Vous commencez déjà à avoir l’habitude, on vous avait fait le coup pour les 75 ans de Superman, le « Ce que représente » est de retour aujourd’hui pour ce mois spécial dédié aux 75 ans de Batman. Une partie du staff de DC Planet s’est donc prêtée au jeu et nous vous confions aujourd’hui ce que représente Batman pour nous, individuellement. C’est en lisant nos différentes confessions ci-dessous que vous vous rendrez vite compte que nous sommes, une grande majorité du staff, tombé en amour pour Batman de la même façon… N’hésitez surtout pas à nous partager ce que représente le Chevalier Noir pour vous dans les commentaires de cet article !


Je n’ai hélas que très peu de souvenirs de l’influence qu’a eu Batman durant mon enfance, au contraire de mes camarades. Certes, j’ai un souvenir de regarder Batman TAS alors que mes parents partaient au travail, le mercredi matin. J’ai le souvenir impérissable de pull que m’avait tricoté ma grande tante avec le Batman de Bruce Timm dessus ; et de quelques jouets que j’avais entassés par-ci, par là. J’ai renoué avec le personnage bien des années plus tard (ça fait même pas trois ans), et pourtant j’ai le sentiment que quelque part, il ne m’a jamais vraiment quitté. Batman, c’est la quintessence du super-héroïsme, c’est des heures passées à vivre ses aventures, tous supports confondus, c’est être littéralement transporté par son charisme, son univers, ses ennemis, sa force. C’est s’arracher de son morne quotidien et se vautrer dans 75 ans d’Histoire, grâce au travail acharné des auteurs et artistes depuis des générations. C’est un putain d’héritage qui est encore raconté chaque mois, et j’ai la chance de pouvoir encore découvrir ce qui s’est fait, ce qui se fait, et ce qui se fera demain. C’est encore beaucoup d’autres choses pour moi, et pour la jouer simple, Batman c’est simplement ma drogue, mon héro(s). 

ArnoKikoo


Batman c’est la nostalgie dominicale d’un enfant des années 90. Sortir de sa couette Tintin, enfiler son sweat waikiki, prendre un bol de Nesquik dans la cuisine avant de regarder sa montre flik flak pour filer en vitesse allumer juste à temps France 3. La banque de Gotham vient juste d’exploser et la batmobile précède l’arrivée du justicier sur les toits. C’est 20 ans plus tard lors d’une rediffusion de la série de Bruce Timm que l’on se rend compte que finalement rien n’a changé ; que l’on quitte notre couette avec autant de plaisir même si elle est occupée, que l’on troque notre chocolat chaud pour un café, et que l’on savoure toujours autant l’arrivée du chevalier noir sur du Danny Elfman. J’ai beau aimer le mythe moderne du protecteur de Gotham pour la richesse de son univers et des réflexions que nombres d’artistes de talents ont su apporter au personnage en 75 ans de carrière, il faut se rendre à l’évidence, la magie de l’enfance passe avant tout. Précisément la même magie qui inspire et motive depuis 75 ans, et ce dès le plus jeune âge, des artistes de premier ordre.

Baccano


Batman est sans doute mon héros référence chez DC Comics, et sans doute l’un de mes préférés toutes maisons d’édition confondues. Pas de super-pouvoirs, il ne vient pas d’une autre planète, n’a pas subi d’expérience pour devenir un surhomme. Non il ne reste qu’un homme sous le masque ! Un homme avec un lourd passif, une enfance tragique, une adolescence perdue, et une vie d’adulte tellement oppressante. Pour venger la mort de ses parents, pour éviter à un autre enfant de vivre ce qu’il à vécu dans une ruelle sombre lors d’une sortie avec ses parents, il décide de mettre sa propre vie de côté et combattre le crime en terrorisant ses ennemis avec la symbolique de la chauve-souris. En retirant les quelques extrémités aberrantes propres à tous personnages de comics, Batman c’est le genre de mec qui impose le respect et qui représente le charisme ! Le gars tient la dragée haute à Superman s’il vous plaît !

