Image avatar

[Review Express VO] Semaine #122

20
[Review Express VO] Semaine #122
Le Coup de Cœur de la semaine

  • Forever Evil : A.R.G.U.S #3

Le Top de la semaine

  • Aquaman #26

Le Flop de la semaine

Bienvenue sur la première édition de l’année 2014 des Review Express VO, votre rendez-vous hebdomadaire du Vendredi soir sur DC Planet où nous vous proposons de découvrir nos avis sur les sorties VO Vertigo, Beyond & New 52 de DC Comics de la semaine. Programme très chargé cette semaine entre l’arrivée de la nouvelle série Dead Boy Detectives (qui méritait qu’on s’y arrête un peu plus longtemps), la suite de Forever Evil avec les nouveaux numéros de Forever Evil : A.R.G.U.S. et Justice League Dark ainsi que des changements d’équipe créative sur les séries Aquaman et The Flash. Mais ce n’est pas tout, puisque nous vous proposions aussi dans la semaine des reviews complètes de Teen Titans #26 (quoi de mieux pour commencer l’année ?) et Talon #14 avec la conclusion de James Tynion IV qui quitte sa série.

Bonne lecture et comme d’habitude nous vous invitons à nous donner vos avis en commentaires !


VERTIGO

.

TOM STRONG AND THE PLANET OF PERIL #6

TOM STRONG AND THE PLANET OF PERIL #6 review

Généralement quand je suis content d’arriver au bout d’une histoire, ce n’est pas bon signe et c’est le cas ici. Non pas que cette nouvelle aventure de Tom Strong soit une catastrophe mais c’était juste beaucoup trop long pour ce que ça raconte. En effet, en arrivant au bout de ces 6 numéros, on se rend compte qu’il y a eu de bons moment ici et là mais qu’ils étaient tous éparpillés au milieu de scénettes et de dialogues interminables. C’est encore une fois exactement le cas avec ce dernier épisode qui commence très bien et m’a même fait espérer une conclusion à la hauteur de mes espérances pendant 2 minutes, avant que Peter Hogan ne décide, encore une fois, de tourner en rond tout le reste du temps sans qu’on sache vraiment où il veut en venir. De son côté Chris Sprouse est par contre irréprochable et même si son style est très classique, la régularité qu’il affiche à chaque fois est indiscutable.

Bref, même si avec le recul, je pense que l’histoire semblera beaucoup moins décousue en TPB, je ne peux m’empêcher de refermer ce sixième numéro avec beaucoup de déception et surtout un peu de soulagement d’être enfin au bout.

- n00dle

Note : 5/10


BEYOND

.

JUSTICE LEAGUE BEYOND 2.0 #10

JUSTICE LEAGUE BEYOND 2.0 #10 review

Voilà, il est lancé, on ne le retient plus. Christos Gage s’affranchit des limites et fait tout péter. Toute la Terre est menacée, partout dans le monde les machines, que dis-je, la technologie se rebelle contre l’humanité, et la Justice League version 2.0 peine à combattre la menace. C’est surtout qu’elle n’arrive pas à comprendre ce qu’il se passe. Ce numéro est véritablement explosif, avec plein de guest-stars qui font leur apparition (et les novices comme moi ne les reconnaitront pas forcément) – autant vous dire que ce n’est pas le bon numéro pour commencer la série ! Les quelques cases pendant lesquelles Kal-El comprend, enfin, ce qu’il se trame derrière tous ces évènements, sont proprement épiques. Aux dessins, Iban Coello continue sur sa lancée : c’est beau. Les dessins sont propres, ça ne fourmille pas de détails non plus mais l’artiste arrive à faire en sorte qu’on croit à ce qui nous est présenté. On se retrouve aux quatre coins du globe, dans l’espace, avec une multitude de personnages, et jamais il ne démord ! Un arc qui commence vraiment bien, j’ai hâte pour la suite !!

- ArnoKikoo

Note : 8/10


NEW 52

.

ALL-STAR WESTERN #26

ALL-STAR WESTERN #26 review

Ce numéro commence étrangement. Une mise en situation plutôt spéciale dans le sens où elle se passe visiblement dans le passé ! Ce qui finalement, est normal, on est dans All-Star Western oui ou non ? Amusant de voir que les auteurs n’oublient pas leur amour d’origine du personnage qui devient un peu trop mainstream ces derniers temps. Ha non, j’ai pas envie de dire du mal de cette série, cela reste trop bien écrit pour être traité de la sorte. C’est juste que ces premières pages de l’épisode m’ont objectivement renvoyé aux meilleures heures de Jonah Hex, surtout que Tallula Black fait un passage remarqué et remarquable ! Mais pouf, sans vous expliquer le pourquoi du comment (mais sachez que la transition est quand même excellente), nous revoilà avec Jonah dans le « présent », aux prises avec Swamp Thing et John Constantine (tous formidablement caractérisés et même drôle pour Constantine, à ses dépends, mais en même temps, il est tombé sur plus bad ass que lui !). Le côté horrifique des derniers épisodes s’est un peu envolé et on tourne légèrement vers du super héroïque (non, Jonah Hex ne va pas porter la cape). Et le cliffhanger de l’épisode tend vers ceci. Le fan service sur la série continue. J’adore… Mais objectivement, cette fois, ça commence à être vraiment long. En plus, Moritat ne s’est pas occupé des premières pages du numéro (qui sont donc dans le vrai Western), et ça se ressent, un comble ! Pourtant, c’est tellement jouissif que la subjectivité l’emporte encore un peu… Mais vivement que Jonah termine sa quête et retourne dans son époque, parce que je peux vous dire que lui, il en a carrément ras le bol !

