Batman : The Dark Knight Returns
Les points positifs :
  • Techniquement superbe (encore !)
  • Fidélité à l’œuvre d’origine (encore !)
  • L’intelligence de l’ensemble
Les points négatifs :
  • Les passages « télévisuels »

« The time has come. » – Batman/Wayne


  • Batman : The Dark Knigt Returns Partie 1 – 2012
  • DVD/Blu-Ray – 1h16 – Réalisation : Jay Oliva – Scénario : Bob Goodman – ProductionBenjamin MelnikerMichael Uslan, Alan Burnett, Bruce Timm

Nouvelle adaptation d’une autre des œuvres de Frank Miller, The Dark Knight Returns sorti en 1986, devient un film d’animation en Septembre 2012. Aussi adulé que conspué, il s’agit là encore d’un ouvrage pour le Chevalier Noir. Le chantier de cette adaptation est colossal et les enjeux le sont tout autant. Le style très marqué de la version papier devait se retrouver dans sa version animée, et lors de son annonce rien n’était moins sûr. Surtout que si cela fonctionne sur papier, il n’est en rien une garantie qu’il en soit de même en mouvement.

L’histoire est simple. Cela fait maintenant une dizaine d’années que Batman a disparu de la surface de la Terre et la criminalité à Gotham City n’a jamais été aussi élevée. Les rues n’ont jamais été aussi peu sûres et dangereuses. Un nouveau gang prend de plus en plus de place, monte en puissance et menace directement la vie de Jim Gordon alors que celui-ci n’est plus qu’à quelques semaines de la retraite. Ce gang qui se nomme les Mutants sèment le chaos en ville et son leader est sans foi ni loi, s’en prenant même aux enfants. C’en est trop ! Bruce Wayne sort de sa difficile vie rangée et reprend du service en enfilant de nouveau son costume de Batman. Tout comme Batman : Year One l’année d’avant, Batman : The Dark Knight Returns est une adaptation pure et dure du support original. Ici c’en est à tel point que Warner Bros. Animation a décidé de scinder le film en deux parties. La première partie dont il est question aujourd’hui (la deuxième arrivant plus tard), s’occupe de nous raconter le retour du Batman dans Gotham, ses conséquences sociales et sociétales et le combat des démons qui nous habitent tous.

Bruce Wayne est un vieil homme qui essaye de vivre comme un humain ordinaire. Mais celui-ci a été Batman et l’adrénaline est une drogue à laquelle il ne peut malheureusement pas se soustraire. Il cherche à se sentir vivre à travers différentes activités extrêmes. Mais très vite on se rend bien compte que Bruce Wayne est non seulement hanté par un passé dont il n’a jamais fait le deuil, il est aussi au bord d’une folie schizophrène. La folie est d’ailleurs un thème sous-jacent au récit puisque traité sous différentes formes tout au long de celui-ci. Ce n’est pas non plus le seul thème qui est abordé puisque même le statut du super-héros est remis en question. Les dilemmes posés par la réapparition du Chevalier Noir trouvent leur personnification en deux personnages qui s’opposent dans des joutes verbales et verbeuses. Lana Lang et le Dr. Bartholomew Wolper incarnent cette dualité de chaque évènement. Malheureusement, et c’est là sans doute le seul reproche que je ferais au film, c’est que leurs interventions ne sont pas aussi réussies que dans le bouquin.

Le monde de Batman : The Dark Knight Returns est plus sombre et violent. Les Mutants s’en prennent aussi bien à la veuve qu’à l’orphelin. Mais Bruce n’est plus ce jeune idéaliste plein de vigueur qu’il fut jadis. Non, il n’est plus que l’ombre de lui-même aussi bien conservée soit-elle. Il n’a plus la force et encore moins l’endurance d’antan. Alors il se fait plus brutal, plus expéditif puisqu’il ne plus prendre sur lui. Il casse, sans broncher, des bras et des jambes. La raison n’est plus son fort et il part au plus efficace. Ces limites physiques et psychologiques se font ressentir mais, malin comme un singe, il arrivera par la force des choses à contourner ces quelques problèmes.

