The New 52 : Futures End #0
Les points positifs :
  • Une introduction réussie
  • Une tension continue
  • L’ambiance horrifique
  • L’identité visuelle
  • Ethan Van Sciver
  • Et c’est gratuit !
Les points négatifs :
  • Peu conseillé aux néophytes

“Eye is order, eye is all.”


  • Scénario : Jeff LemireDan JurgensKeith GiffenBrian Azzarello – Dessins : Ethan Van SciverPatrick Zircher, Aaron LoprestiDan Jurgens, Jesus Merino – Couleurs : Hi-Fi – Couverture : Ryan Sook


Annoncé de longue date, The New 52 : Futures End #0 a la lourde tâche de présenter le concept de cette nouvelle série hebdomadaire, à base de voyages temporels et qui doit mettre à l’honneur des personnages secondaires du DC Universe. Et quoi de mieux, en terme d’opération marketing, que de proposer cette introduction au travers du Free ComicBook Day ? Assurément, au vu de la qualité du récit proposé, le pari est gagné. Oui, je le dis d’emblée, et si par hasard vous n’êtes pas encore allés vous procurer ce numéro chez votre comicshop, cessez donc de me lire et allez le faire de ce pas !

Difficile de vous exposer en détails l’intrigue de ce numéro car je souhaite ne rien vous spoiler. Le pitch de départ, vous devez le connaître, on en a déjà parlé dans nos articles sur Futures End. On commence donc notre histoire 35 ans dans le futur (par rapport au présent “maintenant” du DC Universe), dans un monde qu’on aura beaucoup de mal à reconnaître. Ce n’est pas qu’une question d’âge pour nos héros, non. Dès la première case, avec un Brother Eye qui trône dans un ciel rouge (ce n’est jamais une couleur annonciatrice d’heureux évènement), le ton est donné. On nage en pleine ambiance post-apocalyptique, et nous voyons Captain Cold allié (!) avec The Flash qui ont l’air de fuir une menace. Les “bugs”. La menace, nous la verrons très vite exposée, et c’est à partir de ce moment là qu’on voit que les auteurs ont décidé de ne pas y aller par quatre chemins. Nous reconnaissons des membres illustres du DC Universe, pourtant méconnaissables, sorte d’hybrides mécaniques dénués de toute personnalité, aux allures de quasi morts-vivants, qui vous ficheront une trouille pas possible dès le premier regard. Ces êtres déchus veulent faire tomber ceux qui ont encore réussi à garder leur intégrité. Et force est de constater que tout va au plus mal, ces êtres diaboliques usant de tous leurs moyens pour parvenir à leur fin.

On enchaîne alors des scènes d’une intensité incroyable où les “soldats” de Brother Eye gagnent du terrain ; et on voit que le récit n’est pas destiné aux plus sensibles, tant la violence ajoute à la tension, palpable entre les mains du lecteur (on tremblote littéralement de ce qu’on voit), ce qui ajoute au côté grandement horrifique donné à ce futur. Il n’y a qu’à voir comment a tourné Frankenstein pour lâcher un “Oh misère…” digne de notre Freytaw. Du coup, le sentiment d’urgence que l’on ressent, avec nos héros incapables de lutter contre une puissance bien trop forte, s’accélère au cours des pages, des pages qui se dévorent, avec en conclusion la présentation du Batman Beyond version New 52, qui va amorcer le point de lancement de la série. Toujours explicité dans le pitch de départ, Batman Beyond (ou Terry McGinnis, hein) est censé aller dans le futur pour empêcher un évènement qui a mené au futur qu’il connaît. Et manque de pot, il arrivera 5 ans après que cet évènement ait eu lieu. On pense tout haut alors “m*rde, mais comment ils vont s’en sortir ?”. Comment , en effet, empêcher un futur d’arriver, lorsqu’il est déjà en route ? C’est ce qu’on commencera à découvrir dès Mercredi prochain, et croyez-moi que je n’ai qu’une seule hâte, c’est de découvrir la suite.

The New 52 : Futures End #0 réussit donc complètement son objectif en offrant un véritable numéro 0, j’entends par là une p*tain d’introduction pour donner envie de partir à la découverte de la série. Les 4 auteurs sur le titre ont déjà réussi à poser les bases d’un futur cauchemardesque, en nous montrant nos héros préférés sous leur plus mauvais jour, et, je me répète, l’intensité avec laquelle l’action se passe, le climax qui ne cesse d’augmenter jusqu’aux dernières pages (scènes choc garanties !), font que cette lecture risque de vous marquer. Le seul reproche qu’on puisse faire, c’est une certaine difficulté d’accès, au vu du grand nombre de personnages montrés, il y a de fortes chances qu’un lecteur qui n’a jamais lu de DC puisse se sentir perdu. Pour le reste, si vous n’avez pas été accrochés, il faut aller consulter. Ajoutons à cela une partie graphique que j’ai trouvée, pour ma part, démentielle. Ethan Van Sciver et ses camarades se sont démenés pour offrir leur futur apocalyptique, les re-designs des héros “Brothereyifiés” inspirent le dégoût et la peur, et on ressent la toute puissance de ce grand ennemi dans l’action et la violence (je répète également, c’est très violent) des planches qui s’offrent à nous. On pourra trouver à redire sur le design un peu allongé du Batman Beyond, mais une telle créativité devrait quand même mettre tout le monde d’accord ! La colorisation d’Hi-Fi, en forme sur ce numéro, n’est également pas en reste, avec le rouge qui est très présent, et qui insuffle encore plus d’énergie dans les dessins avec cette impression que décidément, tout va au plus mal dans le futur (possible, rappelons-le) du DC Universe

Comment ne pas être conquis par ce Futures End #0 ? Du moment que vous ne débarquez pas totalement dans le DC Universe, le pitch donné, aux allures de fin du monde, l’ambiance générale, entre le post-apo et le véritable récit horrifique, le tout mâtiné de science-fiction, une ambiance visuelle incroyable servie par l’imagination de 4 auteurs et d’un artiste déchaîné… et le tout proposé gratuitement, devraient vous séduire, si ce n’est vous faire littéralement tomber amoureux. Cette lecture fut un vrai p*tain de pied et j’espère bien avoir réussi à vous le communiquer !

