Review Express TV - Semaine du 30/01/17

9
Review Express TV - Semaine du 30/01/17

Bonjour à toutes et tous et bienvenue dans votre rubrique des Review Express TV. A l’instar de nos Review Express VO, la rubrique vous permettra de retrouver chaque semaine nos avis sur les différents épisodes de séries tv sortis. Nous accorderons des reviews complètes pour les épisodes « spéciaux » tels que pilotes, season premiere, finale, etc… Et nous profiterons également de cet espace pour parler des séries d’animation !

Retrouvez à ce lien la review tv complète de la semaine : 

N’hésitez pas à laisser vos impressions, critiques et avis sur ce que vous avez regardé cette semaine dans les commentaires !


Séries Live-Action

SUPERGIRL S02E10 – We Can Be Heroes

review SUPERGIRL S02E05

Scénario : Caitlin Parrish, Katie Rose RogersRéalisation : Rebecca Johnson

Cet épisode est construit sur le concept de changements possibles d’une personne, qui peut devenir meilleure. Mais avant de songer à leur faire confiance, les protagonistes sont méfiants voire agressif et bornés concernant leurs ennemis, chose passablement désagréable à observer car beaucoup trop exagéré. Pour montrer ensuite le positif chez ces « vilains », l’épisode fait un tour à 180°, les gentils réalisent qu’ils doivent aider les méchants, et le passage entre leur premier état d’esprit et le deuxième est vraiment abrupt, fait sans aucune subtilité et sent vraiment le forcé. On ne retrouve que peu de cohérence et c’est terriblement frustrant.

Le personnage de Livewire réapparaît en tant que némésis de Supergirl, malheureusement le personnage peine toujours à convaincre. Beaucoup trop surjoué, pseudo bad-ass raté avec une envie de tuer qui la rend non seulement détestable mais ridicule. Mention spéciale aussi au scientifique avec des pouvoirs pour ce jeu absolument horrible, c’est très gênant ce bas niveau des acteurs. Au niveau de la réalisation, certains ralentis lors des combats rajoutent encore au ridicule de la scène malheureusement et empêche de profiter de simples scènes d’action avec des poings et des mouvements stylés.

– MadAsAHatter

Note : 4/10

GOTHAM S03E14 – The Gentle Art of Making Ennemies

review GOTHAM S03E08

Scénario : Seth BostonRéalisation : Louis Shaw Milito

On ne pourra pas dire que cet épisode (et à plus grande échelle, cet interlude consacré à Jerome) n’aura pas eu son lot de rebondissements dans tous les sens. Comme à son habitude, Gotham est un grand (et joyeux ?) bordel et avec la liberté donnée au proto-Joker de cette série, c’est une ville sens dessus dessous que doit parcourir Jim Gordon pour aller sauver Bruce Wayne. Ce dernier va d’ailleurs faire une grande avancée dans son parcours initiatique pour devenir le Chevalier Noir. Les inspirations au run de Scott Snyder sont omniprésentes, de la Cour des Hiboux à Endgame (pour la ville contaminée par le Joker, bien que les habitants de la ville réagissent de façon curieuse à une simple panne de courant) en passant par Death of the Family. Et en soi le jeu de Cameron Monaghan est appréciable (on sait très bien de qui il s’est le plus inspiré), c’est juste que techniquement ce personnage ne devrait pas être là. L’affrontement entre Nygma et Oswald va lui aussi dans tous les sens avant de se conclure avec un cliffhanger auquel personne ne croit, bien entendu, mais qui amorce au moins une évolution marquante pour les deux. Quant à ce qui arrive avec la Cour, je vous l’avais prédit depuis la fin de la saison 2…

Alors si vous suivez toujours la série je suppose qu’on pourra le classer parmi les épisodes corrects, ne serait-ce que pour les inspirations, une certaine envie dans l’ambiance et les décors pour toutes les scènes du cirque, mais l’épisode reste malgré tout enfermé dans un modèle de série qui veut absolument résoudre tout pour la fin des 40 minutes imposées. Il y a beaucoup de facilités, d’erreurs, de raccourcis qui viennent taper sur la façon dont est racontée l’histoire. Au final, après avoir cassé tous leurs décors, on peut comprendre que la FOX ait besoin d’une nouvelle pause pour préparer la suite. On pourra toujours se prendre à espérer qu’ils aient envie de faire une vraie série pour la reprise…