Si le fond est fondamentalement très proche du matériel d’origine, et qui est donc d’excellente facture, le film animé se devait d’être au moins aussi bon sur la forme. Et là, on ne pourra pas dire que Warner Bros. Animation n’a pas fait du bon boulot. Que ce soit l’animation, les dessins, les doublages ou encore la musique, tout concours à nous immerger dans cet univers de la meilleur façon qui soit. Je ne reviendrai pas sur l’animation qui frise la perfection même si on peut encore noter des rigidités par ci par là, ni sur les dessins qui sont très respectueux des originaux. Salutations spéciales pour les doublages qui sont une nouvelle fois réalisés par un casting quatre étoiles. La voix profonde et grasse de Batman revet à merveille la complexité et l’état mental et physique du personnage alors que les musiques retranscrivent parfaitement la brutalité de ces derniers, de ces actions et du monde dans lequel il évolue. Haché, le rythme martèle les oreilles au même titre que Batman tabasse du méchant. C’est lourd, ça pèse et c’est pourtant carrément en adéquation avec ce que l’on voit sans que cela ne soit nuisible au spectacle.

Batman : The Dark Knight Returns Partie 1 est une pure merveille. Aussi beau que complexe il ne laissera personne indifférent. Seul le niveau d’adoration différera d’une personne à l’autre, et cela ne sera fonction que de la réception qui a été faite de la version papier. Certains, d’ailleurs, accepteront plus facilement l’animé à l’original, et cela pourra même en aider d’autre à comprendre ce qu’ils pourraient trouver dans le futur Batman v Superman : Dawn of Justice.

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "[Review TV] Batman : The Dark Knight Returns Partie 1"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Brutal Destr0y333r

Je l’ai trouvé parfait pour ma part mais la musique vient vraiment sublimer le tout ! Notamment grâce à ses sonorités un peu électronique typique des années 80 pour resituer le contexte mais avec toujours l’essence de Batman dedans. Christopher Drake est un F***** compositeur !

Ryez

On sent dans la BO dans certaines parties une « inspiration » de certains thèmes du TDK de Zimmer.

PapaOurs

Les passages télévisuels sont atroces dans le comics aussi..

crazy-el
 »pourra même en aider d’autre à comprendre ce qu’ils pourraient trouver dans le futur Batman v Superman : Dawn of Justice. » Tu l’as dis, ah ben, il l’a dit. lol S’il n’avait pas eu un tel film dans le futur, il aurait fallu que tu trouves autre chose pour terminer en beauté. lol Mais excellente appréciation, vraiment. Les oeuvres de S-H, qui, habituellement, touchent la condition existentialiste du Héros, sont celles qui suscitent le plus de controverses. Sûrement des trucs que nous n’aimons pas voir pour soi-même, des trucs qui grattent au plus profond de soi. Miller l’a osé et… Lire la suite »
Vittorini
Personnellement, j’ai rarement eu autant envie de me pendre qu’avec cette adaptation, tellement j’ai trouvé ça chiant et lent. Le premier reproche que je ferai c’est que, faire une adaptation, c’est bien, mais nous claquer exactement les mêmes images, c’est tuer le plaisir du visionnage … Un juste milieu entre le copier/coller et la prise de liberté aurait été pas mal, saisir l’essence de cette histoire (comme pour Son of Batman qui a été ma seule bonne surprise depuis le film sur Supergirl) et se concentrer sur les moments plus intéressants auraient probablement été plus judicieux. Je me doute que… Lire la suite »
Brutal Destr0y333r

Voir les combats mythiques du comics en mouvements ça vaut le coup d’oeil quand même. Je comprend qu’on aime pas l’adaptation pure et dure mais quand le matériau de base est culte est-ce nécessaire de réadapter ?
Moi c’est ce que je voulais: le comic en mouvement pour avoir les combats mutants et superman puissance 10 avec une musique épique et donner une voix au vieux Batman.
C’est comme une consécration.

