Bilan 2016 : les lectures qui ont marqué DC Planet

21
Bilan 2016 : les lectures qui ont marqué DC Planet

Alors que l’année 2017 se fait toute proche, une bonne partie de la rédaction s’est réunie aujourd’hui pour faire un petit bilan des lectures qui auront plu, ou déplu, sur les douze derniers mois. Les sorties ont été nombreuses, diverses et variées, avec plusieurs OGN (original graphic novel) qui auront séduit, et l’arrivée de Rebirth qui aura eu un impact non négligeable sur nos choix. Bien entendu, Urban Comics a également su séduire par ses choix éditoriaux au cours de l’année. Mais parce que tout n’est pas parfait, DC et son pendant français auront aussi proposé des lectures pour lesquelles on attendait peut-être quelque chose – ou peut-être pas – et qui auront suscité beaucoup moins de sentiments positifs.

Bien entendu comme on ne doit se cantonner qu’à un seul choix par personne, il manque encore beaucoup de titres dont on aurait aimé parler… et c’est là que vous intervenez ! On vous invite donc à émettre vos sélections dans les commentaires afin de faire tous ensemble le bilan de nos lectures ! A vous de jouer !

– La Rédaction


La sélection d’ArnoKikoo

Prez

Top : Detective Comics (Rebirth)

Ayant apprécié globalement le relaunch Rebirth dans son ensemble il y a beaucoup de titres que j’aimerais pouvoir mettre en Top, mais après une période DC You particulièrement moribonde et des New 52 qui n’auront vu que quelques coups d’éclats entre des runs médiocres (on se rappellera des tandems Layman/Fabok et Buccellato/Manapul surtout), Detective Comics a pour moi profité d’un énorme regain de qualité et d’intérêt. Plutôt que de faire un titre Batman-bis, James Tynion IV nous propose un titre d’équipe, avec Batwoman – qui nous manquait ! – en co-leader, et Clayface qui s’offre une chance de rédemption inédite. Avec des vilains assez originaux qui permettent de remettre en question sur bien des aspects différents le mythe de Batman, des relations entre personnages travaillées au top et une équipe artistique qui ne fléchit jamais, Detective Comics s’offre le luxe d’être un excellent titre depuis son Rebirth, et change régulièrement le statu quo de son équipe. Intéressant, divertissant, travaillé et beau, avec des liens directs avec l’intrigue générale du Rebirth, c’est assurément un énorme plaisir que de voir l’un des deux titres historiques de DC reprendre autant des forces – en attendant le numéro 1000 pour l’année à venir !

Prez

Flop : Justice League (Rebirth)

Après un blockbuster Darkseid War au sommet et malgré un fin over the top, j’étais curieux de voir qui allait mettre DC Comics pour assurer la relève de l’après-Johns sur son titre locomotive… qui est passé à l’état de charrette tirée par deux mules en phase terminale. Non sérieusement, c’est une honte de voir Justice League dans cet état après six mois de RebirthBryan Hitch brasse du vide depuis le début avec des schémas narratifs répétitifs (toujours des gros cataclysmes qui surviennent sans prévenir, de l’action à en vomir et des résolutions expéditives), des idées franchement mauvaises (on peut hacker un anneau de Green Lantern maintenant ?) et le tout est servi graphiquement par des artistes qui font honte à l’équipe. Après un numéro hideux dessiné par Hitch lui-même, le titre ne s’est jamais vraiment relevé (Tony S. Daniel a essayé, un peu) et pour le moment, c’est un vrai supplice que de lire Justice League toutes les deux semaines. Le titre mérite vraiment mieux et il est donc largement une de mes plus grosses déceptions de cette année.


La sélection de Corentin

Midnighter

Top : Dark Night : A True Batman Story

Cette année, double retour de Paul Dini, d’un côté en animation avec quelques épisodes de Justice League Action (d’aucuns diraient “c’est cool”) et en BD un OGN publié par Vertigo sur le récit de sa propre agression, il y a plus de vingt ans. Grand, inspiré, sincère, un récit parfois drôle et souvent tragique sur la réalité humaine d’un traumatisme sans super-héros, et de comment l’imaginaire sert de bouée de sauvetage à cet homme qui se revendique lui même comme un grand enfant. Plus que l’anecdote d’un type qui se fait savater, c’est la personnalité de l’auteur qui trimballe le récit de points en points, chaque fois génial, brillant et juste dans son propos, sa schizophrénie touchante et les multiples références à la mythologie de Gotham City, en plus de quelques trivia sur la vie des faiseurs de cartoons à l’époque. Bouquin magnifique illustré, encré et colorisé par Eduardo Risso, qui livre un boulot formidable là encore extrêmement touchant, et finalement, un ensemble artiste et scénariste qui terrasse tout le reste des Bat-histoires de cette année, en n’étant même pas une vraie histoire de Batman. Ou bien, en est-ce une, justement ?