- Freytaw

Note : 7/10

 

AQUAMAN #26

AQUAMAN #26 review

Premier numéro de l’après Geoff Johns avec Jeff Parker à la barre du navire Aquaman. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’en terme de continuité cela ne pouvait pas mieux se passer. La transition se fait dans l’extrême douceur puisque quasiment imperceptible et cette histoire aurait très bien pu être écrite par Johns lui-même. Très bonne nouvelle donc. Le numéro est bon et ouvre une nouvelle porte dans la mythologie du personnage et du background d’Atlantis. Je soupçonne toutefois une petite inspiration Pacific Rim (même si le film n’a clairement pas inventé un genre et les monstres géants). La coïncidence ne me parait pas assez fortuite pour ne pas le penser, ce qui n’empêche pas le fait que je puisse me tromper complètement. En réalité, la seule réserve que j’émettrais au sujet de cet Aquaman #26 ce sont les équipes artistiques. Paul Pelletier n’est pas seul et il est accompagné par Netho Diaz aux crayons. Le problème c’est que leurs deux styles ne sont pas du tout similaires et le passage de l’un à l’autre est redoutable. Non pas que Netho Diaz soit mauvais mais je trouve qu’il ne correspond pas du tout à la série. Pour le coup il s’agit vraiment d’un point de rupture. C’est d’autant plus vrai que Diaz a un encreur et un coloriste différent, exacerbant le contraste avec l’équipe de Pelletier. Ce n’est pas moins bon, mais c’est trop différent, et personnellement ce n’est pas ma tasse de thé, en tout cas pour cette série !

- Nathko

Note : 8/10

 

BATWOMAN #26

BATWOMAN #26 review

Batwoman #26 signe l’arrivée de la nouvelle équipe créative pour le titre. Marc Andreyko était déjà présent sur le dernier numéro, mais il s’agissait d’un tie-in à Zero Year. Ici c’est un nouvel arc qui commence. Il livre un scénario qui semble solide pour le moment, on a aussi une sacrée insistance sur l’homosexualité qui pourrait faire penser que DC tient à faire comprendre qu’ils n’ont aucun souci avec la sexualité de Kate Kane et son mariage avec Maggie. À côté de ça je suis curieuse de voir comment va évoluer la situation et surtout curieuse de découvrir les fameux évènements qui ont conduit Kate à se trouver dans cet état d’esprit. C’est franchement sympa pour le moment.

Jeremy Haun signe son arrivée sur les planches et c’est du bon. Malgré certains défauts sur des arrière-plans ou des arrière-plans carrément manquants, son travail sur les personnages et les premiers plans est de très bonne qualité. La colorisation de Guy Major rend bien hommage aux traits et aux personnages. J’avais peur, mais ça fait plaisir de lire ce numéro.

- Harley

Note : 7/10

 

BATMAN : THE DARK KNIGHT #26

BATMAN: THE DARK KNIGHT #26 review

Gregg Hurwitz nous propose pour ce 26ème numéro une histoire sans aucun dialogue, un récit complètement muet. On y suit les mésaventures d’une jeune et pauvre femme qui, après la mort de sa gamine faute de pouvoir lui payer des médicaments, tente sa chance à Gotham City pour gagner un peu d’argent. Mais bien entendu, dans une ville aussi pourrie que Gotham, rien ne va comme on le souhaiterait, et personne d’autre que Batman ne pourra la tirer de cette situation. Une histoire avec un Batman défenseur des opprimés assez classique et qui ne prend pas beaucoup de temps à être parcourue. La seule surprise est que je m’attendais à une histoire de type one shot alors qu’au contraire il y aura bien une suite à ce que nous venons de voir. Même s’il s’agit là d’une histoire mineure, je me demande si le prochain numéro restera dans le même style. Alberto Poncitelli livre des planches que je dirais plutôt correctes si on apprécie son style à un sale, un peu brouillon. Les émotions des personnages transparaissent assez bien, même si ça ne vous retournera pas non plus l’estomac.

