PARTAGER
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email
arrow

Review TV : Arrow – Saison 2, épisode 23

Les points positifs :
  • J’ai failli me laisser berner
  • Des alliances originales et efficaces
  • Une belle corrélation entre passé et présent
Les points négatifs :
  • Trop de I Love You
  • Une fin un peu trop rapide
  • Une piste un peu osée pour la suite

« You have to be willing to do the Unthinkable »- Sara Lance


  • Réalisé par John Behring Écrit par Marc Guggenheim et Andrew Kreisberg– 14 Mai 2014

Nous y sommes, c’est la fin. La saison 2 d’Arrow tire sa révérence, et nous voilà prêts (et me voilà prête) à tenter de démêler les sentiments contradictoires que m’a laissé cet épisode. Cette seconde saison était pour moi meilleure que la première, peut-être car les personnages principaux étaient presque tous en place donc l’histoire pouvait se concentrer sur autre chose ou sur des traits de personnages encore méconnus, nous avons aussi eu une belle dose d’action avec un fil conducteur assez sympathique et un vilain emblématique. Mais en ce qui concerne la fin, elle me laisse plutôt perplexe, d’un côté c’est bien de l’autre c’est bof.

Cette review s’annonce très compliquée car si je dis une chose de travers, et que les lecteurs ne sont pas à jour sur les diffusions je vais ruiner toute leur fin de saison, mais bon s’il y a des spoilers, c’est pas vraiment volontaire.

On continue ici juste après la fin de l’épisode précédent. Et les choses commencent à devenir plus que sérieuses. Il y a quelques grossièretés toujours, mais dans l’ensemble c’est pas mal, même si un peu décevant. Donc Arrow est dans son clochet, l’armée de Slade le retrouve il s’échappe. Oui, il a un GPS aux fesses tout le monde sait où il se cache, surtout Sladounet. Mais dès ces premières minutes nous avons quand même une surprise avec l’arrivée explosive de Lyla Michaels, qui est venue au secours de son ex-mari. L’entrée en scène de ce personnage est bien fichue, je ne m’attendais pas à ce que ce soit elle à ce moment précis. Puis les équipes se forment avec une jolie réunion de Arrow, Roy, Sara, Felicity, Diggle et (tant pis pour les spoilers mais en même temps c’était dans le descriptif) Nyssa accompagnée par la Ligue des Assassins. Et là, elle en impose la madame avec ses sbires derrière elle. Sauf que la dernière fois qu’elle était à Starling City elle a eu un peu chaud aux fesses et que son retour ne ravira pas tout le monde. Du coup, il faut mettre ses états d’âmes de côté pour se battre. Le re-nouveau Détective Lance est aussi de la partie et ça fait du bien de le voir aux côtés des héros.

Les scènes qui nous montrent la ville se faire détruire nous ramènent de suite à la fin de première saison et c’est un peu dommage de toujours devoir finir une saison sur la ville qui se fait détruire. Non seulement ça coute cher en budget mais en plus on se tape une sévère impression de déjà-vu. Par contre, les affrontements sont plutôt bien faits, on a peut-être un peu moins l’aspect trop chorégraphié que l’on avait dans les épisodes précédents, et ça c’est un bon point. De la bonne grosse baston générale avant de se centrer sur les affrontements principaux entre Slade et Oliver. Je dis bien les, car le combat dans le présent fait écho au combat dans le passé et c’est vraiment bien fait . On retrouve de la force, de la haine, de la tristesse dans les deux personnages qui ne se comprennent pas, les frères ennemis, avec un Slade qui tentera de faire vivre à Oliver un choix difficile. La fin de l’aventure avec Slade me parait un peu trop simple aussi. C’est un peu trop facile je dirais, il a mis la misère à Oliver sur toute une saison, et là, en quelques minutes hop c’est plié ? On en vient même à se demander si ce personnage n’est pas relégué au second plan pour favoriser la suite de l’épisode qui lance sur la saison 3. Ce que je retiens aussi parmi les affrontements, c’est le combat à Queen Consolidated avec la prestance de Nyssa al Ghul, qui fait honneur à sa famille.

Mais l’un dans l’autre, on nous avait teasé des choses que l’on ne retrouve pas. Sous entendre que l’un des personnages va mourir, que les fans seront bouleversés par le final, en fait c’était vraiment aguicher pour pas grand chose. Oui nous avons la réelle naissance d’un héros, oui nous avons des pistes pour l’avenir d’un autre héros (de deux même pour être précis), du combat, des belles paroles, des beaux retournements de situations (j’ai même failli me faire berner et crier au scandale à cause d’un trop de love). Mais à côté de ça, il y a une histoire parallèle un peu exagérée. Celle de Thea. Pour faire simple la demoiselle passe de la gentille fifille à la Thea trop dark et cuir pour s’éloigner de Starling City où elle a tout perdu en mode vénère. Sérieusement, c’est moyen, très moyen…

Sur la fin nous découvrons d’autres pistes sur l’avenir comme dit plus haut. Il est vrai que l’un des personnages chéris du public a un accident plutôt sévère qui peut inquiéter les fans et dans ce sens j’aimerais voir vite la suite. Mais lorsque l’on repart dans le passé, on revoit à nouveau la paire de Louboutin à semelles rouges, c’est pas faute de le crier depuis le début, mais dans un contexte particulier. Autant l’introduction de cette partie est hasardeuse, autant elle pique la curiosité du spectateur par la localisation des personnages.

Ce final reste fidèle à la série, on a de l’action, un peu d’émotion (mais vraiment un peu), de jolis clins d’oeil, une vilaine surprise en fin d’épisode. Un final pas si trépidant que ce à quoi je m’attendais, mais qui est tout de même pas mal. La série nous a quand habitué à mieux avec les derniers épisodes qui faisaient monter la tension à son comble. 


UN DEUXIÈME AVIS C’EST BIEN AUSSI !!

Alors que les deux derniers épisodes relevaient une barre toujours plus haute, amorçant un climax des plus fous, force est de constater que ce dernier épisode de la seconde saison d’Arrow laisse sur sa faim. La résolution de l’affrontement entre la Team Arrow et la Team Slade se fait beaucoup trop rapidement (notamment pour Isabel Rochev, était-ce vraiment utile in fine de l’avoir gardée pour cet épisode ?). Le seul coup de maître est celui entre Oliver et Felicity – on y croit, mais quand on se rend compte de la vérité, on s’esclaffe en fait de la situation. Le combat entre Slade et Arrow semble trop vite résolu également malgré une mise en scène magnifiquement prenante. Je reste au final circonspect sur les pistes pour la saison 3 : comme le dit Harley, le devenir de Thea est super cliché, et même si je suis bien conscient que l’intrigue du passé d’Oliver ne pouvait rester indéfiniment sur l’île, je ne suis pas du tout excité par les perspectives narratives que la suite a l’air de vouloir amener. C’est un peu dommage puisque c’est sur ces images qu’on finit. Reste que cette saison 2, et notamment comparée à la première, c’était vraiment du pur bonheur, et je reste pour le moment confiant quant à la suite qui arrivera cet automne. Puis y a The Flash qui arrive également, les perspectives de crossover entre les deux séries me donnent juste envie de prendre mon s… hum, c’est très prometteur. Vivement !

– ArnoKikoo

Harley

Harley

Nul ne saurait décrire le monstre, aucun langage ne saurait peindre cette vision de folie, ce chaos de cris inarticulés, cette hideuse contradiction de toutes les lois de la matière et de l'ordre cosmique.