All-Star Batman

Flop : All-Star Batman

La métastase ultime de DC n’aura cessé de parasiter une honnête chauve-souris en cinq (six ?) années de mauvais et déloyaux services. Scott Snyder, grand auteur quand il bosse à côté (si, prenez Wytches. Wytches, c’est cool), et dépeint pas une minorité de fanboys incapables de lâcher leur premier amour sur la Cour des Hiboux comme “un auteur intelligent” livre la plus grosse tartine de bêtise et de beauferie de la galaxie Gotham de cette année – avec une concurrence rude, vous noterez. Le moindre effet est exagéré, le moindre personnage abusivement hors cadre, c’est moche (parce que du bon Romita reste un dessin repoussant, proportionnellement à tout le talent qui peuple le marché d’aujourd’hui) et grotesque. Bourrin, neuneu, emprunt d’accents américana où on imagine une bande son rock bien glauque pas du tout à propos à la subtilité, la magie et la folie du héros – ou même du pitch – avec un milliard d’idées absurdes et de tics de narration dont l’auteur n’arrive jamais à se défaire. Son Two-Face est un Norman Bates de contrefaçon, son Duke toujours pas justifié dans le récit, Batman est un jerk à punchline qui irait jusqu’à cacher un double canon scié dans le moindre de ses orifices si cela lui permettait d’avoir encore une arme débile à dégainer en dernier recours, c’est violet, c’est violent, et ça en écrase tellement sur la suspension d’incrédulité qu’on se demande si l’auteur lui-même n’a pas volontairement pris le parti de la roue libre absolue pour voir si, une dernière fois, quelqu’un de chez DC allait oser lui dire “euh, ptet pas jusque là quand même, Scotty”. Evidemment, le public suit, et applaudit (ce serait malheureux) un récit que n’importe qui aurait trouvé mauvais si on avait changé le nom sur la cover de “Snyder” à “Lobdell”, “Leifeld” ou “Finch”, ce qui en définitive n’aurait pourtant pas grandement altéré le contenu et sa narration. Bref, kudos à ce petit casque jaune, ces plaines à la Walking Dead et cette posture de bat-tronçonneuse, Scott, c’était hyper cool, parce que c’était con, et que c’est ça que les gens veulent lire aujourd’hui. Pas vrai ?


La sélection de Darthfry

Suiciders

Top : Suiciders 

Grosse claque de l’année dernière en VO, elle le fut d’autant plus en VF. De plus sa sortie en France est étroitement liée à la PCE et avec la rencontre avec son auteur et dessinateur Lee Bermejo. Claque autant visuelle que par les thèmes abordés par l’auteur, très liés à la vie en banlieue, qui ont particulièrement résonné en moi. En tout cas c’est maintenant un magnifique livre qui a une place de choix dans ma bibliothèque avec la jolie griffe de l’auteur.

The Authority - Les Année Stormwatch Tome 1

Flop : The Authority – Les Année Stormwatch Tome 1

Si en musique, jeux vidéo, films, jouets, mangas… Les années 90 résonneront toujours particulièrement dans mon coeur, par contre c’est décidé, je ne les aime pas en comics. Ce livre souffre de tous les défauts liés à l’époque, il est bourré d’outrances tant visuelles que scénaristiques. En gros, il fallait aller le plus loin possible, là où c’était possible. C’est moche et bêtement provocateur. Une caricature qui à beaucoup moins bien vieilli que certains ouvrages pourtant beaucoup plus vieux !


