Image avatar

La lettre de départ de Grant Morrison sur son run Batman

6
La lettre de départ de Grant Morrison sur son run Batman

Le run de Grant Morrison sur Batman Inc touche bientôt à sa fin, avec les dernières révélations sur l’avenir de Robin le scénariste est plus que jamais soit détesté ou adulé par les fans. Morrison s’est exprimé dans cette lettre ouverte que nous vous retranscrivons aujourd’hui. Il revient sur toutes ces années de travail sur le personnage Batman à travers l’ensemble de ses runs de Arkham Asylum à Batman Inc aujourd’hui.

Elle contient donc des spoilers sur l’intrigue en cours.

En acceptant d’écrire sur Batman en 2006 j’étais loin de soupçonner que je passerai les 6 années suivantes à écrire l’histoire la plus longue qu’on ne m’avait jamais donné d’écrire. Je pensais avoir fait le tour du personnage avec mes runs  Arkham Asylum, Batman: Gothic et Batman sur Justice League of America, mais je me trompais.

L’histoire de base était prévue pour 15 numéros avec Batman R.I.P mais quelque chose est arrivé en chemin et comme je faisais des recherches sur son histoire riche, je suis devenu fasciné par l’idée que toute histoire de Batman pourrait être en quelque sorte vraie et biographique. Du jeune Batman un peu sauvage de ses débuts, au Batman représentant une figure paternelle des années 40 ou le Batman psychédélique des années 50, le super Détective des années 60, l’Aventurier des années 70, le vigilante brutal des années 80 ou le Chevalier Noir des années 90.

En étudiant l’histoire complète de sa vie, j’ai pu avoir une approche de Batman sous un autre angle et les différentes facettes de mon personnage ont alors pris forme.

Comment un tel homme pourrait-il être réel?  C’est un homme qui a sauvé de nombreuses vies, qui a fait face à d’innombrables périls et qui a même sauvé le monde de sa destruction.  C’est un maître en arts martiaux, méditation, déduction, yoga et un grand business man. C’est un homme qui est parvenu à maîtriser ses démons en tournant ses tragédies personnelles en une croisade pour sauver l’humanité.

Prendre ce personnage sérieusement signifiait revoir les idées préconçues que j’avais de lui, sans humour, seul, plein de rage et de culpabilité. Au lieu d’utiliser les idées et les accomplissements de ses vies passées, j’ai voulu travailler un personnage au top de ses capacités, entouré par des amis et associés, tous guidés par son aura.

J’ai fait le choix de construire cette histoire autour du traumatisme de base, le meurtre de ses parents, qui se trouve au coeur de la genèse de Batman. Pour moi, il y avait une part de Bruce Wayne qui en voulait à ses parents de l’avoir quitté, de n’avoir rien pu faire, que son père n’ait pas été Batman ce soir là. C’est donc pour ça que tous les méchants principaux ont une figure un peu paternelle comme Dr Hunt ou une mère sombre comme Talia (celle qui conclura l’histoire).

Ce thème de la famille détruite a été une évidence dans la création de Damian, le premier « fils de Batman ». C’était une histoire tout tracée comme celle de Bruce Wayne et la fin était prévue depuis longtemps. Et donc, après Batman, Batman et Robin, Le Retour de Bruce Wayne et Batman Inc. cette épopée va finalement atteindre sa fin.

Merci à tous les artistes qui m’ont aidé à réaliser ces histoires: Andy Kubert, J.H Williams, John Van Fleet, Tony Daniel, Ryan Benjamin, Lee Garbett, Frank Quitely, Philip Tan, Cameron Stewart, Andy Clarke, Frazer Irving, Scott Kolins, Chris Sprouse, Ryan Sook, Yanick Paquette, Georges Jeanty, David Finch, Scott Clark et bien sûr Chris Burnham.

Merci aux encreurs et coloristes ainsi que mes éditeurs.

Merci à tous les lecteurs qui ont suivi mes écrits et contribué aux débats et diverses analyses.

La conclusion arrive bientôt, il ne me reste plus que 4 numéros. 4 numéros qui dévoileront les facettes les plus sombres de Batman qui n’ont jamais encore été exploitées auparavant. 4 numéros et j’ai terminé, mais Batman en lui même continuera encore ses aventures inimaginables. Il sera encore là, même une fois que je ne serai plus de ce monde et oublié de tous, après le passage de chacun de nous, Batman sera toujours là. Cela a été un plaisir et un privilège de passer autant de temps en compagnie d’un des plus grand personnages de la pop culture même si maintenant cela va être étrange de me réveiller et ne plus avoir le calme et la voix cynique de Bruce Wayne dans la tête.

Batman forever…

- Grant


Source : DC Comics


6 Commentaires »

  1. Image avatar
    Biggy 26/02/2013 à 17:47 -

    Super triste par ce départ… :(

  2. Image avatar

    Bon, faut que je me mette au run de Morrison maintenant x)

  3. Image avatar
    MFW 26/02/2013 à 18:04 -

    Lettre très touchante. Ok il avait tout prévu ce qui explique la difficulté à insérer batman Inc nu52 dans la chronologie. Ok. Très bien. Cela explique donc pourquoi il se fiche des autres, enfin pas tant que ça comme Tomasi, mais eux ont tout construit grâce à lui aussi.
    Évidemment son run sur Batman est le meilleur Run des années 2000 merci.
    Mais bon son arc et son climax arrivent juste après death of the family. Si avec ça la bat family ne pète pas un plomb je je comprends pas.
    Les conséquences vont être bien funestes.

  4. Image avatar
    Nezotholem 26/02/2013 à 18:29 -

    Merci de t’en aller Grant… C’est la plus belle chose qui puisse arriver à Batman :)
    (Désolé pour les fan, mais j’ai lu les 3/4 de son run, et je n’aime pas du tout… )

    Et Damian ne va pas mourir… Il reviendra dans 5 ans.. On apprendra qu’en fait celui qui est mort était le clone et que Damian est encore en vie… bref…

    Pour conclure, ce qui fait le plus peur, c’est que Morrison va s’occuper de Multiversity… Et ça me fait encore plus peur.. Il va encore mettre un gros bordel dans le DCverse…. Arf…

    • Image avatar
      gogolimp 01/03/2013 à 01:51 -

      Si Morrison souhaite réellement tuer Damian, alors c’est un idiot (ce dont je doute). Damian est un personnage profond et la relation qui l’unit à son père (et à sa mère) est véritablement unique dans l’histoire du Dark Knight. Damian est tangible parce que torturer comme Bruce. C’est vrai que le costume de Robin ne lui convenait pas véritablement. A mes yeux, Robin est un substitut, un ersatz à l’innocence perdue du jeune Bruce endeuillé. Damian sort de ce rôle parce qu’il est son fils. Et Bruce n’a que trop pleuré ses parents pour ignorer sur quel chemin il entraîne son fils à son tour… Avec Damian en Robin, Bruce n’est donc plus qu’un fou, prisonnier de sa névrose. Au point d’en oublier son devoir de père? Cela ne flatte pas Le Batman. Il fallait changer ce statut. Voilà qui est fait. Je ne suis pas fan de Morrison. Mais c’est peut-être parce qu’il cultive plus que quiconque la noirceur de Bruce, là où, en tant que lecteur, je ne souhaite que son repos. Mais DC, avec tout le respect (et l’amour) que je porte à la firme, reste une industrie. Et force est de croire que plus un auteur s’acharne sur mon héros, plus je l’aime ($$$).

  5. slyjock 26/02/2013 à 19:01 -

    Amen.


Réagir »

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.