[Review VF] Batman Saga #28
Les points positifs :
  • Un Detective Comics #27 excellent
  • Zero Year continue sur sa lancée
  • Batman & Two-Face #26 plaisant à lire
Les points négatifs :
  • Detective comics #26

Aujourd’hui c’est au tour de Batman Saga #28 de subir nos critiques avec en guest ArnoKikoo. Au programme de ce nouveau kiosque, du Zero Year avec Batman #26, la présence de ManBat dans Detective Comics #26, la suite de Batman & TwoFace #26, un retour à la normale dans Batgirl #26 et la deuxième partie de Detective Comics #27. Bonne lecture à tous !

Batman Saga #28 est disponible depuis le 29 août 2014 au prix de 5,60 euros.


Numéro précédent : Batman Saga #27 La suite dans : Batman Saga #29

Batman #26

  • Scénario : Scott Snyder Dessins : Greg Capullo Colorisation : Fco Plascencia

Le Docteur La Mort sème la panique dans Gotham et se retrouve face à Bruce Wayne et Lucius Fox, une rencontre au sommet intéressante. Depuis son lancement l’arc Zero Year me réjouit de plus en plus, notamment sur ce numéro que je trouve top. Dans le dernier numéro j’étais déçu que l’intrigue sur ce vilain ne soit pas plus étendue, mais avec ce qui se passe dans ce Batman #26, ce n’est finalement pas grave et au contraire tout est intéressant, jusqu’à la dernière page où les mots me manquent. L’histoire ne s’arrête pas à un affrontement, elle est parsemée de bribes d’information sous forme de flashbacks et d’éléments difficilement qualifiables dans le temps. Pour ce que l’on peut analyser, à savoir ceux avec Jim Gordon sont top et présentent à merveille que l’habit ne fait pas le moine, l’inspecteur à aussi des choses à se reprocher. En résumé ce numéro est riche en informations et bien qu’il se passe avant les précédents arcs il possède cette magie de nous tenir en haleine et nous plonge dans une intrigue et relation incroyable. Le travail de Greg Capullo est toujours des plus appréciables, notamment la dernière page, dont la colorisation de Fco Plascencia est magnifique.

– Deiimo

Note : 9/10

C’est l’heure d’un premier affrontement entre Bruce Wayne et le fameux Docteur (La) Mort (mon dieu que ces traductions sont laides, tout de même), qui est un sacré croisement entre le classique savant fou et le plus terrifiant croque-mitaine qui aurait pu se cacher sous votre lit. Le personnage tient en effet un design qu’on qualifiera d’original, voire surréaliste, qui ne conviendra peut-être pas au reste de l’approche réaliste de l’arc Zero Year (mais qui correspond bien à une idée de ce que pouvait être le Batverse du Silver Age, par exemple). Un vilain que j’apprécie visuellement en tout cas, et pourrait aimer d’autant plus si ce n’est des lignes de dialogues pompeuses qui lui font perdre du charisme, et surtout de l’importance ; car il est un peu anecdotique, au fond, ce Docteur Mort. Dialogues aussi assez lourds de la part de Lucius Fox d’ailleurs. Reste que la grosse surprise du numéro se déroule aux alentours d’un flashback – amené par un dialogue, lui aussi qui m’a semblé forcé – et qui chamboule tout ce qu’on croyait savoir de Jim Gordon. Une surprise qui ne plaira pas forcément par rapport à l’image à laquelle on tenait de lui. Plus que cela, c’est sa relation conflictuelle avec Bruce Wayne qui pourra paraître dommage, tant ce conflit semble amené juste pour le conflit. Malgré ces quelques soucis, le numéro se lit fort bien, aidé par une présence artistique au top, Greg Capullo nous gratifiant de superbes planches et d’une mise en scène qui prend le lecteur et l’entraîne directement dans les pages du comicbook. Et une colorisation toujours bien vue, évidemment, avec les tons de violet dans la première partie que je trouve du plus bel effet.

