman Saga #9 est disponible depuis le 12 Septembre 2014 au prix de 5,60 euros.


Numéro précédent : Superman Saga #8La suite dans :  Superman Saga #10

Superman Unchained #6

  • Scénario : Scott Snyder Dessins : Jim Lee, Dustin Nguyen Colorisation : Alex Sinclair, John Kalisz

Quand je me suis rappelé que je devais écrire sur Unchained, je n’étais pas très heureux, tant les précédent numéros et le fait qu’il ne soit pas présent dans le Superman Saga #8 m’ont fait oublier sa présence ce mois-ci dans ce neuvième kiosque. Une grosse erreur de ma part car ce sixième numéro prévoit potentiellement ce qui se passera dans le septième et dernier Unchained. L’erreur ne s’arrête pas là, car j’ai trouvé ce numéro intéressant par les actions menées par Superman et Wraith. On se rend compte que ces deux-là on en commun leurs pouvoirs, Wraith est plus une version de Superman Red Son américanisée par le Général Lane. Autre moment clé de ce numéro, c’est la complicité entre Lois Lane et Superman, avec une note de nostalgie sur leur amour hors New 52. On aime ou on aime pas Jim Lee, pour moi c’est quand même une réussite sur le plan artistique.

– Deiimo

Note : 7/10

Ce sixième numéro de Superman Unchained parvient enfin à montrer que Scott Snyder est capable d’écrire du Superman, ce qui n’était pas gagné d’avance. Le scénariste parvient à jouer habillement sur la relation qui existe entre le kryptonien et le personnage de Wraith, qui partagent beaucoup de choses, dont les super-pouvoirs et l’origine extra-terrestre, mais qui s’opposent sur des points idéologiques. Sauront-ils passer outre leurs divergences d’opinion pour sauver le monde ? C’est la question (rhétorique, certes) que pose cet épisode. C’est aussi l’occasion de voir Superman se rapprocher de Lois Lane, ce qui parlera aux fans de l’ancienne continuité, qui seront heureux de voir que Clark n’est pas vraiment insensible à cette jeune reporter. Le travail de Jim Lee sur ce numéro est une véritable réussite, pour peu que l’on apprécie son style.

– Zeppeli

Note : 7/10

Superman Unchained #6


Batman/Superman #7

  • Scénario : Greg PakDessins : Brett BoothColorisation : Andrew Dalhouse

Bon, à l’exception de Unchained où j’ai eu ma surprise, Batman/Superman ne suit pas cette lancée du tout, toujours le même format pour lire le comics de travers qui ne m’enchante vraiment pas. Une histoire sur un jeu de combat devenu réel entre Batman et Superman suite à une technologie Alien donnée par Mongul qui sert en esclavage des millions d’humains grâce à une plante produisant des spores et les force à jouer, que l’on me donne l’adresse du dealer de coke de Greg Pak. C’est pas forcément un scénario mauvais, mais concrètement, si on cherche un peu, qu’est ce que ça nous apporte réellement, une histoire comme celle ci ? Que Mongul adore les jeux vidéos ou qu’il est le nouveau PDG du prochain jeu AAA dans le but de lobotomiser le monde derrière un écran pour nourrir une arme de destruction massive ? Bon, on va pas partir plus loin, le travail effectué sur les premiers numéros de Batman/Superman était représentative d’une certaine qualité notamment avec les dessins de Jae Lee, bien que ce de Brett Booth soit correct voire même bon. Réjouissance de fin, c’était le dernier niveau, maintenant game over et on recommence un nouveau run, en espérant qu’il n’y ai aucune rejouabilité sur celui qui vient de s’achever.

– Deiimo

Note : 5/10

Suite et fin de cet horrible arc où Superman et Batman se retrouvaient piégés dans un jeu vidéo ancré dans la réalité, grâce à une technologie extra-terrestre produite par Mongul qui vise à réduire toute l’humanité en esclavage en les forçant à jouer (un peu comme le fait Blizzard, en fait). Le scénario est toujours aussi lourd et mal amené, et tout est assez peu compréhensible, pourquoi faire de Mongul le vilain qui se cache derrière ce jeu ? Cela ne fait aucun sens. Le découpage horizontal des pages n’apporte toujours rien au comic-book, bien que le travail de Brett Booth soit toujours aussi agréable (même si on regrette le travail de Jae Lee, qui officiait sur le premier arc). On sera heureux de voir que cet arc vidéoludique touche à sa fin, même le cliffhanger est loin d’être incroyable, tant on le sentait venir à des kilomètres.

– Zeppeli

Note : 3/10

BatmanSuperman #7


Action Comics #27

  • Scénario : Greg PakDessins : R.B. Silva, Mike Hawthorne, Aaron KuderColorisation : Eva De La Cruz, Dan Brown

Pendant que Superman semble s’être trouvé un fils de substitution, Lana continue de chercher les ennuis, sûre du fait que Clark veillera sur elle quoi qu’il arrive. Ses escapades vont permettre de découvrir un nouvel endroit fascinant. Un scénario plein de douceur, oui oui de douceur, certaines mauvaises langues diront bourrés de bons sentiments, avec un Clark nostalgique qui se retrouve enfant à travers un petit monstre qu’il voudra à tout prix sauver de ce qu’il pense être un grand péril. Mais les apparences sont parfois, souvent même, trompeuses.