Biggy


Une ombre dans la nuit, un souffle dans le cou des malfrats, une mise hors d’état de nuire rapide furtive et silencieuse, voilà ce que représente Batman pour moi. Cela et tellement d’autres choses, une affiche de cinéma avec un logo qui fascine un enfant de 8 ans, une galerie de méchants les plus charismatique et fous de l’histoire… En effet si vous interrogez dix personnes qui ne connaissent rien en comics sur les vilains, ils seront une majorité à vous citer ceux de Batman (à part quelques-uns qui citeront Luthor). Et ce n’est pas un hasard, Batman ne serait rien sans eux !

Batman c’est Bruce Wayne, une espèce d’ascète de la justice, qui par vengeance sacrifie toute vie et jusqu’à son propre enfant, pour nettoyer son foyer de la vermine qui la ronge et qui n’hésite pas à employer les moyens les plus extrêmes pour parvenir à ses fins sans aller jusqu’à la dernière extrémité. Tout cela sans le moindre pouvoir autre que celui qui lui confère son argent et son courage. Batman c’est aussi un voyage au-dessus du vide de la folie, sur le fil de la raison, tellement celle de Wayne semble parfois fragile et celle de ses ennemis aux abonnés absent.

Batman ce sont des voitures, toutes plus fantastiques les unes que les autre, qu’elles tiennent de la Cadillac des années 60 comme dans Batman ’66, du char d’assaut comme dans Dark Knight Returns ou de l’avion furtif comme dans Arkham KnightBatman c’est enfin Gotham, cette ville qui a inspiré tant de créateurs (Snyder, Burton…), par son côté vivant, mouvant. C’est aussi elle qui a créé Batman, car elle est pourrie de l’intérieur. Batman m’inspire beaucoup de choses, mais surtout beaucoup de plaisir à la lecture de ses histoires, au visionnage de ses films ou de ses séries animées.

Dathfry


Ma première rencontre avec le chevalier noir se fit dès mon plus jeune âge devant les films de Burton et ensuite les Batman TAS ainsi que tous les goodies possibles et inimaginables comme ma batmobile électrique. En revanche ce ne fut qu’une passe de mon enfance et Batman n’est réapparu dans ma vie qu’il y a quelques années grâce au film de Nolan. Batman représente pour moi la vengeance et le côté sombre de DC Comics et c’est cette noirceur qui fait que je préfère lire les aventures de Batman qu’un quelconque autre comics avec du second degré. Batman possède les vilains les plus charismatiques et c’est ce qui a permis de bâtir le personnage et sa renommée selon moi. En 75 ans d’existence ce dernier a du faire des choix souvent difficiles pour un homme dépourvu de pouvoirs comparé à d’autre super-héros. L’une des qualités du chevalier noir que j’apprécie réside du travail d’équipe avec ces alliés, les différents Robin et la Justice League. C’est  grâce à Batman que j’ai découvert mon grand amour, Zatanna dans l’épisode 54 de Batman : The Animated Series.

Deiimo


Batman est tout simplement ma première expérience dans le monde des comics et de DC Comics. Suivant avec passion le moindre épisode de Batman TAS diffusé lors de mon enfance sur France 3, j’ai de suite préféré les aventures du Chevalier Noir à celles d’autre héros diffusés à l’époque, comme Spider-Man ou encore X-Men et mes parents alimentèrent cette passion en m’offrant des figurines, pogs ou encore des comics aux éditions Semic. Quand on aime Batman, on aime ce qu’il représente et on aime aussi tout son univers à la fois complexe et sombre. Batman ne serait rien sans ses ennemis à Gotham qui le définissent, des ennemis dont il n’aura pas fallu longtemps pour que je les adopte également à l’époque. Je peux aisément dire que c’est grâce à ce personnage que je peux écrire aujourd’hui dans cet article, et que depuis toutes ces années Batman n’a pris aucune ride avec ses 75 ans et est même devenu un mythe. Batman, soit le plus grand détective de tous les temps, reste et restera toujours encré en moi.