La sélection de Harley

Raven

Top : Raven

J’aime beaucoup cette mini série qui est un gros coup de coeur cette année. J’ai eu d’autres petits coups de coeur comme Deadman (mini série aussi), mais c’est un réel plaisir de retrouver Raven, ou plutôt Rachel Roth, dans sa propre mini-série sans autres titans pour venir lui voler la vedette. Visuellement c’est très beau, la colorisation est presque parfaite, avec une palette centrée autour des humeurs du personnages et de l’univers magique.
L’ambiance est mystérieuse, et au fil des numéros on parvient à trouver quelques indices sur le méchant. Mais malgré quelques longueurs, je suis happée par l’histoire et j’ai franchement hâte de découvrir la suite. Maintenant, je pense que ce récit ne plaira peut être pas à tous les lecteurs vu qu’il n’est pas orienté titan. C’est vraiment Rachel Roth en dehors des Teen Titans qui se retrouve confrontée à une force mystérieuse ainsi qu’à elle-même et sa famille. Du coup, c’est beau, c’est riche, et puis, c’est Raven.

Harley Quinn and her Gang of Harleys

Flop : Harley Quinn and her Gang of Harleys

Trop c’est trop. Cette histoire de gang me tapait déjà sur le système dans le run principal, mais alors en faire une mini-série à côté, c’était de trop à mon goût. Alors que cette idée aurait pu se cantonner à un arc, les auteurs ont cru tenir l’idée du siècle et l’ont imposée. Sauf que c’est vraiment lourd. Déjà, leur Harley bien que mignonne a tendance à être un peu lourde, mais si on y ajoute tout un gang  de Harleys différentes (oui y’a un bonhomme au milieu), non merci. Ils ont beau avoir des personnalités différentes, tout ça, je n’accroche pas. Et puis c’est toujours le même humour, la même façon d’écrire. Cette mini-série n’apporte pas grand chose de nouveau, et c’est une lecture complètement dispensable.
D’ailleurs, en parlant de l’histoire à proprement parler… Sérieusement, Harley Sinn on en parle ? Non parce que là, à trop vouloir en faire on se casse le bout du nez, ou on fait se casser les lecteurs aussi. Enfin, peut-être que cette mini-série a trouvé son public, mais moi, je n’en fais pas du tout partie.


La sélection de James Edge Grayson

Nightwing

Top : Nightwing (Rebirth)

« Blablabla le fanboy, blabla, il n’est pas objectif ». Mais je n’y suis pour rien si Nightwing depuis le Rebirth c’est vraiment bien. Au sortir de Grayson pour revenir sous le costume du super-héros pour faire plaisir aux gens en manque de collants, on aurait pu penser qu’on retomber sur un sous-Batman, mais non, Tim Seeley a su reprendre quelques éléments de sa précédente série d’espions, Spyral, agrémenter d’éléments du passés de Dick Grayson, la cour des Hiboux et son rapport à Batman et nous sortir un bon premier run avec la Bat-Family en guest. Et pour couronner le tout, son second run commence avec Dick Grayson qui cherche sa place en tant que super-héros avec la ville de Blüdhaven en hommage à la première série et aussi pour satisfaire ceux qui pensent que Nightwing = Blüdhaven. Ce qui n’est pas mon cas, et pour le coup, il m’a donné envie de changer d’avis dessus. Une écriture soignée avec un auteur qui prouve qu’il connait à la fois son personnage et les histoires écrites sur lui. Tim Seeley sait piocher dans les bons éléments pour s’inspirer. Et quand je lis les futures sollicitations, il va me faire plaisir sans se répéter. Ca, c’est bon !

Grayson

Flop : Grayson

La fin de Grayson. Oui, vous lisez bien. Mon flop, c’est Grayson. Les auteurs de la série ont tellement plu à DC Comics qu’ils ont été promu sur d’autres séries « plus grandes » et Rebirth s’approchant, il était tant de préparer la suite. Mais voilà, était-ce une raison pour ne pas finir en beauté? Vous me direz que peut-être les scénaristes avaient écrit toute la ligne directrice jusqu’au Final pour l’équipe créative suivante… mais franchement, c’est tellement moins bon et donne tellement une impression de bâclage que c’était soit probablement prévu sur une plus longue durée que 3 épisodes et un Annual tellement passable pour ne pas dire mauvais, soit improvisé par les nouveaux scénaristes. Alors oui, avec une deadline pour clôturer ce que d’autres ont commencé, les scénaristes ont fait ce qu’ils ont pu. Et surtout, quand la série a commencé et que ses auteurs en parlaient, on avait l’impression d’un projet de grande envergure qui leur tenait à coeur. Et finalement, le soufflé est retombé… Alors oui, vous me direz que la série Nightwing commence bien et a quelques éléments conservés de Grayson. Mais la série d’espionnage apportait un petit quelque chose de nouveau qu’une autre Bat-série. Et par principe, même pour Batman ou Superman, on finit ce qu’on commence, non?