– Arnokikoo

Note : 7/10

Batman #26


Detective Comics #26

  • Scénario : John LaymanDessins : Aaron LoprestiColorisation : Blond

Les cadavres, visiblement victimes de chiroptères, s’accumulent à Gotham. Batman soupçonne la femme de Langstrom d’être derrière tout cela. Pour en être sûr et en venir à bout il s’adjoint les services de ce dernier. Les aventures de la famille Langstrom n’en finissent pas de rebondir et c’est vraiment intéressant. Layman ajoute des capacités à ses deux vilains par petites touches ce qui évite de se lasser. On se passionne pour cette histoire règlement de compte familial.

Coté dessins c’est moins bien, question de goûts personnel, je n’aime pas l’allure des personnages et les plans lointains ne sont pas très soignés. Encore de quoi passer un bon moment avec ce numéro !

– Darthfry

Note : 7,5/10

C’est l’heure de la résolution de l’histoire qui mêle le couple Langström et leurs folles expérimentations avec le sérum Man-Bat. Et si le cheminement de Kirk vers son addiction au sérum, ainsi que la terrible révélation sur la véritable identité et les motivations de sa femme étaient tonitruantes, ici, on a plus l’impression de naviguer dans un film d’épouvante au rabais, tant les ficelles développées pour conclure l’histoire semblent évidentes. Du moins, si on a un minimum l’habitude du caractère de Batman. Mais la façon dont c’est amené, John Layman aurait pu mieux trouver, même si tout boucler en un numéro n’était peut-être pas aisé. Et le basculement vers Gothtopia est à la limite du risible, mais aura le don de teaser les lecteurs. Au niveau artistique, si Aaron Lopresti exécute un travail correct, on pourra regretter un style qui ne s’impose pas énormément, n’apporte pas de relief dans les planches (ses ManBats sont bien moins impressionnants que ceux d’Andy Clarke) et que l’action, du coup, en souffre également. Clairement pas le meilleur travail de Layman, c’est bien dommage !

– ArnoKikoo

Note : 5/10

Detective Comics #26


Batman & Two Face #26

  • Scénario : Peter J. TomasiDessins : Patrick GleasonColorisation : John Kalisz

Après que Malone “l’allumette”  ait sorti Erin Mc Killen de prison pour la mettre sous la protection de Bruce Wayne, celle ci prend la mouche et décide de s’enfuir, mais Double Face veille… Cet arc, même s’il s’éloigne vraiment beaucoup de la série d’origine, est vraiment intéressant. Tomasi a réussi à faire en sorte que Batman n’en soit pas le personnage central tout en le gardant au centre de l’histoire, vraiment un excellente surprise. De plus cet épisode est plein de révélations sur la vie d’Erin à Gotham avant son exil.

Les dessins de Gleason sont encore une fois un peu faibles, visage en close-up ratés et carrément vides en second plan. C’est la vraie faiblesse de l’épisode. Pourtant la superbe colorisation de John Kalisz rehausse le tout. Un bon épisode dont la première partie qui contient les révélations s’avère plus intéressante que la partie action un peu brouillonne.

– Darthfry

Note : 7,5/10

Je n’étais pas chaud à l’idée de lire cette histoire sur Double Face, un cas de force majeur m’a fait lire les trois numéros d’un coup pour en faire la review.  je ne suis pas déçu et même très surpris d’apprécier pleinement ces numéros sur Mckillen et DoubleFace. Au fur et à mesure que les numéros s’enchainent de nouveaux éléments s’ajoutent à l’histoire et au final nous ne savons plus qui on doit blâmer, c’est comme si on assistait à un procès entre McKillen et Harvey Dent et que le lecteur se retrouve être public/juriste. On peut avoir tendance à prendre la défense d’Harvey dans les précédent numéros et là c’est l’inverse, Erin se retrouve victime. Bruce Wayne/Batman pris entre deux feux qu’il souhaiterait voir enfermés pour éviter de se brûler. Vivement la suite. Artistiquement le titre n’est pas forcément beau, mais les dessins de Patrick Gleason restent efficace et comme on ne navigue pas dans quelque chose de forcément joyeux, le côté terne reste très appréciable.