38 Commentaires

  1. Ahhh DC reprend ses galons là où on lui reconnaît ses forces. Je m’attendais à ce genre de récit, mais à ce point, je crois DC aurait trouvé la façon de rallier les anciens Fans nostalgiques du passé avec cette seconde phase du New 52. Je le dis souvent que DC trouve toujours sa force dans ces récits spatio/temporel, complexes, mais toujours efficaces. Ce Free Comic Book en est la preuve. Bienvenu aux Futures End.

    • Pour ajouter un point, dont je réfléchis depuis quelques mois. Ce type de récit habituellement on retrouve ça dans un Elseworld chez DC, mais j’ai l’impression que ce thème n’existerait plus pour DC.

      • Tout à fait d’accord avec toi crazy, cette année sera bien meilleur que l’année dernière (qui était déjà bien).
        On voit que DC se décide enfin à partir dans de grandes histoires avec de lourdes conséquences !

        • et bon sang qu’elle team de scénaristes bien plus bandulatoire que celle de batman eternal ou earth 2 world’s end

        • Je disais ça dernièrement, ”je commence à mieux apprécier Dan Didio” lol Va falloir que je revois tous mes acquis depuis de nombreuses années, je dois voir ça dorénavent d’une manière bien différente. lol

  2. Ce numéro est absolument incroyable. Un plaisir de chaque instant. C’est barré et c’est tellement intense…une scène en particulier est vraiment forte. Mais tout est tellement fou ici.

  3. J’aurais bien aimé l’avoir en ma possession, mais à Album sur Paris, faut payer pour avoir un truc gratuit :/ Pire encore, faut acheter obligatoirement de la VO pour avoir les FCBD VO. C’est logique, mais un peu trop restrictif… Ya plus qu’à attendre qu’il soit dispo quelque part sur le net, je serais curieux de lire ça.

  4. Dans l’ensemble, j’ai bien aimé ce numéro.
    Maintenant, je trouve quand même les designs des cyborgs très moches et vraiment peu inspirés et en toute honnêteté, j’en ai un peu marre de voir Brother Eye dans un rôle de villain à la Skynet (super original d’ailleurs) quand dans le comic book de Kirby il était vraiment l’opposé de cela.

  5. Salut les gars je cherche depuis ce matin un lien pour le telecharger mais je le trouve nulle part .Si quelqun le trouve merci de me repondre .

    • Salut Jay ! Le mieux que tu puisses faire, c’est de checker Comixology demain et lundi. Le FCBD est l’opportunité pour les comic-shops comme pour l’éditeur d’attirer potentiellement un nouveau public en distribuant ces numéros gratuits et donc de se faire du blé. Je pense que les éditeurs attendent que cet événement soit terminé pour lâcher les versions digitales, sinon, on serait nombreux à dégainer nos smartphones/tablettes sans que ça soit profitable aux revendeurs locaux comme aux éditeurs :)
      Il va malheureusement falloir attendre encore un petit peu mais vue la review d’Arno, ça a l’air d’en valoir le coup !

  6. Je suis personnellement vachement moins emballé que la review. C’est limite du pré-mâché de ce que fait DC depuis les New 52 (au moins ça reste dans une certaine logique) avec du drame parce que “c’est pour adulte”, des héros morts parce que “f*uck them” et on a un Batman qui revient trop tard dans le passé pour empêcher ce futur “sans héros et cauchemardesque” envoyé par un autre Batman pour tuer un mec afin d’arrêter les choses. En tout cas c’est cool que ce ne soit pas Tom Taylor qui soit aux commandes, le pauvre sinon.
    On verra la suite, même si ça m’intrigue, j’espère sincèrement qu’on aura quelque chose de “plus” que “ça”.

      • Nath a le droit de donner son avis, mais je suis certain que c’est parce qu’il a ragé en voyant mecha-superman qui s’est fait avoir comme un bleu. A mon avis le premier vu son intellect. (Je plaisante ne me vire pas). Je suis content d’avoir un évent dramatique et tout en what the fuckisme. Je veux dire ça va quand même loin. Et on a eu pas mal de titres décomplexés dernièrement entre JLU et des les titres à la justice league 3000. Et pour un event supposé retourner l’univers DC l’année prochaine à sa conclusion j’ai envie de dire je préfère ça qu’une attaque de bisounours par teletubbies eye.
        Après qui sait peut être que par la suite tout les héros DC feront une farandole pour combattre le futur dans un bar à narguilé.

    • Ce n’est pas le problème du ton que je soulève mais bien celui du “déjà vu, déjà lu”… et puis des Crisis on en eu, c’est pas pour autant que qu’on s’est tapé du meurtre et des robots morbides toutes les deux pages…
      Le fait que ce soit Superman, Batman ou mon cul qui soit la star je m’en tape, tant que l’histoire est bonne. Ca reste, cela dit, une introduction efficace mais je les attends au tournant…
      Et puis je vois que la police de la bonne pensée est passée par là aussi :)

  7. ça y est lu. autant la première partie me dérange légèrement, autant la seconde partie est juste géniale et me donne envie de lire la suite

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.