Edge


Difficle de ne pas évoquer ce que tout les autres ont déjà dit. Mais sans Batman TAS, sans les Batman de Burton, et bien quelques années plus tard, sans les Batman Arkham, jamais Ô grand jamais je ne me serais intéressé aux comics. Batman, c’est un genre de fil rouge dans ma propre existence qui est revenu pointer le bout de son nez avec véhémence pour m’attirer dans le filet Ô combien « piégeux » de DC Comics. Sans mon amour pour ce personnage, sans ses aventures passionnantes, sans rien de tout ça, je n’aurais jamais acheté mes premiers comics et je serais certainement encore en train de lire de manière sporadique des mangas rébarbatifs et peu passionnants. Jamais une passion ne m’avait frappé ainsi avec autant de dévotion, et c’est grâce à l’insistance de ce super-héros sans super-pouvoirs que je me ruine chaque mois dans des histoires incroyables qui me permettent de voyager jusqu’au tréfond de notre imagination. Et sans lui, je n’aurais jamais non plus connu Booster Gold ! Et plus fort encore, je n’aurais jamais connu ces fous qui s’occupent de DC Planet, ainsi que leurs fidèles lecteurs. Merci Batman… Merci !

Freytaw


Ce que représente Batman pour moi ? Hum, question plutôt compliquée (non c’est pas vrai). Pour sûr, l’un de mes héros favoris, si ce n’est LE héros. Il n’a pas de super-pouvoirs, ce n’est qu’un homme (avec des millions c’est sûr). Il n’a pas de famille mis à part Alfred Pennyworth son fidèle partenaire. Il a fait de ses faiblesses et de ses peines des forces. De sa rancoeur une motivation pour faire justice à Gotham. Il est sombre, seul malgré sa Bat-family, et je l’aime comme ça. Je n’ai pas besoin d’un héros à la force herculéenne ou aux lasers dans les yeux, mais d’un héros qui montre que même si ça ne va pas, même si tu vis de sombres moments, il faut relever la tête et avancer. Maintenant Batman, c’est aussi un entourage que j’aime d’amour comme Harley Quinn, Huntress ou Damian Wayne mon pitchoune, mais ça c’est une autre histoire.

Harley


Il est la nuit, il est la vengeance, il est Batman ! Il est resté si inspirant depuis ses débuts ! Il est un modèle pour moi, m’aide à faire preuve de bienveillance malgré mes facettes misanthropes et antipathiques là où un Superman m’aurait complexée par sa supériorité. Comment ne pas l’aimer, lui si professionnel dans sa lutte contre le crime, avec en prime un costume à l’effigie d’un animal incroyable (c’est tout de même le seul mammifère volant !), et qui a eu droit à tant de récits marquants ! Pour d’autres il paraît bien sombre, mais pourtant il est celui qui n’a jamais cessé de croire en la justice dans le plus profond des enfers. Il est doté d’une si grande force mentale que je ne peux m’empêcher de le voir comme un dieu déguisé en homme. Malgré les tortures qu’on lui inflige depuis sa création, il n’est pas encore mort. Aujourd’hui, il a atteint les 75 ans et pourtant, il n’a pas pris une seule ride.

MadAsAHatter


Batman c’est au départ la découverte d’un gamin de 5 ans qui presse ses parents de rentrer à la maison pour ne pas rater le tout dernier épisode de Batman TAS. C’est une ambiance sombre et un héros torturé et pour ma part le pont entre le monde de l’animation et le monde du comics. C’est aussi la meilleure galerie de vilain jamais construite et une ville avec une âme particulière. Pour un gamin qui a grandi dans les années 90 c’est le héros ultime. Il n’a pas de pouvoirs mais un potentiel infini et 75 ans après sa création il y a encore tellement d’histoires à raconter sur lui. Tout son univers, sa psyché, ses relations avec ennemis et alliés sont passionnants. L’introduction parfaite pour aller plus loin dans le DCverse. C’est tellement de souvenirs, de nostalgie et c’est un héros qui est encore une fois tellement moderne désormais. C’est fascinant comme l’histoire de Bruce Wayne est intemporelle et comme ses traumatismes et sa folle obsession en font un personnage dramatique. Intemporel car l’enfant devenu grand que je suis est toujours autant fasciné par le personnage et cela n’est pas prêt de s’arrêter.  