– Deiimo

Note : 7/10

Batman & Two Face #26


Batgirl #26

  • Scénario : Gail Simone Dessins : Daniel SempereColorisation : Blond

Toujours en plein psychodrame familial depuis la “mort” de son frère et toujours aux prises avec Knightfall et sa bande, Barbara décide d’ouvrir son cœur à son père qui aura une réaction… surprenante. Ça y est Gail Simone tourne en rond, ok le coup de l’animosité de son père parce qu’elle a fait accidentellement tomber son psychopathe de frère sur le point de tuer sa mère passe encore, mais le 25ème retour de Knightfall, pfff Gail passe à autre chose, s’il te plaît ! Sinon la trame et l’histoire sont bien faites et agréables à suivre.

Parlons des dessins de Daniel Sampere maintenant, c’est superbe avec des couleurs et des effets d’ombres explosifs avec des détails partout. Un hommage tout particulier à la double page ou Batgirl traverse une vitre avec sa moto ! Malgré ses défauts ce titre reste éminemment sympathique, mais on aimerait plus d’originalité !

– Darthfry

Note : 6,5/10

C’est devenu une habitude de redouter un numéro de Batgirl, bien que le dernier portant sur Zero Year sorte du lot, je me suis dit que le retour à la normale va être rude. Seulement une fois de plus, j’ai eu tort et ce numéro sort du lot comparé à ce qui s’est fait précédemment. On assiste enfin à un numéro de Batgirl intéressant, beaucoup d’action et surtout un dénouement plus qu’intéressant entre un père et une héroïne.  Un numéro qui relève la barre, tant les dernières pages m’ont surpris, Gail Simone n’est pas rentrée dans le cliché et va pousser le vice. Reste à savoir si la suite sera à la hauteur de ce numéro, je l’espère. Soulagement sur le plan artistique, ce n’est pas Fernando Pasarin mais Daniel Sampere qui est présent aux dessins, me rappelant les premiers numéros de Batgirl New52, quand c’était agréable à lire.

– Deiimo

Note : 8/10

Batgirl #26


Detective Comics #27

  • Scénario : Gregg Hurwitz, Peter J. tomasi, Mike W. Barr, Scott SnyderDessins : Neal Adams, Ian Bertram, Guillem March, Sean Murphy  Colorisation : John Kalisz, David Stewart, Guillem March, Matt Hollings-Worth

La deuxième partie de l’extra-sized Detective Comics #27 est enfin disponible pour nous lecteurs VF. Premier back-up très rétro me rappelant mes premiers numéros de Batman, des dialogues sans surprise, mais c’est tellement amusant à lire et c’est ce que l’auteur voulait. C’est au tour de Peter J. Tomasi de livrer un one-shot de Batman accompagné de Ian Bertram aux dessins, c’est une lecture très douce de voir notre fameux Batman à la retraite et que la relève est présente, mais notre septuagénaire n’a pas dit son dernier mot. Avant-dernière histoire pour les 75 ans de Batman en compagnie du Phantom Stranger qui va proposer un “What if” à notre Batman. Je suis très friand de ce genre d’histoire, ou chaque changement à son importance, et celle-ci ne déroge pas à la règle. Dernière histoire et certainement celle que j’attendais le plus, le duo Snyder/Murphy. Ils vont aller plus loin qu’une simple histoire et nous expliquer que Bruce Wayne est intemporel, à chaque période un nouveau Bruce/Batman apparaîtra. Nous assistons pendant quelques pages à Batman et Robin de différentes époques et c’est très classé surtout quand Sean Murphy est dans la place. Au final ce numéro de Detective Comics #27 rendant hommage au 75ans du Chevalier Noir est une réussite, on aimerait que certaines histoires trouvent leur place dans une série régulière pour voir comment certains scénaristes pourraient exploiter le personnage en changeant l’environnement.

