Ce n’est désormais une surprise pour personne, le 25 Juin prochain, Geoff Johns et John Romita Jr, qui signera son premier travail chez DC Comics, vont débarquer à la tête de la série Superman. À cette occasion, les deux compères se sont exprimés sur leur premier arc intitulé The Men of Tomorrow ainsi que sur la direction qu’ils souhaitent donner au personnage.

Pour commencer Geoff Johns réaffirme son intention d’apporter beaucoup de nouveauté à la mythologie du personnage. Bien que le premier aperçu de Superman #32, nous montre Clark Kent au Daily Planet en compagnie de Jimmy Olsen et Perry White, Johns annonce qu’il ne s’agit pas d’un retour au statu quo classique. Nous verrons donc de nouveaux personnages qui prendront de l’importance au fil des numéros comme Ulysses ou le Machinist ainsi que des anciens réintroduits sous un nouvel angle, comme Titano dans le premier arc. Les personnages que l’on connaît tous seront donc bien là parce qu’ils sont essentiels à la mythologie de Superman et l’objectif de l’auteur n’est pas de tout détruire, cependant dès les premiers numéros, il veut vraiment que le personnage fasse un saut dans l’inconnu. Le premier arc s’intitulera donc The Men of Tomorrow et permettra de mettre en place la relation entre Superman et Ulysses. Ce dernier ne sera pas un vilain, l’auteur le décrit plutôt comme un personnage récurrent du casting de la série. Sans gâcher quoique ce soit concernant ses origines, Johns affirme qu’il s’agira d’une sorte de confident pour Superman ou du moins quelqu’un qui le comprend vraiment puisque, dans les New 52, le personnage n’a plus énormément de personnes très proches. Ses parents sont morts et sa relation avec Lois n’est plus ce qu’elle fût dans le passé. Ce personnage apportera donc un nouveau type d’interaction avec le Man of Steel. Johns explique d’ailleurs que l’idée était de créer quelqu’un qui soit propre à l’univers de Superman, il ne s’agira pas d’un personnage bouche-trou qui peut apparaître dans toutes les séries. Il a été créé pour apporter spécialement quelque chose de jamais vu à Superman

Puisque l’idée de ce run tourne autour de la nouveauté, John Romita Jr explique qu’il souhaite lui aussi apporter sa pierre à l’édifice. Il a énormément travaillé et discuté du design de Ulysses par exemple et explique que l’objectif était qu’il ne ressemble à rien de commun. Johns reprend ensuite la parole pour affirmer qu’il y aura aussi du nouveau du côté des vilains. Certes, comme dit plus haut, Titano sera là mais il sera lié au vilain principal de la première histoire qui sera, lui, une création originale. Encore une fois, tout cela est fait dans le but d’apporter un nouvel angle au mythe en racontant des histoires propres à ce que représente Superman. L’auteur promet donc que tous les nouveaux personnages auront une résonance émotionnelle particulière qui fonctionne à travers le prisme du héros. Les deux auteurs expliquent ensuite que Superman #32, qui marquera le début de leur run, sera un point d’entrée parfait dans cet univers, aussi bien pour les anciens lecteurs qui souhaitent reprendre ce titre que pour les gens qui n’ont jamais lu de comics de leur vie. Selon Geoff Johns, Superman est un personnage très accessible pour les néophytes et c’est en ce sens qu’il souhaite l’écrire. C’était déjà le cas à l’époque de son run sur Action Comics d’ailleurs.

Au sujet des influences que les auteurs vont amener avec eux dans ce récit, Johns répond qu’il ne s’inspire pas d’histoire en particulier, il va simplement apporter au personnage ce qu’il aime chez lui. L’important n’est pas sa force physique ou ses capacités extraordinaire mais bien le fait que Superman est une figure d’inspiration qui fait ressortir le meilleur chez les gens. Il restera donc ce personnage positif et plein de compassions que tout le monde connaît. Ce sont, selon lui, les éléments classiques qu’on ne peut retirer au personnage même quand on veut faire quelque chose de neuf. Par contre, tout cela  sera traité sous un regard assez spécial. John Romita Jr, quant à lui, révèle qu’aussi parfait soit-il, Superman n’est pas sans faille et il est heureux de voir que Goeff Johns est parvenu à exploiter ses failles pour rendre le tout intéressant. Selon lui, ils vont élever le niveau des vilains qui l’entourent et pas uniquement d’un point de vue physique, afin justement de mettre en avant ses failles. Pour finir, Johns précise qu’il n’a qu’une requête et c’est que les lecteurs, même les plus sceptiques envers lui ou tout simplement envers Superman laissent une chance à la série. Il est persuadé qu’un seul numéro pourra convaincre beaucoup de monde de s’intéresser à nouveau au personnage.