Vittorini
Je suis entièrement d’accord pour ce qui est des affrontements mais là encore, ce sont exactement les mêmes que dans la version papier, on ne cherche pas à explorer ce qui plait au lecteur et à prolonger cette expérience (ce qui est un peu le but de l’adaptation, voir encore plus spectaculaire). Après, pour le statut culte du comic-book (c’est surtout culte dans le sens où ça marque un tournant du super-héroïsme ou plutôt du super-anti-héroïsme), ça reste discutable, c’est selon les goûts. Trouvant la moitié de cette oeuvre moyenne, pour ne pas dire mauvaise, quand tout ce que j’aime… Lire la suite »
Vittorini

Plus de 60mn plutôt :)

Ryez
@Vittorini, Je pense qu’on peut mettre ton ressenti de « case par case » sur le compte de 2 raisons, la première c’est que c’est le premier métrage animé que Jay Oliva réalise tout seul (il avait réalisé quelques épisodes de Young Justice mais c’est un format série TV, et a co réalisé Green Lantern Emerald Knight), c’est donc sa première expérience en solo en tant que réalisateur. Et le second point et tout simplement que le premier métier de Jay Oliva est justement storyboarder, et là on a clairement un savoir faire et une méthodologie inhérente à un Storyboarder. Sinon je… Lire la suite »
Vittorini

Merci pour ces informations, ça explique ce côté très scolaire et sans âme que je trouve au film. Suivant ton avis, je jetterai un coup d’oeil à la deuxième partie via le HC d’Urban Comics TDKSA, tout en passant outre cette conclusion très Millerienne :)

http://static.fjcdn.com/pictures/batman_27e476_771587.jpg

BOOYAH!!

Juste géniale

Zeckfried

En même temps, vu le matériel de base, la moitié du chemin était fait.

Freytaw

« Certains, d’ailleurs, accepteront plus facilement l’animé à l’original »

Tu l’as dit bouffie ! ^^

Daemon80

C’est THE film animé DC Comics !!!!! ^^

BaneCat

J’ai vraiment aimé cette adaptation, elle montre très bien la folie de Bruce.

Le seul bémol (mais ça je peux le faire au comics d’origine), c’est le chef des mutants que je trouve immonde, et sans charisme.
C’est à mes yeux un Bane avant l’heure, mais en beaucoup moins charismatique, beaucoup moins stratège, beaucoup moins intelligent surtout, sans âme quoi.

Septon
Meilleur film Batman de tous les temps! Une œuvre réactionnaire qui n’a pas pris une ride idéologiquement parlant. L’aventure viscérale d’un homme qui ne peut plus rester inactif face à l’ultra-violence urbaine, entretenue par des élites incompétentes sans couilles et complètement déconnectées du peuple et de la réalité. Une apologie de la Force et de la Virilité face à toute une idéologie laxiste qui exècre les valeurs traditionnelles, diabolise les héros et victimise les pires salopards. Batman représente ici l’incarnation de la volonté populaire, seule autorité légitime ultime (Tonight, we are the law!). Quant à ceux qui disent que les… Lire la suite »
trackback

[…] The Dark Knight Returns Partie 1 […]

BaneCat

ah oui un autre point la musique ! c’est un classique pour moi, elle est dans ma playlist quand je lis un comics, je me suis aperçu qu’elle collait parfaitement à la cour des hiboux à la lecture

Bathom-04

Bon, je crois soulever un point que personne n’a retenu ! Je suis absolument fan du doubleur de Batman de cet animé, il à une voix trop badass, et je ne me lasserai jamais de l’entendre dire :  » You don’t get it son! This isn’t a mudhole, it’s a operating table and I am the surgeon ! »

TheNicoloss

Version aseptisée du comics et assez long/chiant. Déçu, d’autant plus que TDKR est un de mes comics préférés.

trackback

[…] Sortie : 25 Septembre 2012Réalisation : Jay OlivaScénario : Bob Goodman, d’après l’œuvre de Frank MillerMusique : Christopher DrakeReview : Nathko […]

wpDiscuz