La sélection de Leonidas

Les Archives de la Suicide Squad Tome 1

Top : Les Archives de la Suicide Squad Tome 1

J’ai acheté cet énorme tome (vous aussi vous trouvez que les trucs d’Urban deviennent de plus en plus gros ?) après avoir vu le film. Peut-on dire que le film m’a donné envie de lire le comics ? Mouais, c’est pas tellement gratifiant. Par contre, c’est bel et bien le film qui a poussé Urban à publier le run de Ostrander. Et je suis instantanément tombé sous le charme. J’avais très peu entendu parler de la Suicide Squad (à part dans Arrow, il y a mieux comme introduction), et j’ai très vite apprécié l’équipe de bras cassés. Malgré mon peu de connaissance, j’ai vu que c’était ça que j’attendais en entendant les mots “Suicide Squad”, et non ce que m’a offert le film. C’est original, c’est palpitant, parfois dur, parfois touchant, parfois décalé, sans jamais être lourd. Alors les dessins piquent vraiment les yeux (non mais franchement, vous avez vu ces costumes ?), mais les personnages sont tellement bien caractérisés qu’on se doit de passer outre. Et puis, en tant que lecteur de Silver Age, je suis habitué à fermer les yeux sur les couleurs criardes

DC Universe Presents Vol. 3 : Black Lightning/Blue Devil

Flop : DC Universe Presents Vol. 3 : Black Lightning/Blue Devil

Il y a des friands de nanars dans la salle ? Si oui, achetez ce truc d’urgence. C’est drôle, mais drôle à quel point c’est ridicule, nanardesque, prévisible, bourré d’idée tellement stupide qu’on se demande ce que les auteurs ont fumé pour décider d’étaler ça sur du papier. Tout simplement magique. Je vous renvois à ma review de l’oeuvre (car oui, c’est bien pour DCP que j’ai lu ce truc, hein. Jamais j’aurais acheté ça de ma propre initiative), mais pour les pressés, sachez que ce TPB compile tout ce que vous pouvez imaginer de mauvais mais malgré tout distrayant. Des démons, des objets magiques, des personnages caricaturés aux limites du possible, des explications sans queue ni tête, et j’en passe. Donc oui c’est très con, mais heureusement ça ne se prend pas au sérieux. Les auteurs se sont vraiment éclatés en écrivant un machin qu’ils savaient que personne n’allait acheter, et ils ont fait absolument n’importe quoi. Et le résultat est hilarant.


La sélection de MFW

DC Universe : Rebirth #1

Top : DC Universe : Rebirth #1

L’évènement de l’année pour les fans de DC Comics assurément. Geoff Johns livre un récit touchant et qui montre tout ce qu’on aimait chez “l’ancien” DC ainsi que ce qui n’allait pas ou plus depuis les new 52. Un côté très méta où le lecteur retrouve la valeur bien ancrée chez DC : la continuité et l’héritage. Rajeunir de cette façon les personnages était une erreur, l’absence de cohérence entre les séries comme Justice League et les autres comme Batman aussi. La Trinity of Sin et la mythologie au potentiel génial et à l’exécution catastrophique sont ici balayés Ce sacro-saint bordel de faire tenir 75 ans d’histoire en un petit gap de 5 ans était une erreur. Johns fait amende honorable et lance un relaunch réussi et plein de promesses et de cohérence éditoriale pour les 2 ans à venir. Il s’en passe des choses dans ce numéro qui plus est très joli et si il est touchant par son propos rétrospectif il l’est aussi par son personnage central. Car outre les easter eggs et indices disséminés un peu partout et la révélation sur le grand manitou des 10 fameuses années perdues il y a Wally. Un des nombreux sacrifiés revient et porte tout cet héritage sur ses épaules. Le personnage a rarement été aussi lumineux dans un univers devenu si froid. Un retour salvateur et riche en émotion. Johns s’est peut être barré pour sauver le DCEU mais ce récit est tout aussi salvateur.

