Souvenez vous. Il y a de cela quelques mois s’achevait Forever Evil, premier événement de grande ampleur dans la cosmogonie DC Comics post-reboot, aux nombreuses conséquences et aux nombreuses fenêtres ouvertes sur un avenir aujourd’hui entamé. Pour ceux qui auraient un peu de retard, Forever Evil mettait en vedette les quasi-vilains de l’univers DC. Lex Luthor, Black Adam, Catwoman, nemesis ambivalents des grandes figures de la Justice League, dernier rempart face à une menace venue d’un autre monde. Le scénariste de l’event, Geoff Johns, a pu ainsi déclarer sa flamme aux super-vilains, qu’il assume totalement dans une interview accordée à CBR.

Attention aux spoilers présents dans l’ensemble de l’article, surtout toi, lecteur VF

Quelques mots sur la situation de Lex Luthor…

Les gens qui connaissent mon travail savent que j’aime écrire les vilains autant que les héros. Quand j’ai commencé mon travail sur la série Justice League, j’ai travaillé sur Superman, Batman, Wonder Woman – en somme, les héros habituels que tout le monde connaît. Mais par la suite, j’ai voulu mettre Lex Luthor dans l’équipe. Je me suis tout de suite dit « ça pourrait vraiment secouer un peu, tout ça ».

La route a été longue pour nous, de passer du Lex Luthor « classique » à une image acceptable en tant que membre de la Justice League. Je pense que nous y sommes parvenus. Le plus gros enjeu de Forever Evil était d’offrir à Luthor une chance de rédemption. À la fin de l’histoire, il s’est tellement monté la tête avec la Terre entière qui le regarde, lui, comme le sauveur des peuples, le gars qui était là pour faire le boulot de Superman, qu’il pense immédiatement « il faut que ça continue! ».

Je voulais que le personnage évolue, et ne soit pas juste « le méchant », comme c’est le cas depuis 75 ans dans la majorité des histoires de Superman, comics, films, séries, etc. Je voulais le voir tenir enfin à quelque chose, à quelqu’un. C’est ce qu’on a fait. Je voulais le voir se mettre en colère, c’est ce qu’on a fait aussi. Je voulais qu’il fasse des blagues, je voulais qu’il se sente coupable. Est ce qu’on a déjà vu Lex Luthor se sentir coupable ? Est ce qu’on l’a déjà vu se mettre en colère pour défendre quelqu’un d’autre que lui ?

Justice League, dans les mois à venir…

Habitués à la présence du machiavélique milliardaire dans la série Justice League depuis quelques mois maintenant, les lecteurs VO ont pu voir son intégration sous conditions dans le dernier numéro en date paru en septembre. Selon Geoff Johns, sa présence aura un impact bénéfique sur la série, et l’équipe, car plutôt que de jouer sur les crises de confiance entre les différents membres, elle les unit – à travers une méfiance commune envers Lex.

Luthor les rassemble tous, parce qu’au fond, ils pensent tous que c’est un connard. D’une certaine façon, il les galvanise parce qu’ils savent qu’ils ont un serpent prêt à mordre tout près d’eux, et ne vont cesser de se méfier de lui ou d’attendre le prochain mauvais coup.

En octobre, nous entamons un nouvel arc. « Le Virus Amazo« . L’histoire approfondit le retournement de veste de Luthor, et sa naïveté à croire qu’il peut juste oublier son passé de vilain. Mais ce dernier va revenir le hanter et lui exploser à la figure. Quelqu’un a prévu de le tuer, et à l’aube de cela, un nouveau danger s’échappe de la Lex Corp : le virus Amazo. Son potentiel de destruction étant connu, la Justice League va devoir aider Luthor à contenir les dégâts.

La storyline qui suivra sera assez énorme. La Justice League se prépare pour ce qui arrive, la menace qui est parvenue à vaincre le Crime Syndicate. Dans cet arc, l’Anti-Monitor se dirigera vers la Terre, au moment même où Darkseid sera lui aussi en chemin. Cet arc, la Darkseid War, sera en gros, Darkseid vs l’Anti-Monitor avec la Justice League prise entre les deux. Ce qui risque d’être assez énorme.