MFW


Parler de Batman et de ce qu’il représente pour moi est un brin particulier, puisque le pauvre passe après bien d’autres héros dans mon système. Si je comprend bien l’impact que le personnage peut avoir sur le plus grande nombre, et surtout plaire à la grande majorité c’est qu’il est aussi sans doute celui à qui il est plus facile de s’identifier. La longévité du personnage et les histoires cultes qui ont été créées sont la preuve de la pertinence intemporelle de ce dernier. Pour moi il ne brille sans doute jamais autant que lorsqu’il va de pair avec son pote Superman. L’univers du Chevalier noir ne m’a jamais réellement parlé, je ne me suis jamais réellement senti proche ni même capable de m’y identifier. La raison principale est sûrement à chercher du côté de son humanité dans le sens qu’il n’est pas un super-héros, et du coup, un peu trop “classique”. D’autant plus que les histoires que je préfère de Batman c’est justement lorsqu’il ne joue pas sur les mêmes critères que les autres. Batman pour moi c’est le cerveau, le stratège, celui qui à 10 coups d’avance sur tout le monde et surtout, surtout, le plus grand DÉTECTIVE du monde !

Nathko


Batman, c’est tout simplement le premier pour moi, celui qui m’aura fait découvrir tout cet univers. D’abord très jeune devant la série animée et encore une fois quelques années plus tard, devant mon tout premier comics. Depuis, il n’y a pas une seule bande dessinée, un seul film ni même une seule série que j’ai ratée. Alors pourquoi j’aime tant Batman ? Peut-être à cause du costume et des gadgets. Peut-être à cause de ses histoires qui nous font voyager entre le polar et la science-fiction. Peut-être à cause de la véritable tragédie qu’est sa vie et de son impressionnante liste d’ennemis. Enfin, surement à cause d’un peu tout ça à la fois. Quand j’y pense, ce personnage a même un peu changé ma vie puisque sans lui, je ne serai ssans doute pas en train d’écrire quotidiennement pour DC Planet et rien que pour ça, merci Batman. Finalement, Batman c’est ma première fois avec le monde des comics et l’univers DC en général et on le sait tous, on n’oublie jamais sa première fois.

n00dle


Pour aborder la question chronologiquement, Batman c’est avant tout celui qui m’a fait plonger dans l’univers DC. Logiquement c’est également celui que j’utilise pour faire plonger mon entourage à mon tour, à coups de récits noirs comme l’ère du temps les réclame à la Dark Knight Returns. Et Dark Knight Returns, quelle baffe ça été lorsque je l’ai lu ! Ce qui m’amène à mon deuxième point : Batman, c’est mes meilleures lectures. C’est Year One, c’est Killing Joke, c’est Gotham Central aussi, c’est des films et des séries animées phénoménales, c’est en fait un univers qui a permis l’aboutissement d’un nombre incalculable de récits mémorables, à tel point qu’on lui pardonne volontiers ses faux pas. Plus qu’un héros, Batman c’est un mythe. Batman, c’est enfin celui qui m’a lassé des ténèbres, et en ce sens, il m’a rendu un peu plus optimiste, alors, peut-être que je lui en dois une.

TheRiddler


Batman, c’est le premier super-héros que j’ai rencontré, alors que j’étais gamin. Je me souviens avoir allumé la télé et être resté scotché devant l’un des premiers épisodes de Batman TAS. Et à une époque où mes camarades de classe ne juraient que par des héros aux pouvoirs démesurés, c’est le caractère humain de Bruce Wayne qui m’a fait plonger dans l’univers du chevalier noir. Plus tard, lorsque je me suis mis à lire des comics, c’est logiquement vers ce héros que je me suis tourné, en ouvrant un exemplaire de The Dark Knight Returns, qui m’a fait découvrir des aspects du personnages que j’ignorais, et qui m’a clairement fait comprendre que Batman et moi, ce n’était pas seulement une passion enfantine, mais que pour les années à venir, l’ombre de la chauve-souris planera toujours, et que, comme au premier jour, je resterai admiratif du caped crusader, seul homme parmi les “dieux” qui composent la Justice League.

Zeppeli