– Deiimo

Note : 10/10

C’est pas moins de quatre numéros hommage qui ont été adjoints au Detective Comics #27 qui fêtait les 75 ans de Batman et le Detective Comics #27 original qui a vu l’apparition du héros. Le premier est écrit par le romancier de polar Gregg Hurwitz et dessiné par le cultissime Neal Adams et c’est une revue de détails des différents âges de Batman. L’histoire est secondaire dans ce numéro, ce qui importe c’est l’hommage graphique et scénaristique à l’histoire du Chevalier Noir. On note aussi un second degré rafraîchissant qui n’a de cesse de se moquer (gentiment) des tics de chaque époque. Avec notamment un Pingouin qui se moque de l’habitude (très Golden Age) de penser tout haut ! Génial et jouissif !

Le deuxième est écrit par Tomasi et Ian Bertram. Et l’hommage est nettement plus tourné vers le run de Morrison et Le Dark Knight Returns de Miller entre autre. C’est un Bruce Wayne de 75 ans qui fête son anniversaire entouré de la Bat Familly, de son fils dans le costume de Batman et d’un Alfred bien décati ! Un joyeux hommage qui nous montre que le bon vieux Bruce n’est pas près de raccrocher !

La troisième, plus courte, met en scène le Phantom Stranger qui montre à Batman ce qu’aurait été sa vie sans l’assassinat de ses parents. Si elle parait idyllique pour lui ce n’est pas le cas pour son entourage et pour Gotham, le titre qu’a choisi Mike W. Barr, Sacrifice, ne l’a pas été au hasard.

La dernière signée Snyder et Murphy est un hommage techno-futuriste au combat sans fin de Bruce Wayne qui a trouvé un moyen surprenant de garder la forme pendant 250 ans ! Le scénario est proprement génial et le dessin au trait asiatique tout à fait fantastique. Autant de génie et de prise de risque payante pour un hommage réussi. Que dire à part que l’on aimerait retrouver tous ces ingrédients dans certaines séries !

– Darthfry

Note : 10/10

Detective Comics #27

 

 

8 Commentaires

  1. C’est bien vrai que DC 27 a de quoi faire couler quelques larmes aux amoureux du chevalier noir. Beau, émouvant, drôle ou sombre, DC fête dignement en ces quelques pages les 75 ans de ce héros légendaire.

    Excellente critique du reste du numéro, et gardez bien tous un œil à Batman / Two Face, car l’émotion et les surprises vont aller en grandissant, et s’achever de manière inoubliable…. mais no spoil.

  2. Excellent saga, les 4 backup Detectiv comics #27 sont excellent, j’ai particulierement aimé celui où Bruce Wayne a 80ans, dessiné dans un style assez sombre (ça m’a fait penser a un dessin animé de mon enfance qui parle d’un letit vampire ou quelque chose du genre si vous avez le titre !). Et celui en mode ” what if ” ou bruce wayne explore une ligne temporelle alternative dans laquelle il a poussé le tueur de crime alley faisant en sorte que ce dernier rate son pere et permette a ses parents de survivre ! Malgré un grosse erreur dans cette anticipation paralelle (pas de batman, pas de Joker car c’est a cause de batman que le gars qui faisait un casse a son usine est tombé dans la cuve d’acide, le transformant en le joker. Or ici sans batman le joker existe quand meme . On ne deconne pas avec les dimensions temporelle paralelle) le tout se révele tres agreable a lire. Le batman #26 qui continue l’histoire du precedant batman saga a un scenario passionant et remet sur le devant de la scene le docteur lamort, vieux personnage de DC tres intéressant qui fait des recherches sur un medicament qui est censé rendre le squelette humain auto defensif (en gros on se prends un coup et des que la peau ressent l’impacte, le medic est censé faire en sorte que les os de la sone touché se développe instantanément pour protéger les organes et les tissues plus fragiles).
    Bref un excellent batman saga pour un prix toujours aussi dérisoir !
    Je recommande chaudement le green lantern saga #28 en paralelle avec earth-2 au sommet qui nous fait nous manger les doigts tant on est impatient et exité pour la suite !!

  3. J’ai tout aimé dans Zero Year jusque là, mais j’ai été assez déçu par la manière dont nous est présenté le personnage de Gordon dans ce numéro. L’épisode se lit quand même très vite, en partie grâce à un Docteur La Mort assez charismatique, après tout.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.