- ArnoKikoo

Note : 6/10

 

CATWOMAN #26

CATWOMAN #26 review

Non mais là, je n’ai qu’une seule chose à dire : heureusement que Gothtopia débarque le mois prochain car là, toutes ces histoires de clans souterrains, de mariages forcés annulés, de vengeance, de chat en danger et de diamants qui explosent ça commence à bien faire. J’en peux plus de cette Ann Nocenti qui mélange tout dans ses histoires. Du coup je me dis que dans Gothtopia qui nous enverra dans des délires assez louches, elle sera dans son éléments et les improbabilités seront plus crédibles. Bref, c’est toujours pas bon, limite pire. Peut-être est-ce le sujet, ou bien la scénariste, au fond je ne sais plus à qui revient la faute de me faire si peu aimer Catwoman qui était tellement attachante aux débuts des New 52. Je n’ai même pas envie de me pencher sur les planches car c’est bien la seule chose qui sauve le numéro, même si Rafa Sandoval est en perte de vitesse ces derniers temps.

- Harley

Note : 2/10

 

DAMIAN : SON OF BATMAN #3

DAMIAN: SON OF BATMAN #3 review

Oh que c’est dur de lire un tel numéro en début d’année. J’espérais, j’y croyais, honnêtement oui j’attendais peut-être un miracle, mais non. On retrouve Damian dans le costume de Batman aux prises avec les mêmes prises de tête, le même combat intérieur entre sa violence et l’éthique du Batman. C’est dommage car à côté de ça nous avons droit à des moments qui pourraient s’avérer émouvants, mais là encore Andy Kubert veut trop en faire et casse le charme. Ainsi lors de la mort d’un personnage, au lieu d’être bouleversé, nous sommes sur le cul car IL Y A UN CHAT QUI PARLE ! Sérieux Andy, t’as foutu quoi là ? J’ai failli abandonner la lecture, mais non, j’ai continué pour Damian. En fait, ce numéro est très animalier et nous amène à un final qui nous laisse sous-entendre que peut être le final de l’histoire sera plus intéressant dans le prochain numéro.

Même si au scénario Andy Kubert ne brille pas, aux planches, ça dépend. Tantôt c’est pas mal, tantôt c’est léger et les cases manquent cruellement de détails et profondeur. Je suis une nouvelle fois déception.

- Harley

Note : 3/10

ATTENTION, SPOILERS !!

Je n’attendais pas grand chose de ce numéro, et  je n’attendrai pas grand chose de la conclusion de cette mini-série qui tient plus de l’essai raté qu’autre chose. Pour le coup, Damian règle ses comptes avec les sbires de Pyg alors qu’Alfred meurt et est ré-incarné en chat (ou alors j’ai loupé un coche hein), et Bruce Wayne, toujours hospitalisé, est enlevé par un fanboy de Joker qui se fait appeler THE Joker. Ouais ouais j’ai tout spoilé mais à ce stade là, franchement, on s’en br*nle. Andy Kubert touche le fond et entraîne avec lui son lecteur. Pour être franc, la seule chose qui m’intéresse encore c’est de connaître l’identité du confident de Damian. Et que cette histoire soit aussi décevante est rageant parce qu’au niveau des dessins c’est vraiment très joli à regarder, et j’apprécie également le travail de colorisation qui est fait sur ce numéro. Rageant, oui, c’est bien le mot.

- ArnoKikoo

Note : 4/10

 

FOREVER EVIL : A.R.G.U.S. #3

FOREVER EVIL : A.R.G.U.S. #3 review

Pas de FULL cette semaine, mais pas parce que la série perd en intérêt, juste que je manque de temps et qu’on vous a déjà servi du lourd avec Teen Titans #26 ! Mais ce numéro d’A.R.G.U.S. flirte avec le bon goût qu’il a eu (je trouve) pendant le premier numéro, en nous rebalançant un peu Steve/Diana mais surtout en allant assez loin dans l’intrigue, mêlant vraiment ce tie-in au reste de l’event, de manière assez intelligente en plus. Steve sait maintenant où se trouve Diana et le reste de la Justice League (à quelques exceptions près), et sa quête prend un tournant intéressant (et on oublie un peu Cheetah, ce qui n’est pas plus mal dans l’immédiat), mais elle porte un prix, lourd de conséquences pour le personnage et qui m’a mis un peu mal à l’aise pour lui. Difficile à présent de rentrer dans les détails sans trop vous spoiler, mais sachez que la quête d’un des vilains de l’event principal va se poursuivre ici (celui avec des flammes sur la tête là, vous savez !) et que Trevor va sans doute devoir être confronté à celui-ci… Mais ça va, puisqu’il est accompagné de son doppleganger… et de Killer Frost. Tout va bien ! Ou pas… Vraiment une des intrigues à mon sens, les plus passionnantes de cet event, de par les enjeux qu’elle représente. Reste à voir jusqu’où va se mener l’exécution de la chose, et dans quelle proportions cela va impacter le destin des personnages narrés dans les ties-in de la série Justice League of America, finalement liés dans un but plus ou moins commun sans même le savoir. Reste maintenant cette histoire avec le Doctor Light qui se poursuit et mêle un peu sa famille à l’intrigue ; je suis bien moins intéressé par cet aspect de l’histoire mais le cliffhanger final risque me réconcilier avec cet état de fait, car on apprend enfin quel est le troisième partie qui avait été teasé lors du premier numéro, et Light sera lié à eux. Et ça risque chauffer un peu ! Neil Edwards se retrouve seul aux dessins et de la régularité fait vraiment du bien au titre, même si j’aurais préféré Philip Tan pour le coup. On ne peut pas tout avoir !

