[Review VF] Batman Tome 1 : La Cour des Hiboux
Les points positifs :
  • Le duo Snyder/Capullo
  • L’insertion d’une nouvelle Mythologie
  • Le charisme de La Cour des Hiboux
Les points négatifs :
  • Manque un peu d’émotions

« Gare à la Cour des Hiboux, qui d’en haut scrute Gotham. »


  • Scénario : Scott Snyder Dessins : Greg Capullo
  • DC RENAISSANCE – Batman tome 1 – 8 Juin 2012 – 176 pages – 15€

Non vous ne rêvez pas c’est bien la review de La Cour des Hiboux, pourquoi maintenant ? Elle fut, à notre grande surprise, oubliée. En effet la parution du Tome s’étant fait début juin de l’an 2012 le site n’avait que quelque jours donc histoire d’être raccord avec les deux ans du site et les 75 ans de la chauvesouris on fait un combo de folie, on pourrait vous dire que c’était bien calculé, mais pas du tout. Donc à travers cette brève explication le staff et moi-même nous nous excusons pour la gêne occasionnée… ou pas.

Donc nous voici au tout début de l’aventure Batman New 52, donc si vous êtes novice dans l’univers des comics ou de Batman tout simplement, vous avez de la chance, car le récit fait parti des par où commencer Batman. Pour le début de cette nouvelle épopée de l’homme chauve-souris, c’est Scott Snyder qui va donner le coup de fouet avec l’aide de Greg Capullo. Un tandem que vous pouvez retrouver par la suite dans Batman : La nuit des Hiboux et Batman : Le deuil de la famille

[Review VF] Batman Tome 1 : La Cour des Hiboux

Contrairement aux autres personnages de l’univers DC qui ont aussi subi le relaunch New 52, Batman a déjà du vécu en tant que justicier, c’est ce qui est expliqué dans les premières pages au travers une description de Gotham et de ses fréquentations. La suite met en scène Batman contre ses vilains les plus emblématiques tel que Doubleface, Freeze, Scarecrow et même le Joker d’une certaine façon. La BatFamilly est déjà présente puisque nous découvrons que Bruce Wayne abrite Dick Grayson, Tim Drake et Damian Wayne au sein de son manoir lors d’une réception pour l’avenir de Gotham. Un peu plus tard Batman enquêtera sur un homicide, un homme criblé par des surins marqué d’un emblème, celui du hibou.

Scott Snyder nous livre un scénario travaillé et original, en effet dans ce récit il invite un groupe d’ennemis. On aurait pu avoir un combat contre un seul vilain, mais ici il s’agit d’une organisation faisant appel à un champion pour les représenter. L’histoire de La Cour des Hiboux intervient comme un mythe au sein de Gotham, une comptine réputée depuis des années. Ce renouveau, d’ajouter une nouvelle mythologie au sein d’un univers déjà riche, est un pari osé et pourtant ça marche. On découvre au travers de l’histoire que cette nouvelle menace existe depuis des siècles, touchant la famille Wayne, mais aussi l’environnement comme le cirque Haly et donc Nightwing. Il aura un rôle plus ou moins important dans l’histoire. Comme à son habitude, Bruce Wayne va user de toutes ses ressources pour arrêter la menace qui pèse sur sa ville et sur lui-même. Il ira jusqu’à sombrer dans la folie pendant un moment, j’ai d’ailleurs trouvé que ce passage important est le plus marquant. Pour plonger le lecteur dans la même démence que Batman, Scott Snyder et Greg Capullo ont changé le sens de lecture deux fois, tout en métamorphosant Le Chevalier Noir.

[Review VF] Batman Tome 1 : La Cour des Hiboux

La Cour des Hiboux dispose d’un dessinateur hors pair, Greg Capullo signe une œuvre digne de son talent. Les dessins collent parfaitement avec l’ambiance qui y règne, sombre, mais pas autant que ce qui a été fait auparavant, c’est plus l’intrigue qui va être en parfaite adéquation avec le coté artistique, surtout pendant la phase de découverte des repaires de La Cour des Hiboux relativement bien détaillés et le fameux labyrinthe. Pareil que pour le scénario cette phase labyrinthique est excellente d’un point de vue artistique, de la clarté dans le dessin, et l’évolution du personnage de Batman, aussi bien physiquement que mentalement, est jouissive. La colorisation de Fco rend l’œuvre naturellement plus dynamique avec notamment les effets de lumière dans les différents repaires et la couleur de Gotham au crépuscule qui est magnifique.

Un point négatif, car il en faut tout de même, c’est le manque d’émotions dans ce début d’arc sur les hiboux, mise à part la démence de Batman, d’autres protagonistes touchés par l’événement ne font pas part de leurs émotions ou alors très brièvement, je pense notamment à Nightwing.

[Review VF] Batman Tome 1 : La Cour des Hiboux

En résumé, La Cour des Hiboux est un début d’aventure épique pour le relaunch New 52 de Batman. Elle reprend les bases de ce qui fait le succès d’un bon comics, une nouvelle menace avec un champion emblématique, une intrigue, des révélations et donc l’ajout d’une nouvelle mythologie pour Gotham. Un petit manque d’émotions, mais qui se fera vite oublier. Le duo Snyder/Capullo est en pleine forme pour revisiter les origines de notre Batman. Que vous soyez novice dans l’univers du comics ou bien un parfait connaisseur, qu’importe, ce numéro peut être un bon point de départ pour vous.