Un petit coup de froid…

Parmi les autres rédemptions amorcées dans Forever Evil, on retrouve celle du Captain Cold, un habitué des scénarios de Johns durant son run sur Flash il y a plus de dix ans. À ses yeux, Cold est un symbole vivant du potentiel inexploité qui réside dans chacun des personnages de l’univers DC.

Le Captain Cold est un personnage intéressant. Il ne veut pas conquérir le monde. Il ne veut pas tuer. En fait, il veut juste faire son truc dans son coin, et puis rentrer chez lui, faire à manger et regarder la télé. Au premier abord, on le regarde et on se dit « c’est juste un type en parka, il est ridicule ce personnage ». Pour moi, c’est toujours génial de prendre un personnage dont tout le monde se moque et d’en faire quelque chose de grand. Ce n’est pas valable que pour Captain Cold, mais pour tout l’univers DC. Même Batman et Superman, il y a encore un potentiel à exploiter chez eux.

Les Questions/Réponses

Après avoir glissé quelques mots sur Black Adam et Sinestro, deux personnages à l’honneur pendant Forever Evil, il était temps pour une session de questions/réponses. L’occasion pour l’auteur de partager son enthousiasme quant à l’arrivée prochaine de Jason Fabok sur la série Justice League.

Je fais toujours très attention aux artistes avec qui je travaille. J’essaye de choisir les meilleurs, parce que le rendu final sera à 50% de leur fait. Gary Frank, Scott Kolins, John Romita Jr, etc. Quand j’ai parlé à mon éditeur de l’idée d’un nouveau dessinateur pour la série Justice League, je suis tombé sur les planches de Jason, et j’ai dit « Waw. Sa Wonder Woman est géniale. Son Batman est génial. Je me demande s’il pourrait faire un Superman génial, un Flash génial, et tous les autres. » J’étais vraiment enthousiaste, et je me suis dit que c’était l’occasion de développer une nouvelle collaboration.

Jason a déjà terminé son premier numéro. Il l’a rendu, et il est magnifique. J’ai vraiment hâte que vous puissiez le voir, parce que je sais que pas mal de gens ignorent qui est Jason Fabok, et croyez moi, ils vont bientôt le découvrir.

L’auteur a également eu l’occasion de partager son point de vue sur l’univers de Green Lantern, interrogé par un fan avouant ne pas saisir l’engouement autour des histoires d’Hal Jordan et sa vaste mythologie. Longtemps scénariste et headwriter sur la série, Johns avait logiquement une réponse bien préparée.

La peur a une telle prise sur les gens. Qu’un héros soit capable de la surmonter, de la vaincre et qu’il soit ensuite inspiré par d’autres gens comme lui, je trouve ça assez extraordinaire. Je trouve dans l’univers Green Lantern une inspiration dans notre envie de dépasser la peur. Moi même, j’ai mes propres peurs, mes propres inhibitions. Même là, être assis devant des gens et devoir leur parler comme si de rien n’était, c’est plutôt effrayant. Mais il faut quand même le faire. Il faut se lever du lit et affronter la réalité. Et peut être même, allez, pour les plus courageux, réussir à franchir la porte de la maison !

Beaucoup d’autres thèmes évoqués plus succinctement sont ensuite survenus, parmi lesquels la possibilité d’un reboot de la franchise Green Lantern au cinéma – rien n’est prévu pour l’instant – une apparition certaine de Lex Luthor dans la série Superman avec Romita Jr, dans un avenir proche, et bien d’autres déclarations cryptiques sur l’avenir des séries DC. Pour conclure, le capitaine du navire New 52 semble confiant et satisfait de cette troisième année, qui devrait en ouvrir une quatrième sous les meilleures auspices.

2 COMMENTS

  1. J’aime vraiment beaucoup ce type, il aime vraiment ses personnages, il les respecte et les magnifie. Il a réussit a remettre sur les rails G.Lantern et Aquaman et c’est pas rien, et son run sur JL s’améliore au fil des numéros.
    L’affrontement de Darkseid et l’anti-monitor s’annonce historique. J’espère qu’ils vont s’en mettre plein la gueule.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.