- Freytaw

Note : 8/10

 

JUSTICE LEAGUE DARK #26, Forever Evil « Blight »

JUSTICE LEAGUE DARK #26 review

Blight continue ! Les personnages étaient vraiment dans la panade à la fin du dernier numéro. Et le sont carrément au début de celui-ci. C’est plutôt super visuellement et les personnages sont toujours aussi bien écrits par DeMatteis. Mais si d’habitude je loue aussi son intrigue, je dois admettre que dans ce numéro… les résolutions sont un chouia faciles ou juste expliquées sur le fil… En gros : c’est magique, abracadabra, paf pif pouf, et voilou, c’est tout à fait normal ce qu’il se passe ! C’est un peu l’impression que j’ai eu tout le long de ce numéro. On ne s’embarrasse pas trop avec les détails, on serre un peu les fesses, et on prie pour que personne ne remarque rien. L’intrigue progresse quand même et nous avons droit au retour d’un personnage vilain prétendu mort dans le rang des « vivants ». Là aussi, l’explication est totalement bidon, tout est tiré par les cheveux dans cet épisode, et ça me frustre franchement, surtout connaissant le monsieur à l’écriture, capable de bien mieux que ça. Il n’y a que ce qui tourne autour du Stranger qui reste à la hauteur de mes attentes, et le reste est juste… duh! Encore une fois, la caractérisation est parfaite, rien à redire sur cet aspect, mais le déroulement… ça sent le forcing et le personnage imposé, en ce qui concerne le guest du jour. Du coup, la sauce prend moyen. Mais bon, une fois ces choses un peu débiles digérées, on reprend calmement son souffle et on attend avec impatience la suite de l’histoire malgré tout… Car y’a un genre de plan qui se dessine là et qui est tout bonnement jouissif (grace à Deadman notamment) ! Donc je reste confiant !

- Freytaw

Note : 5/10

 

LARFLEEZE #6

LARFLEEZE #6 review

Comme le mois dernier, l’intrigue prime un peu sur l’humour ce mois-ci. Mais il n’est pas absent, loin de là, et Larfleeze est toujours complètement taré et délirant (surtout quand il parle à sa mère décédée…). Dans l’ensemble, la série suit son cours et le satu quo de Larfleeze change complètement. Pour le plus grand malheur des autres membre de l’Orange « Corps », qui en soi, n’est pas vraiment un corps mais bon. À noter que des relations amoureuses complètement aléatoires pointent le bout de leur nez entre ces dits membres et c’est suffisamment n’importe quoi pour être fandard ! Glomulus a d’ailleurs une place prépondérante dans l’épisode et renvoie aussi directement à ses anciennes interventions en tant que « fantôme » dans les épisodes des séries Green Lantern… La boucle est bouclée. Stargrave continue de subir les désirs de sa « maîtresse » qui s’apprête à se confronter à ses pires ennemis de toujours, ce qui pourrait déclencher une guerre pouvant détruire l’univers tout entier !!! Oui bon… Le ton de la série n’est pas si sérieux en fait, vous voyez bien ! Le prochain numéro, que les auteurs annoncent comme le « Special Versus Issue », avec des combats dans tous les sens, promet visiblement de réunir les deux intrigues ! Il n’est pas trop tard ! Je pense surtout à ce pauvre Stargrave qui va se retrouver au milieu de tout ça… Je le plains. Les traits de Scott Kolins sont quant à eux toujours aussi bon ! Cette série reste un plaisir de lecture en ce qui me concerne.

- Freytaw

Note : 7/10

 

RED LANTERNS #26

RED LANTERNS #26 review

Les Red Lanterns sont en plein combat lorsqu’ils se retrouvent pris au piège et tout gentils. C’est vrai que c’est original de les canaliser de la sorte, mais Charles Soule aurait pu approfondir la chose en allant un peu plus loin. Il y a comme une certaine retenue dans la manière dont il traite ces êtres de rage intense. Du coup face à eux on retrouve un dictateur qui parle beaucoup (trop ?) et veut faire d’eux un exemple. De l’autre côté on a Atrocitus en recherche d’un anneau rouge accompagné par Dex-Starr. Bon il réussira, mais c’est pas le moyen qui est le plus intéressant ici mais plutôt la suite. Ce numéro fait penser à un numéro charnière avant un retour en force des Red Lanterns. C’est étrange car la suite s’annonce quand même toujours assez floue et les différents choix de Charles Soule n’aident pas le lecteur à se projeter.