Cyborg

Flop : Cyborg (Rebirth)

Tout a déjà été dit sur le sujet et pourtant la question demeure. Pourquoi ? Pourquoi un titre solo sur ce personnage ? Et pourquoi persister ? L’échec est cuisant, l’intérêt proche du néant. Premier titre bimensuel à sauter (qui ne l’avait pas vu venir ?) et future annulation. Surtout quand les pontes de la Warner se rendront compte aussi qu’un film solo sur le personnage seul donnera une résultat certainement aussi intéressant que Steel. L’incompréhension de l’année.


La sélection de n00dle

The Sheriff of Babylon

Top : The Sheriff of Babylon

Bon, n’y allons pas par quatre chemins, difficile pour moi de ne pas placer le chef d’oeuvre de 2016 chez DC / Vertigo en top de l’année. Cette oeuvre très personnelle pour Tom King a prouvé à tous l’énorme talent de l’auteur qui a trouvé le collaborateur parfait en la personne de Mitch Gerads pour illustrer l’intégralité du projet. Avec son ambiance étouffante et fascinante et son histoire à la fois très ancrée dans la réalité tout en étant un pur récit de genre, The Sheriff of Babylon a atteint des sommets de storytelling durant la publication de ses douze numéros. En plus d’être un des comics les mieux écrits de l’année, c’est aussi un des plus beau, Gerads apportant tout son savoir faire dans la représentation de cet univers militaire et moderne. Au final, il est compliqué de faire honneur à la série en si peu de temps. Sachez juste que Sheriff… est une oeuvre dotée de plusieurs couches de lectures, qui s’autorise quelques messages « couillus » sur le conflit en Irak en évitant d’avoir le mauvais goût de tomber dans le diktat d’idées. Une vraie grosse claque qui ne vous laissera qu’une envie en tête après avoir achevée sa lecture : tendre l’autre joue et la relire encore et encore pour en saisir toutes ses nuances.

The Flash

Flop : The Flash (Rebirth)

Ce n’est pas un secret, la fin des New 52 était compliquée pour The Flash avec une équipe créative qui ne semblait plus tellement concernée. L’annonce de l’arrivée d’un vrai fan du titre pour Rebirth en la personne de Joshua Williamson apparaissait donc comme une bonne nouvelle. D’autant plus que l’auteur nous promettait, dans de nombreuses interviews, qu’il allait écrire l’histoire qu’il avait toujours rêvé de raconter. Hélas, après plus de dix numéros publiés, difficile de considérer The Flash comme une réussite. Tout avait pourtant bien commencé avec le retour de Wally mais ce n’était déjà pas vraiment du fait de Williamson… La suite n’aura été qu’une succession de déceptions, de concepts intéressants mais mal exploités et surtout de numéros à l’écriture approximative qui étouffe toutes les bonnes idées dans l’oeuf. C’est bien ça le plus gros problème de ce Flash version Rebirth : Williamson semble incapable de réellement porter ses idées, la faute à des dialogues parfois indignes d’une publication de ce calibre. Il faut alors se contenter de quelques (très rares) coups d’éclat mais ça ne suffit pas à créer une bande dessinée. Alors oui, évidemment, il y a eu des plus mauvaises séries que Flash en 2016 mais je n’attendais aucune d’entre elles autant que celle-ci.


La sélection de Sledgy7

Dark Night - A True Batman Story

Top : Dark Night – A True Batman Story

Selon moi, s’il y a eu un récit marquant cette année, c’est sans nul doute Dark Night – A True Batman Story, graphic novel autobiographique de Paul Dini, qui nous raconte une période sombre de sa vie, où il perdit la foi en Batman et ce qu’il représente après avoir subi un assaut. L’auteur lâche donc une histoire très personnelle et touchante à laquelle beaucoup pourront s’identifier. Dini va profondément dans son introspection et voir un homme qu’on a admiré depuis notre enfance dans une solitude et une insécurité insoupçonnée ne le rend que plus attachant. Au final, son récit très sombre finit par transcrire beaucoup d’optimismes et vous fera reprendre conscience d’à quel point Batman est important dans sa vie et dans la notre. En plus d’être un récit très humain et prenant, Eduardo Risso fait également un travail formidable, adaptant son style à la narration et aux personnages fictifs ou réels. Un bouquin vous aura rarement retranscrit autant d’émotions et d’humanité et le contexte, la personne (pour ce qu’il a fait et surtout pour ce qu’il est) m’ont tellement parlé que c’est clairement ma meilleure lecture de 2016 et de ces dernières années.