– ArnoKikoo

Note : 5/10

THE FLASH S03E11 – Dead or Alive

review THE FLASH S03E02 - Paradox

Scénario : Benjamin Raab, Deric A. HughesRéalisation : Harry Jierjian

Flash et son équipe, on se le rappelle augmentée de Julian, font face à plusieurs ennemis cette semaine. Les premiers, bien vite écartés, sont le gang de trafic d’armes qu’Iris poursuit. Elle parvient à convaincre son frère Wally de l’aider dans sa croisade. Cette storyline permet au spectateur d’apprendre comment Iris se sent à l’idée de savoir la date de sa mort. R. quant à lui est dans de mauvais draps. On apprend que la femme mystérieuse apparue lors du dernier épisode s’appelle Gypsy et est une chasseuse de têtes qui doit ramener à tout prix sur Terre-19. En effet, sur cette version de la planète, le voyage interdimensionnel non-autorisé est très sévèrement puni par la loi. S’étant rendu coupable d’une infraction à cette loi en voyageant vers Terre-1, H. R. doit en accepter la sentence : la peine de mort. Mais c’est sans compter sur la Team Flash dont un membre aux pouvoirs analogues à ceux de Gypsy va tenter de sauver son ami en la défiant dans un combat mortel. À la fin de l’épisode, Barry a une révélation qui, croit-il, lui permettra de défaire définitivement Savitar et de sauver sa bien-aimée Iris.

Encore une fois, nous nous retrouvons devant un épisode sans surprises qui tombe dans les écueils traditionnels du soap opera. On ne s’ennuie pas encore. On rigole et on sursaute même. Mais on n’est ni surpris, ni étonné, ni même vraiment captivé par ce qui se passe à l’écran. Il n’y a pas à dire, tout est amené de manière fluide et plus ou moins logique. Pourtant, je ne sais pas pour vous, mais personnellement, j’ai l’impression qu’on peut presque prédire quelle réplique tel personnage va sortir à tel moment tellement c’est déjà vu. Ce onzième épisode reste tout de même distrayant entre autres grâce au personnage de Gypsy (je veux le même blouson qu’elle) qui apporte un challenge nouveau pour l’équipe et qui est différente du basique “freak-of-the-week”. Dommage que son passage dans la série ait été aussi rapide.

– SuperAudy

Note : 5/10

LEGENDS OF TOMORROW S02E10 – The Legion of Doom

review LEGENDS OF TOMORROW S02E05

Scénario : Phil Klemmer, Marc GuggenheimRéalisation : Eric Laneuville

Dès que l’on commence cet épisode, on constate quelque chose de particulier : au lieu du traditionnel résumé de l’équipe (qui est un code présent dans toutes les séries de la chaîne, vous l’aviez remarqué), on a droit à la même chose, mais du côté de Damian Darhk. En gros, on nous fait un petit récap de la Legion of Doom, et l’épisode est principalement centré sur celle-ci. Et c’est un point positif. Darhk et Merlyn ne sont pas les vilains du siècle, mais être avec eux est vraiment plaisant comparé aux Legends. En fait, la qualité standard (et donc appréciable) des vilains nous fait réaliser à quelle point l’équipe principale est énervante. Je m’en fous de Sarah et Mick, faîtes la série sur Merlyn, Darhk et Thawne, eux ils sont cools ! C’est eux que je veux voir, pas ces autres nuls ! Et en plus, l’intrigue a avancé. C’est donc, pour les standards de la série, un bon épisode. Ce qui ne va pas ? La fille de Stein qui apprend qu’elle est une aberration temporelle. Le personnage et la dispute qu’elle a avec son père sont juste tout sauf crédibles, et on voit le truc venir de tellement loin. Et puis franchement, Stein est un peu bobet de la présenter à l’équipe alors qu’il passait la saison à la cacher…

Ben tiens, restons sur Stein : ça fait depuis le début de la saison qu’ils cherchent à identifier un speedster adepte du voyage dans le temps, et c’est que maintenant qu’il leur parle de Thawne ? Sérieusement, il a jamais remarqué que les autres ne sont jamais tombé sur Eobard durant leurs recherches ? C’est le seul speedster qu’il connaît en dehors de Flash, c’est évidemment le premier auquel il aurait pensé quand on lui aurait parlé d’un bolide mal intentionné qui voyage dans le temps ! C’est une incohérence beaucoup trop énorme pour que je l’épargne, et bien sûr qu’elle va se répercuter sur la note. Enfin, l’épisode a besoin d’une banque, donc l’épisode se passe en Suisse. Quand est-ce que les américains réaliseront que nous ne nous résumons pas seulement aux banques ? Jason Bourne, Casino Royal, Non-Stop et maintenant ça… Sérieusement, c’est un peu humiliant d’être systématiquement les banquiers de service.

