Dossier - Suicide Squad en comics

5
Dossier - Suicide Squad en comics

Compte-tenu de l’arrivée  de l’équipe sur le grand écran, la Task Force X, mieux connue sous le sobriquet de « Suicide Squad » n’a jamais été aussi populaire. Ayant connu différentes compositions depuis sa première version, l’escadre fait partie des concepts emblématiques de l’univers DC. Cependant, il faut bien reconnaître qu’elle reste relativement inconnue du grand public, qui, au mieux, a pu la croiser dans des séries télévisées et des dessins animés.

Ce dossier n’ a pas la prétention d’être exhaustif, ni d’être le guide ultime concernant ce sujet précis. Il a néanmoins pour vocation de présenter clairement les choses afin de vous aider à vous lancer dans une lecture, de vous rappeler un peu quels ont été les runs marquants si vous êtes déjà un lecteur régulier, ou de vous filer assez d’informations pour faire le malin devant votre copine dans la file d’attente, avant le film (ne mentez pas, je sais que d’odieux personnages font très bien semblant de lire des comics).

Remerciements à Corentin et ArnoKikoo qui ont également contribué à la rédaction du dossier.

1. Aux origines

2. L’âge d’or de la Squad

3. La Suicide Squad après Ostrander

4. Les membres importants de l’équipe

5. Les membres importants de l’équipe (suite)

1. Aux origines

The Brave and the bold #25 (1959)


Dans sa première apparition, l’équipe est assez loin de ce que nous connaissons aujourd’hui. Il s’agit en effet d’une équipe entièrement militaire, dirigée par le Colonel Rick Flag et composé de différents spécialistes, Karin Grace, Jess Bright et Hugh Evans, qui disposent de diverses compétences techniques, scientifiques et militaires. Dans cette toute première aventure, signée Robert Kanigher et dessinée par Ross Andru. La Task Force X est ici une organisation qui doit faire face à des menaces particulièrement pesantes, qui risqueraient bien de leur coûter la vie, d’où le surnom de « Suicide Squad« . Dans cette première aventure, les héros (car il s’agit ici de personnages positifs) doivent affronter un monstre,  » Red Wave Beast » qui sème le chaos et la destruction sur son passage.

Cette version de l’équipe connaîtra quelques aventures, avant d’être remplacée par une version chronologiquement antérieure dans les pages de Star Spangled War Stories #116 (elle disparaîtra après le numéro 128), comic-book dans lequel l’équipe, menée cette fois par Rick Flag Sr. , combat des dinosaures pendant la seconde guerre mondiale. C’est particulièrement pulp et l’on prend goût à cette lecture au ton particulièrement représentatif de ce qu’était le Silver Age. C’est d’ailleurs cette itération qui inspirera Darwyn Cooke dans The New Frontier.

Outre les monstres géants et les dinosaures, il faudra aussi noter dans ces histoires qui sentent bon le passé la relation particulière entre Rick et sa collègue Karin. En effet, les deux sont amoureux l’un de l’autre, mais ne peuvent dévoiler leur amour au grand jour car les deux scientifiques qui les accompagnent sont également épris de la belle blonde. Les deux décident donc de garder le secret pour que leur équipe, et leur mission, puissent perdurer coûte que coûte. Ceci amène à chaque numéro des scènes sentimentales assez hallucinantes à lire aujourd’hui, à la limite du running gag, mais cet élément sera utilisé plus tard par John Ostrander et aura une importance capitale pour plusieurs arcs de la série Suicide Squad post-Crisis.

Legends (1986)


Mini-série fort importante des années 80, Legends fait suite à la légendaire Crisis on Infinite Earth. Il s’agit d’une histoire qui a pour but de définir le nouvel univers DC et de présenter ses personnages les plus importants. Cette lourde tâche revient aux scénaristes John Ostrander et Len Wein et au dessinateur de talent John Byrne, qui relèvent le défi avec brio. Dans ses six numéros, ce comic-book nous montre comment Darkseid essaie de retourner l’opinion publique contre les super-héros, afin de prendre le contrôle de la terre, grâce à son subalterne Glorious Godfrey, qui montre l’étendue de tous ses talents politiques. Nos héros habituels sont alors fort limités dans leurs actions, puisque le gouvernement se retourne contre eux. C’est alors qu’Amanda Waller contacte Rick Flag Jr. et décide de reformer la Task Force X, selon de nouvelles modalités. L’équipe sera à présent composée de criminels sacrifiables, retenus par un bracelet explosif : Deadshot, Captain Boomerang, Bronze Tiger, Enchantress et Blockbuster. Flag dirigera lui-même le groupe sur le terrain, où ils affronteront, non sans perte (le ton est donné : tout le monde ne s’en sort pas vivant), le géant de feu Brimstone, envoyé par Darkseid. Le succès de Legends entraînera la publication d’une série consacrée à l’équipe, scénarisée par Ostrander, dont je vais vous re-parler plus loin.

Legends est disponible en VO dans un TPB fraîchement réédité dans une édition anniversaire pour fêter ses 30 ans, et en VF chez Urban Comics dans la collection « Némésis », dans un tome intitulé « La légende de Darkseid » (dont notre review est disponible par ici).

Secret Origins #14 (1987)


La même année, la série Secrets origins (vol 2) consacre son quatorzième numéro aux origines (quoi de plus logique ?) de la première version apparue de la Suicide Squad, celle de Rick Flag Jr (dans the Brave and the Bold). Il s’agit plus ou moins d’une histoire de passage de témoin entre le père et le fils et John Ostrander en profite pour reconstruire la mythologie de l’équipe. On nous présente tour à tour les trois itérations de l’escadron, pour rejoindre enfin l’histoire de Legends. Nous tenons-là un bon complément à la mini-série, que l’on vous conseille chaudement. D’autant plus que ce numéro apporte également les origines d’Amanda Waller, directrice de la Task Force X – des origines Ô combien douloureuses qui expliquent le très fort caractère du personnage.


5 Commentaires »

  1. Blue 10/08/2016 à 23:17 -

    Très bon dossier ^^ Le film même si en demi teinte permet au moins de mettre en lumière cette équipe et a entraîné la réédition par urban du run d'Ostrander que j'attend avec impatience ainsi que les Secret Six de Gail Simone ^^

  2. DarkChap 11/08/2016 à 00:53 -

    Bon dossier je dois dire, très complet.
    Par contre, il faudrait savoir, le crossover avec les Secret Six, tie-in Blackest Night et dont fait partie Suicide Squad #67, il n'a "hélas rien d’exceptionnel" (p.2) ou c'est "Assurément un immanquable" (p.4) ?

    • zeppeli 11/08/2016 à 12:27 -

      Page 4, la remarque vaut pour l'intégralité de Secret Six. Le crossover en lui-même n'est pas incroyable.

  3. Mocassin 12/08/2016 à 00:35 -

    Bonne initiative, je lirais ça à l'occasion !

  4. Pipadou 19/08/2016 à 11:18 -

    Excellent dossier encore une fois, merci pour toutes ces informations et conseils de lecture. Le plus intrigant pour moi sera de différencier Ragman et Rag Doll car je ne connaissais que le deuxième.

    La mini série sur Deadshot d'Ostrander est vraiment excellente et j'ai beaucoup aimé le personnage dans les Secret Six. J'espère que je vais autant apprécier le run d'Ostrander publié chez Urban que les Secret Six comme je ne vais pas pouvoir m'empêcher de faire la comparaison ^^'

    Et puis Suicide Squad: War Crime Special #1 dans quelques jours/semaines en espérant comme tout le monde une "bonne" surprise


Réagir »

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.