Harley Quinn

Flop : Harley Quinn (Rebirth)

C’est toujours les bêtes les plus nuisibles qui résistent le mieux aux catastrophes. Scott Lobdell, Robert Venditti, David Ayer, Scott Snyder pour certains, ou l’ongoing Harley Quinn, qui a fraudé le relaunch du DC Rebirth et s’en sort inchangée. Le couple Conner-Palmiotty continue leur train-train sur le personnage le plus hype de DC après Batou comme s’ils enchaînaient les épisodes de Plus Belle La Vie, servant la même recette fade à chaque numéro. C’est triste comme tous les numéros se ressemblent et n’ont aucun intérêt particulier, et le fait que ça se vende aussi bien m’exaspère un peu, mais le pire c’est que Palmiotti est capable de faire tellement de bonnes choses que c’est du gâchis que de se satisfaire de ça. bref, si vous n’aimiez pas Harley Quinn avant, le Rebirth ne vous réconciliera pas avec.


 La sélection de Watchful

Future Quest

Top : Future Quest

Avec la publication de titres Hanna-Barbera, DC a fait mouche et a parié gros en incluant des noms connus au sein de son nouvel univers. Mon coup de coeur de l’année se porte évidemment sur Future Quest, retranscrivant parfaitement la sensation d’un vieux feuilleton associant les éléments phares de la S-F 60/70, sans pour autant paraître ridicule. Le titre brille par l’association des séries télés secondaires Hanna-Barbera, créant ainsi tout un univers à travers diverses time-lines, et une aventure à la fois ahurissante, et passionnante. C’est une composition parfaite dans l’utilisation des éléments. De plus, Doc Shaner et Steve Rude, les deux artistes principaux, livrent un travail plus que correct, où la mise en page est parfaitement travaillée. Donnant aux pages cette forme des vieux dessins animés comme l’était Jonny Quest. La série reste néanmoins secondaires aux yeux des fans les plus assidus de l’univers partagé DC, et c’est bien dommage.

Wonder Woman, Déesse de la Guerre

Flop : Wonder Woman, Déesse de la Guerre

L’avantage est que ce flop est multilingue. En VO comme en VF, ce run de Meredith Finch aura cette chance d’être perçu comme le JLA Origins : Wonder Woman. Ridicule au point d’en être complètement effacé. Si la publication chez Urban en album relié reste un mystère, cet avis est fortement partagé. Le travail de David Finch est à peine correct, et n’est en rien un motif poussant à l’achat d’une quelconque édition de ces aventures aux conséquences effacées par Rucka en si peu de pages. Une honte pour le personnage, pour son univers, pour les comics en général, si bien que Meredith est devenue une référence, une scénariste repoussant les fans, au même titre que Jeff King. Wonder Woman est réduite à une adolescente insouciante, et terriblement stupide au point de décrire chaque action, et chaque sensation. Si Wonder Woman a déjà pu être intéressante dans sa découverte du monde et dans son rapport entre elle-même et les réactions face aux choses élémentaires du monde des hommes, Meredith en fait un sujet écartant tout développement intéressant ne conservant que les interrogations et les exclamations les plus évidentes, si bien qu’en y réfléchissant, il est fort probable que la seule thématique qu’on pourra retenir de ce run et bien le pire rapport entre Wonder Woman et l’incarnation de la guerre. Le ridicule ne tue pas, il m’a d’ailleurs bien fait rire.


21 Commentaires »

  1. cosmos 29/12/2016 à 18:17 -

    Top : Midnighter / Midnighter & Apollo.
    Flop : j'avoue avoir rapidement stoppé la lecture des titres qui ne m'accrochaient pas, donc ce sera Green Lanterns. Beaucoup de potentiel, mais faut arrêter la répétition constante et l'abus de narration à la première personne.

  2. mavhoc 29/12/2016 à 18:36 -

    Très surpris de ne pas voir Wonderwoman dans le top, qui est pourtant un récit incroyable. La limite de la sélection à un titre par personne peut-être ? C'est sûr que cette année nous a offert beaucoup de top !

    • Oui oui Wonder Woman est là dedans bien entendu, on est limité dans notre sélection mais nul doute qu'il fait partie des coups de coeur de beaucoup d'entre nous ;)

  3. Top : Detective Comics/Wonder Woman

    Impossible de départager ces deux titres, chacun étant génial dans son domaine. C'est un plaisir de se plonger dans la lecture de ces deux séries.