– Leonidas

Note : 5/10

ARROW S05E11 – Second Chances

review ARROW S05E06

Scénario : Speed Weed, Sarah TarkoffRéalisation : Mark Bunting

Cette semaine, Oliver et compagnie partent à la recherche d’une nouvelle Black Canary afin d’entretenir l’héritage laissé par Laurel. L’épisode s’ouvre sur un scène révélant la manière dont Tina, méta-humaine aperçue la semaine dernière et possédant un super cri, a obtenu ses pouvoirs. On y retrouve notre héroïne attachée et menacée par la mafia du coin et alors que cette dernière abat son mari devant ses yeux, la jeune femme se retrouve irradiée par l’explosion d’el famoso accélérateur de particules qu’on ne présente plus. A défaut d’origin story recherchée, la nouvelle actrice au casting a au moins le mérite de jouer juste, livrant une performance honorable. Malheureusement, l’épisode de cette semaine souffre par ailleurs de nombreux clichés et incohérences. Le recrutement de Tina dans l’équipe respecte les quelques étapes du refus traditionnel d’alliance chez les gentils. C’est à dire : l’héroïne refuse de s’allier aux gentils et s’en va ; puis, les gentils essayent de la retrouver et finalement finissent par s’associer contre une menace commune ; puis, l’héroïne s’enfuit pour finalement se retrouver à ré-affronter les méchants avec l’aide des gentils et, par la force des choses, finit par intégrer l’équipe. Ensuite, comme précisé plus haut, l’épisode est parsemé d’incohérences qui entachent quelque peu une histoire pourtant sympathique. Parmi celles-ci on pourra noter qu’Oliver, pourtant maire de la ville, se retrouve à manger un kebab dan un bouiboui du coin en compagnie de Wild Dog, un mec qui fait un tantinet louche tout de même, que Tina, simple humaine saute d’un immeuble en mode yolo et que, pour rester dans la thématique de la construction, Oliver arrive à affronter 15 personnes armées de mitraillettes, tout en restant à découvert et suspendu à un hélico. Néanmoins, tout n’est pas à jeter, l’épisode évite le sentimentalisme guimauve auquel il aurait été possible de s’attendre après le retour de Laurel de Terre 2 et le développement de l’histoire avec la Bratva a le mérite de relancer l’intérêt de l’intrigue se déroulant dans le passé. En effet, notre héros se trouve un nouveau maître et la suite s’annonce intéressante. Seule grosse crainte, l’introduction d’un clone de Felicity qui, je l’espère, retournera dans les abysses, une étant déjà assez compliqué à supporter depuis quelques saisons.

– Blue

Note : 4/10


9 Commentaires »

  1. Mocassin 04/02/2017 à 17:53 -

    Mon incompréhension se creuse de semaine en semaine vis à vis de vos critiques..

    • Pourquoi cela ? Sur quelles séries ?
      En ce qui me concerne je dois avouer ne pas être en accord avec tous mes collègues ^^

      • Mocassin 04/02/2017 à 18:50 -

        Et bien, à lire les reviens, ça donne l'impression que ces séries sont de pire en pire, alors que je trouve qu'au contraire, la CW les gère de mieux en mieux. Arrow est revenu au top, The Flash c'est toujours aussi plaisant, et même LoT nous donne du bon depuis la reprise. Par contre Supergirl plonge, je suis d'accord. Enfin voilà, mon avis n'engage que moi, mais ça me fait mal de lire ces reviews plutôt négatives quand le CW-verse me satisfait plus que jamais.
        Et du coup je veux bien connaître ton avis :)

    • SaraLance 04/02/2017 à 22:12 -

      Autant la semaine dernière j'étais en désaccord sur "The Flash", autant cette semaine il n'y a rien qui me surprend dans ce qui est dit. Je ne suis pas en accord total avec tout, mais je comprends parfaitement leurs ressentis.

  2. "Sérieusement, c’est un peu humiliant d’être systématiquement les banquiers de service."

    C'est que c'est surtout plus difficile de bâtir un scénario autour du chocolat ou du gruyère. Deux éléments pas forcément efficaces contre le Black Flash. Sauf si ce dernier ne supporte plus les produits laitiers. Alors qu'une bonne grosse banque suisse ...

  3. Skaikru 04/02/2017 à 21:58 -

    Le jour où un épisode quelconque (hormis Gotham) aura une note d'au moins 8, il pleuvera de l'or.

    Vous devriez être réalisateur / scénariste les rédacteurs, considérez ça un jour :)

    • Ca reste un avis subjectif donc libre à toi de donner le tien pour contrebalancer les arguments des rédacteurs. Personne ne prétend faire forcément mieux - et c'est bien d'ailleurs pour ça qu'aucun de nous n'est scénariste ou réalisateur ;)

  4. Doomsday76 04/02/2017 à 22:54 -

    Je trouve que l'épisode de Gotham était très bien bon même si l'acteur recopie un peu (beaucoup) Heath Ledger, pour Arrow l'histoire de Talia est vraiment intéressante hâte de voir la suite (sûrement le maitre de Prometheus)

  5. xenoflash 05/02/2017 à 12:00 -

    the flash est toujours plaisant, mais depuis le bataille du stadium de la saison 1 contre harrison wells (enfin reverse flash), et l’épisode de mi-saison de black flash qui dérouille flash, je suis devenu moins enthousiaste, black flash est trop gentil en fin de saison 2, et savatar est peu présent, pas réellement d'histoire/secret/émotion/combat épique entre lui et flash. Berf The flash saison 1 est sublime, puis après ça reste très bien, mais pas ouahou !!!.


Réagir »

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.