Maintenant il est à noter que les planches de J. Calafiore ne sont pas géniales. Des traits tout tremblotants, un manque de netteté par endroits. Ce sont peut-être des êtres de rage mais il méritent quand même de la brillance et de la beauté.

- Harley

Note : 4/10

 

SUPERMAN #26

SUPERMAN #26 review

Donc sous la « plume » de Lobdell, Wonder Woman est le genre de femme qui troque un combat contre une horde de démons pour… pour… une partie de jambes en l’air… . Est-ce que j’ai le droit de pleurer tout de suite ou pas ? Non parce que ça ce ne sont que les deux premières pages du bousin. Il nous balance ensuite les prémices d’une espèce de triangle amoureux à deux balles où Lois (qui est maintenant une projection astrale) et Wonder Woman seraient jalouses l’une de l’autre… En fait ce n’est pas de pleurer que j’ai envie, c’est de mourir ! Les dialogues ne sont qu’une suite de non-sens, d’inconsistance, d’incohérence et de semi-utilité. Pourtant, parfois ils font mouche et il s’agit encore une fois d’une torture puisque le très mauvais côtoie le bon de manière presque hostile et ne nous laisse qu’entrevoir le potentiel de ces histoires. Cette contradiction, cette opposition est d’une frustration sans nom, comme si Lobdell avait de vraies ambitions mais qu’il ne sait tout simplement pas les mettre en action. Bon, je vais vous dire, cela va finalement de pair avec les dessins puisque ces derniers font également les montagnes russes. C’est à un tel point qu’on a parfois l’impression qu’il s’agit de différents artistes qui dessinent. Superman #26 n’est que contradiction, pourtant, les passages réussis et bien écrits existent. Dans ces moment-là, la magie Superman est presque de retour. Presque…

- Nathko

Note : 6/10

 

SUPERMAN UNCHAINED #5

SUPERMAN UNCHAINED #5 review

Superman Unchained fait un peu l’inverse de ce que tous les titres Superman faisaient jusque-là. Avoir une série surpeuplée en personnages et en intrigues change la donne et fait de Superman Unchained une bonne lecture mois après mois (à défaut d’avoir mieux pour le personnage) même si celle-ci n’est pas sans problèmes. Ce numéro #5 commence doucement à mettre les choses au clair. Scott Snyder apporte enfin le minimum d’unité dans son histoire. Une unité qui arrive à point nommé pour ne pas laisser le lecteur sur la touche ou dans l’expectative trop longtemps et évite donc de le perdre. Bon timing de la part de l’auteur. La construction entre les flashbacks et le présent est bien gérée, renforçant de fait le passé et le présent du héros. Après des numéros tournés vers l’action, Snyder se permet de rentrer un peu plus dans les détails et challenge ses personnages qui ne nécessitent pas nécessairement des coups de poing, ce qui est bienvenu. Jim Lee reste encore et toujours entre deux eaux. D’un côté je ne supporte plus tous ces gribouillis sur les visages, comme je ne supporte plus sa façon de dessiner les cheveux, typés manga des années début 90. À côté il en produit des planches qui sont vraiment très belles, surtout celles concernant Superman en fait. Il faut croire que le reste l’ennuie.

- Nathko

Note : 7,5/10

 

THE FLASH #26

THE FLASH #26 review

En tant que numéro de transition et one-shot sans Buccelatto et surtout sans Manapul qui a définitivement quitté le navire, Flash #26 partait avec un handicap certain pour intéresser les lecteurs. Pourtant, même si le numéro n’invente rien de nouveau, Christos Gage et Neil Googe s’en sortent assez bien et évitent presque tous les pièges que représente ce genre d’épisode. En effet, Gage n’essaie pas de jouer au plus malin et embrasse parfaitement le rôle que l’on attend d’un auteur sur un numéro comme celui-ci. L’histoire est simple, bourrée d’action, se lit vite et offre au lecteur quelques moments vraiment fun (Flash qui court sur des nuages !). Côté dessins, Neil Googe est également au rendez-vous et son style qui fait très ‘cartoon’ est vraiment du meilleur effet. On peut quand même remarquer quelques arrière-plans désespérément vides de temps en temps mais c’est globalement très frais et super efficace.

Il n’y a finalement pas grand-chose à dire sur ce numéro ; en effet, si le bolide écarlate n’est pas particulièrement votre tasse de thé, vous pouvez passer votre chemin, vous ne manquerez de toute façon rien de bien important. Si vous êtes fan du personnage par contre, c’est l’occasion de passer quelques minutes bien sympathiques en sa compagnie et c’est déjà pas mal.