    Flop : Harley Quinn

    Je pense que Sledgy a tout dit, j'ai rien de plus à ajouter.

  4. alphacharliecho 29/12/2016 à 19:00 -

    Le fait qu on puisse hacker un anneau de GL est admis, cyborg a en quelques sortes pirater l'anneau de jessica cruz (bon c'etait power ring mais c'est la meme...) dans les arcs injustice league et darkseid war new 52

    • Moui m'enfin premièrement ça nécessitait une connexion directe entre les deux, et dans un second temps il a injecté sa conscience dans l'anneau (ce qui lui permet de sauver Jessica dans la "dimension verte"), petite nuance.
      Sous Hitch, tu peux pirater un anneau de GL à distance par ordinateur et le faire faire n'importe quoi indépendamment de la volonté de son porteur, c'est quand même un comble.

      • alphacharliecho 30/12/2016 à 01:10 -

        Il est vrai mais on a jamais vraiment su si les anneaux etaient des bijoux de technologie et d'informatique ou plus des objets "mystiques". La science fait bco partie de la culture des maltusiens alors..

  5. kiol 29/12/2016 à 19:27 -

    Je précise que je suis lecteur VF.
    Top: Grayson, meilleure serie des kiosques urban comics actuellement
    Flop: Green Arrow par Ben Percy (jusqu'au numéro 47): une histoire de loup et d'os que j'ai vraiment détesté au plus haut point. La suite avec le lukos est heureusement bien meilleure

  6. td1801 29/12/2016 à 20:26 -

    A chaque phrase de la "review" d'all star batman par Corentin, je m'exclamais "MAIS OUI". J'ai pourtant relativement aimé le run de Snyder sur Batman (bon sauf la fin clairement.). Mais voir tout le monde apprécier ce nouveau run m'a beaucoup surpris, voir tout le monde dire que romita est génial m'a choqué. Du coup oui, content de voir que je ne suis pas le seul à penser que c'est vraiment pas bon.
    Top : Detective comic (Et wonder woman légèrement derrière)
    Flop : La fin de grayson effectivement, mais c'est à cause de la déception. Sinon Cyborg, All star batman, Et tout les autres cités dans l'article ^^ A part flash peut être. Qui est à mon sens une série pas géniale mais pas affreuse non plus.

    • Reptile 31/12/2016 à 15:58 -

      All-Star Batman est si mauvais que ça?

      C'est vraiment dommage j'étais vraiment très enthousiasmé par l'idée d'une histoire sur Two-Face écrite par Snyder.

      Je suis d'accord sur pas mal de point que tu cites dans ta review à propos du "style Snyder", mais ces points ont l'air de beaucoup moins me gêner que toi. J'ai vraiment bien aimé son run avec Capullo, même si la fin n'est vraiment pas ce que j'en retiens de plus positif.

      Le dessin de Romita j'en suis pas fan non plus, mais je me suis dis que les deux ensemble pouvaient offrir quelque chose d’intéressant. Surtout que je l'attends au tournant avec Two-Face, qui, selon moi, est souvent trop mal écris.

      Et là je lis une review assassine...je suis curieux d'entendre l'avis d'autres personne qui l'ont lu?

      • Reptile 31/12/2016 à 16:00 -

        edit: En fait le commentaire s’adresse plutôt au chroniqueur, mais j'ai réagis suite à la lecture de ton commentaire td1801, désolé.

  7. Aric 29/12/2016 à 21:12 -

    TOP : Superman par Tomasi et Gleason! :-D
    FLOP: Batman par Tom King... auteur qui m'exaspère avec sa narration tellement pas naturelle (des répétitions de mots à la "The Vision" mais ici c'est de shumains bon sang, ça passe pas du tout...)

  8. Hobe 29/12/2016 à 21:24 -

    Top : Wonder Woman (Rebirth)

    Flop : Cyborg (Rebirth)

    Coup de Coeur : Batman (Rebirth)

  9. ian0delond 30/12/2016 à 01:56 -

    TOP : Superman : American Alien

    FLOP: L'Election Special avec son back up qui servait de lot de consolation pour PREZ

  10. Snowboard 30/12/2016 à 02:34 -

    Pourquoi le flop d'harley c'est: Harley?