Pas moins de trois dessinateurs interviennent sur ce numéro, si les deux premiers qui œuvrent, soit R. B. Silva et Mike Hawthorne, font un super boulot, c’est loin d’être le cas d’Aaron Kuder, dont les dessins ne sont pas très détaillés et les visages sont franchement ratés. Si on peine un peu à s’intéresser à l’intrigue principale, l’instant de nostalgie de Clark vaut à lui seul la lecture de ce numéro, tellement les sentiments décris sont touchants.

– Darthfry

Note : 6/10

Superman s’est fait un nouvel ami en la personne de “Baka”, qui n’est autre que le monstre qu’il avait affronté le mois dernier. Le scénario est plutôt bien écrit et permet de nous présenter un Clark plein de bons sentiments, qui protège ce petit monstre comme s’il s’agissait de son propre enfant. On appréciera de retrouver un Superman qui semble proche de sa version pré-New 52. Le travail des trois dessinateurs présents sur le numéro est efficace, même si le trait d’Aaron Kuder ne plaira pas à tout le monde, bien que je ne sois personnellement pas dérangé par ce style.

L’épisode reste assez intéressant, et il est agréable à lire, tout ceux qui réclamaient un héros plus doux et moins radical seront ravis, et le cliffhanger reste assez intéressant, car la nouvelle menace qu’affrontera Superman dans les numéros à venir promet du lourd.

– Zeppeli

Note : 6,5/10

Action Comics #27


Superman #27

  • Scénario : Scott Lobdell Dessins : Ed BenesColorisation : Pete Pantazis

Fin du llllloooooooonnnnnng arc qui avait commencé avec les psy wars. Lois est toujours dans le coma avec le Parasite qui semble prendre goût à l’énergie qui émane d’elle depuis qu’elle a développé des dons psy. Tout cela semble donner une idée à Clark pour faire d’une pierre deux coups. Mince, il aura fallu attendre le dernier numéro de cet arc pour qu’il y en ait un malin, intéressant et bien fichu. L’intrigue prend fin d’une excellente manière, avec une idée brillante mais qui soulève tout un tas de questions…

Les dessins d’Ed Benes ne me séduisent pas, alternance d’un Parasite hyper détaillé et d’humains totalement inexpressif, le tout laisse une impression étrange et plutôt négative. Si Scott Lobdell est souvent décrié pour ses scénarios alambiqués voire parfois sans queue ni tête, là il réussit le plus dur, conclure un arc, ce qui est pour le moins paradoxal !

– Darthfry

Note : 7/10

L’histoire qui avait débuté avec Psy Wars se conclut dans ce numéro. Lois, qui est encore dans le coma, est attaquée par le Parasite qui cherche à se nourrir de son énergie psy, et Superman vise à utiliser cela à son avantage. Le numéro ne repose que sur une idée très simple pour supprimer l’intégralité des conséquences de l’histoire précédente et revenir au statu quo comme si de rien n’était. Scott Lobdell range ses jouets, et c’est tant mieux. L’histoire est plate et peu intéressante et Superman est présenté comme un incroyable douchebag égoïste, ce qui m’a un peu surpris, mais bon c’est du Lobdell, et j’ai arrêté de chercher les raisons de son “style” si particulier. Notons aussi l’abondance de bulles de pensées qui noient les pages de ce comic-book, je n’en avais pas vu autant depuis 1994 ! Le travail d’Ed Benes ne rehausse pas vraiment le numéro, ils sont efficaces mais loin d’être marquants.

– Zeppeli

Note : 4/10

Superman #27


Superman/Wonder Woman #4

  • Scénario : Charles SouleDessins : Tony S. DanielColorisation : Tomeu Morey

La love story n’en finit plus entre Superman et Wonder Woman, bien qu’elle ne soit pas au cœur de ce numéro, elle fait partie intégrante du back-up qui suit, puisque leur couple à fuité sur la toile, comme l’annonce du prochain rôle de Justin Bieber dans le rôle de Billy Baxton, oh wait… Plus sérieusement, ce numéro quatre se veut centré sur Superman et Zod, dont on va connaître réellement les intentions et Clark va vite s’en apercevoir. Autrement dit, le prochain numéro risque fort d’être intéressant à condition qu’il ne soit pas interrompu d’une importante news sur clarkcatropolis.com. Un numéro agréable, vous l’aurez deviné, surtout quand on parle de Zod et qu’on le voit avec cette carrure et armure Kyptonienne, il envoie du steak le bonhomme. D’ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur ce personnage, le dossier juste avant ce numéro est relativement intéressant, il met vraiment l’accent sur le personnage, sa psychologie et ses apparitions dans les différentes œuvres de notre Kryptonien. Bon je passerais les détails sur le back-up assurément drôle.

– Deiimo

Note : 7,5/10

Ce numéro a le mérite d’être centré sur le général Zod, que j’affectionne tout particulièrement. Charles Soule parvient à le caractériser avec justesse et établit un parallèle entre la relation que celui-ci entretient avec Faora et celle qui unit Superman et Wonder Woman. L’épisode est très intéressant lorsqu’il parle de cet ennemi, et que Clark y est confronté, mais perd de sa superbe lorsqu’il sombre dans le côté “soap opéra” qui parle de l’histoire d’amour entre Supes et WW révélée au public. C’est bien gentil, mais c’est un peu ridicule, surtout quand tout est traité sans que ça n’ait de réelles conséquences sur l’univers DC… Le back-up est à l’image de cette partie du numéro, ridicule et digne des pires story-lines de séries à destination de la fameuse “ménagère de moins de 50 ans”. Vivement le prochain épisode pour que l’on reparle vite de Zod !

– Zeppeli

Note : 6,5/10

Superman WonderWoman #4