- n00dle

Note : 7/10

 

THE GREEN TEAM : TEEN TRILLIONAIRES #7

THE GREEN TEAM: TEEN TRILLIONAIRES #7 review

Avec The Green Team, c’est un peu le même problème à chaque fois. On a ici et là des moments vraiment fun mais j’ai toujours cette désagréable sensation qu’il manque ce petit quelque chose pour que l’histoire ne devienne vraiment intéressante. De plus, maintenant que les jours de la série sont comptés, on ressent vraiment que Franco et Art Baltazar rushent  leurs intrigues pour arriver à conclure tout ça avant l’annulation. Cela donne quelques scènes et dialogues un peu étranges durant lesquels on a l’impression d’avoir raté une page ou une explication. Malgré ça, il serait malhonnête de complètement enterrer la série puisqu’on passe, globalement, un moment assez agréable avec cette bande d’ados, surtout que contrairement aux anciens numéros, les auteurs utilisent cette fois l’ensemble de leur casting à bon escient.

Au final, même s’il n’y a rien de bien mémorable à se mettre sous la dent, j’aurais quand même aimé pouvoir suivre ces personnages un peu plus longtemps et puis ça reste largement supérieur à une autre série DC Comics qui met en avant des super-héros adolescents… mais que voulez-vous la vie est parfois injuste.

- n00dle

Note : 6/10




20 Commentaires »

  1. Image avatar
    mavhoc 03/01/2014 à 19:22 -

    L’intérêt de cette review, en plus d’être rapide, c’est pas d’empêcher les spoilers ?!
    Je m’attendais à être un peu déçu par Damian, son of Batman #3, mais merci à Arno d’avoir totalement les surprises (aussi wath the fuckienne qu’elles puissent être) que ce numéros me réservait …
    Depuis quand c’est au reviewer de choisir si on doit ou non tout spoiler ?! Sérieusement ! Imaginez qu’on spoile autant dans chaque review expresse ?!
    Dois-je arrêter de venir sur le site ? Car apparemment j’ai une chance sur deux de me faire spoiler !

    • Image avatar

      Chill l’ami! Pas de malveillance de notre côté en tout cas! Le mieux à faire si tu détestes les spoils c’est d’éviter de lire les critiques des oeuvres que tu t’apprêtes à lire, les notes sont d’ailleurs là pour te donner une idée du truc sans te demander de lire un paragraphe! (moi je trouve vachement pratique les notes! Ca m’évite de lire les articles de mes collègues) Évidemment on essaie toujours d’éviter de spoiler des rebondissements majeurs (crois-moi ça en alimente des débats en interne), mais à l’image de nos lecteurs (sauf crazy-el peut-être), on est pas parfaits, aussi c’est un peu injuste de rejeter toute la responsabilité sur nous. Sache qu’en lisant une critique, tu t’exposes peut-être à un spoil. De notre côté, on tient compte de ta remarque, et on redoublera d’efforts pour vous satisfaire.

    • Image avatar

      « Une chance sur deux » est complètement exagéré puisque, en tout cas pour moi, c’est la première fois que je ne préviens pas (si tu lis mes review habituelles, tu auras remarqué que j’use et abuse des SPOILERS pour les prévenir).
      Désolé si je t’ai gâché la surprise, maintenant quand tu l’auras lu, avec un peu de recul, tu te rendras compte que c’était peut être pas aussi important.

      « Imaginez qu’on spoile autant… ». C’est bien la preuve que c’est la première fois que ça arrive, pas la peine de me crier dessus ;)

      Je pense que le reviewer écrit ce qu’il veut, libre à lui de spoiler ou pas. En l’occurence, j’estimais juste que l’intrigue est tellement basse qu’on peut royalement s’en foutre de ce qu’il se passe. Mais je te reconnais ma faute de ne pas avoir prévenu.

      Ha, et non, je ne fais pas ça pour m’amuser. Désolé si cette review t’a froissé. Je rajoute un spoiler alert en début de review pour les suivants ;)