  11. LPU 30/12/2016 à 08:18 -

    Salut.
    Corentin tu es très sévère avec Snyder mais j'imagine que ça va avec ton personnage ;-)
    All-Star Batman c'est pas si pourri, surtout l'arc relu "en TPB". Oui c'est clairement la suite de son run et oui c'est à la limite de l'affreux mais y'a un propos et y'a des idées qui sont pas inintéressantes. Et puis le personnage de Duke (même si ouais il est pas bien justifié) est cool et original. Les back-up sont plaisants et plutôt beaux (surtout la colo) et les variant covers de Shalvey et Jock sont exceptionnellement belles.

    C'est marrant parce que moi c'est Detective Comics qui me déçoit vachement ! Et le Batman de King !

    Bon allez, je fais l'exercice.
    Top : Green Arrow Rebirth (Wonder Woman n'était vraiment pas loin)
    Flop : Justice League Vs. Suicide Squad #2

    Bisous.

  12. Porter 30/12/2016 à 09:50 -

    Top: Superman amercican alien.
    Ca aurait du être le reboot ultime de superman cet série, d'ailleurs ca en ferait une bonne série netflix.

    Flop: justice league rebirth. Sans commentaire.

    Coup de coeur: Wonder woman rebirth.

  13. Mocassin 30/12/2016 à 12:47 -

    Top : Trinity par Manapul.
    La série se cherche encore un peu, manque peut-être d'impact par moment, mais elle transpire l'amour. Ça fait vraiment du bien de voir une série se poser tranquillement et nous offrir d'aussi beaux moments. Les dessins de Manapul sont également magnifiques, et Clay Mann s'en sort très bien aussi.

    Flop : Justice League Rebirth par Hitch.
    Cette série c'est un peu l'opposée de mon top : elle ne sait pas se poser et fait sans cesse dans l'action blockbuster au point d'en être imbuvable. Cette équipe mérite bien mieux. J'ai donc arrêté la série en attendant un changement d'équipe créative.

    Globalement, l'année fut très bonne !

  14. Freytaw 31/12/2016 à 01:09 -

    Top: Action Comics (et quand même Wonder Woman aussi... argh)
    Flop: Y'a pas de série Booster Gold... toujours pas :'( (le crossover avec les Flinstones, ça va pas être assez pour me consoler hein ! Et je veux une série Legion aussi !!)
    Sinon en vrai flop... hum... All-Star Batman peut-être. Surtout parce que c'est vraiment trop moche.

    • C'est vrai que ça manque de Booster et de Legion. Mais peut-être que le crossover est aussi un moyen de prendre la température. Au moins, on sait que la Legion arrivera.

  15. anaxarque 31/12/2016 à 10:44 -

    Question délicate, je n'aime pas faire des choix de manière générale, permettez-donc que je choisisse un coup de cœur, un « coup de cœur »coupable mais assumé, et une énorme déception.

    Top. Malgré le vrai faux relaunch Rebirth, DC et Vertigo ont assuré en publiant des OGN ambitieux et très réussis comme Dark Night A true Batman Story, Wonder Woman Earth One, Wonder Woman : The True Amazon, Superman American Alien, etc.

    Mais, si je ne dois retenir qu'un titre, ce serait Rebirth 1. Johns y parvient à critiquer la direction prise ses dernières années par DC (alors qu'il fut lui-même un des contributeurs de cette ligne contestable, saluons cette auto-critique courageuse et lucide), tout en replaçant sur l'échiquier DC ce bon Wally West, le vrai, les Titans, un vrai Superman. Franchement, je suis très surpris de savoir où va nous conduire l'irruption dans le DC Universe du shtroumpf horloger martien.

    Mon plaisir coupable est sans doute possible The Dark Knight Returns : The Last Crusade, avec Romita Jr. et Azzarello qui parviennent à nous faire croire pendant quelques cinquante trop courtes pages (j'aurais ainsi bien aimé que la personnalité de Jason soit plus développée), que nous lisons le prologue oublié de DKR, grâce à un Joker et un Batman plus millerien que nature. C'est régressif, cela me rappelle ma jeunesse, mais c'est bon !

    Ma déception, c'est le relaunch de Justice League. Tout ça pour ça ? Mince, c'est mal écrit et mal dessiné. Un comble pour ce qui devrait être le titre phare de la DC !
    Je préfèrais encore Darkseid War qui s'il n'était pas exempt de quelques défauts, se lisait très bien avec les jolis dessins de Fabok.


Réagir »

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.