    • Image avatar
      mavhoc 03/01/2014 à 21:51 -

      J’avais cru comprendre que l’un des buts de la Review Express, c’est justement d’éviter les spoilers … Je te trouve limite de mauvaise foi de comparer une review express à une véritable review (que j’évite justement de lire tant que j’ai pas lu le dit comics) … Peut être ce le hasard qui fait que toutes les review express que j’ai lut sont à chaque fois sans spoiler. Personnellement je trouve ça un peu petit de dire « avec une review, tu as forcément du spoiler », non, plus on va la creuser et plus on en aura, c’est différent. Exemple d’une review mega express sur Killing Joke : « les origines du joker vu par Alan Moore » … Là c’est dur d’être plus rapide, certes, mais il n’y a aucun spoil, juste un (trop) rapide descriptif. Chaque nouvelle information va ajouter des éléments supplémentaires qui passeront petit à petit du descriptif au spoiler … Le but de la review express, me semble-t-il c’est qu’avec le peu de place accordé à chacun des avis, se limiter à un descriptif (synopsis, intérêt, dessin, narration) sans révéler pour autant l’histoire.
      @Arno : Déjà, je précise que je ne lit quasiment jamais les noms des rédacteurs, la raison est simple : DC Planet est un site sérieux, chacun doit avoir le même degré de sérieux dans son travail. De la même manière que je ne lit pas le nom de chaque journaliste dans un journal, je ne fais pas attention à celui qui écrit. A ce propos, peut être n’ais-je jamais eu de spoiler avec toi, mais crois moi, j’en ais eu avec d’autres. Souvent petit, je dois l’avouer, les plus importants étant sur le forum … Ou dans les commentaires (et auquel cas, totalement à côté de la plaque, du genre des spoilers sur batman dans superman, etc …). Je peux sembler me plaindre gratuitement ou même exagérer vu que je suis régulièrement sur le forum, mais je sépare totalement les deux.
      Je demande au forum une ambiance fun, des débats, etc … Mais le site, entant que tel, je le veux professionnel, sérieux et surtout, ne pas me sentir frustré en y allant. Car sinon, pourquoi irais je sur DC Planet ? Autant se limiter au forum et ignorer le site même alors … Je dis ça dans le sens où depuis que je suit le site, je lis de moins en moins de news de peur de me faire spoiler (les dossiers arrivent à avoir un dosage parfait pour leur parts) … Quelque part, et c’est entant qu’utilisateur (c’est à dire, au risque d’être présomptueux, celui a qui le site est adressé) que je dis ça, il y a peut être un regret à avoir …
      Le coup de « après avoir lu », je le comprend car parfois c’est une excuse dont j’use après … Et je reconnais que même en le disant … Ba c’est de la mauvaise foi, celui qui spoile sait que ça n’a guère d’importance, mais le spoiler lui peut se fixer dessus et être déçu …
      Après, ce n’est pas une descente, ni même une critique violente …

      Simplement, imaginez vous aller lire une review express des dernières sorties cinéma dans n’importe quelle magazine et vous voyez un spoiler sur un film (de mauvaise qualité) que vous comptiez voir … Ba vous vous énerveriez, si vous étiez sur le site du dit magazine, vous mettriez un message.
      DC Planet est un site sérieux, il mérite que ces utilisateurs le soit aussi :)
      Si après, il faut devenir un utilisateur bête et gentil qui dit « amen » à tout … Y aurait pas vraiment d’intérêt :)

      Je me suis peut être perdu dans les méandres de mon explication, mais pour résumer : la review express VO est l’évènement hebdomadaire que j’attends le plus, et je suis donc très déçu d’avoir été spoiler là dedans car je pensais que ça n’arriverais jamais.

      • Image avatar
        Baccano 03/01/2014 à 23:30 -

        Tous ces mots pour seulement en arriver au constat que tu te prends trop la tête là Mav’.

      • Image avatar
        Freytaw 04/01/2014 à 17:35 -

        Moi aussi, je trouve que tu y vas fort ! :)
        Je lis toutes nos reviews (oui je suis un dingue) et franchement, si on spoil au mieux les toutes premières pages des numéros (que cela soit en full ou en express), c’est bien tout. Maintenant, peut-être que lire les noms des auteurs des articles peut avoir aussi une certaine pertinence dans ce sens. Nous sommes peut-être tous sérieux (et merci pour le compliment au passage), mais nous avons tous une manière d’écrire différente, et oui, certains racontent plus l’histoire que d’autres. Un peu comme Arno, en ce qui me concerne, je ne spoile vraiment qu’en cas de dernier recours, et c’est tout à fait exceptionnel. Même sur les reviews full. Je les écrit justement, non pas pour conforter un avis, mais réellement influencer le lecteur sur l’achat ou non d’un titre (du moins, c’est encore plus vrai dans les full), d’où le fait que j’évite les gros spoilers de la mort… Ou alors, je tourne autour du pot pour au mieux, attiser une curiosité, sans révéler aucun contexte (après je suis peut être nul dans l’exercice haha, mais ça c’est à vous d’en juger). De plus, le fait est qu’il y est plusieurs rédacteurs, et donc parfois, plusieurs avis sur une même review, est sensé un peu vous aiguillez. L’idée c’est pas que nous représentions un avis unique et définitif, mais au vue des gens qui écrivent les reviews, vous pouvez savoir, à force de nous lire, avec quel membre du staff vous êtes généralement plus en accord. On est dans de la critique ici. Pas dans de la simple information. Et nos noms et signatures, si ils n’ont pas grande importance au premier abord, peuvent très bien vous aiguiller sur le contenu d’une review et vous conforter ou au contraire vous mettre le doute, si vous êtes généralement d’accord ou non avec l’auteur. Tout comme, vous serez à même de savoir si la review risque contenir de gros spoilers (sans avertissement) ou non. Si ce n’est pas LA manière parfaite d’aborder le site, c’est en tout cas pour nous, le genre d’intentions que nous avons.

        Sinon, Arno a reconnu son erreur. Donc je pense qu’on a fait le tour de la question :)
        Tu peux donc continuer à lire nos REVO sans t’emballer plus avant… Tu l’as dis toi même, tu n’avais jamais été spoilé avant ici. Et l’erreur est humaine, donc puisses-tu nous pardonner ! … bref

  2. Image avatar
    jay 03/01/2014 à 19:34 -

    Ravis de voir qu’Argus 3 t’as plus Freytaw .C’est pour moi plus interessant que Forever Evil ,JL,JLA.Apres il est clair que Trevor ,c’est pas Superman ,mais l’histoire avance reelement ,au moins,dans cette serie.

    • Image avatar
      Freytaw 04/01/2014 à 17:39 -

      En terme de plaisir de lecture, c’est pour moi équivalent à JLA que j’aime beaucoup aussi ! En fait, ce que j’adore, c’est que ça s’attarde vraiment sur la caractérisation des personnages. Et je suis friand de ça :)

  3. Image avatar
    jay 03/01/2014 à 19:42 -

    Sur mon blog j’essaie defaire des reviews sans spoil mais c’est vraiment pas evident .En faisant cela ,tu te retrouves avec des critiques superficiel .

    • Image avatar

      En l’occurence, j’ai oublié de prévenir en début de texte, la faute me revient !

      • Image avatar
        jay 03/01/2014 à 19:51 -

        En meme temps t’est deja bien gentil de tenir ce site ,tu vas pas non plus t’excuser .

        • Image avatar
          mavhoc 03/01/2014 à 21:53 -

          Un medecin est déjà bien gentil de sauver des vies, pourtant il s’excuse quand il n’y parvient pas ;)
          Etre sérieux c’est aussi reconnaitre ses erreurs, personnellement je trouve ça très mature et sérieux quand un rédacteur dit « là j’ai fais une erreur », c’est la preuve que la personne est capable de développer ses points forts et de voir ses défauts ;)

          • Image avatar
            jay 03/01/2014 à 22:49 -

            Les gars de Dc Planet font un travail de dingue sur le site,je dois passer 50 fois par jour,et il y a constament des nouveaux articles,je trouve ta critique un peu dure.Je lis les numeros en V.O. semaines apres semaines et je ne lis les reviews express seulement sur les titres que j’ai lu .Si tu regarde bien ,chaque review est spoilante dans le sens où si tu lis une serie en Vf et que tu arrives au premier numero de Trinity War et que dans le meme temps tu lis une review express de Forever Evil :Argus 3 ,forcement ils vont parler de qui est responsable de trinity war et tu va te faire spoiler sans le vouloir.La faute est dut au decalage de parution et non au staff de Dc Planet .Donc le mieux pour toi ,si tu ne lis oas de V.O.,ne lis pas de review VO.

          • Image avatar
            mavhoc 03/01/2014 à 23:39 -

            Justement, je lis les review VO des séries que je lis en VO ;)

  4. Image avatar
    crazy-el 03/01/2014 à 20:22 -

    @Frey  »Ha non, j’ai pas envie de dire du mal de cette série, cela reste trop bien écrit pour être traité de la sorte » lol lol Je commençais à m’interroger lol Le meilleur est à venir comme on dit. lol

    • Image avatar
      Freytaw 04/01/2014 à 17:37 -

      Héhé, oui ! Je ne peux m’empêcher d’aimer ce titre ! Même si je dois bjectivement reconnaitre que cet arc commence à être long et s’éloigne vraiment de ce qui a été fait sur le personnage ! En terme de contexte bien sur… Car Jonah reste fidèle à lui même, et ça c’est vraiment chouette :)

  5. Image avatar
    harleyhuntress 03/01/2014 à 22:57 -

    Je suis déçue par la note de JLD, je l’ai pas encore lu mais du coup je pense retarder un peu la chose :/ C’est dommage ça promettait d’être cool.
    Tant pis, mas je le lirai quand même bien sûr (ainsi que la review j’ai juste regarder la note )

    • Image avatar
      Freytaw 04/01/2014 à 17:38 -

      Ben en fait, c’est « fun », mais ça manque de logique en fait. Et je crois que j’ai été surtout déçu parce que mes attentes par rapport à l’auteur sont sans doute un peu grande ^^
      Tu peux lire la review, je spoile pas !! :p

  6. Image avatar
    kasongo 04/01/2014 à 02:49 -

    Il faut vraiment que je me met sur Aquaman !


Réagir »

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.